ActualitésCOVID-19Dossier à la UneSociété

Covid-19 : Guy Loando nourrit plus de 1000 étudiants

Dans son élan de solidarité, le sénateur Guy Loando a, à travers la Fondation Widal, distribué, vendredi 15 mai, des vivres aux étudiants résidant dans les homes de Kinshasa. Une manière pour l’élu de la Tshuapa d’alléger la charge de cette classe sociale en cette période de confinement imposé par la situation sanitaire. Institut supérieur pédagogique de la Gombe, Institut supérieur d’architecture et d’urbanisme, Académie des Beaux-arts,… au total, 9 établissements universitaires, pour un total dépassant les 1000 étudiants, ont bénéficié de ce geste de cœur. Dans la même après-midi, l’escorte de la Fondation Widal a mis le cap vers l’Institut national pour aveugles -INAV- situé au sein du Centre de rééducation pour handicapés physiques sur l’avenue des Huileries, dans la commune de la Gombe. Là, il a fait carton plein: vivres, masques, matelas et enveloppe.


Des vivres et masques pour les internes en confinement


Des centaines de cartons de poulets, plusieurs dizaines de sacs de riz et de haricots, des cartons de boites de tomates,des bidons d’huile végétale et plusieurs autres bien de première nécessité ont été distribués dans les homes des étudiants confinés. La cérémonie de partage a eu lieu à l’internat de l’Institut supérieur pédagogique de la Gombe, en présence des étudiants logés sur ce site. Prenant la parole, le sénateur Guy Loando a indiqué qu’il n’était pas, pour lui, évident de prendre la parole étant donné que l’action qu’il venait poser s’inscrivait dans le cadre de l’élan de solidarité souhaité par le Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi, pendant cette période où la crise liée à la pandémie de Covid-19 sévit en RD-Congo. Il a ajouté que le monde entier est aussi frappé. Cette maladie, a-t-il insisté, est venue changer la vie des gens. Nonobstant cette situation, le Sénateur Loando n’a pas manqué d’afficher son optimiste quant à l’amélioration rapide de la situation, conscient des efforts fournis dans ce sens. S’agissant du but de son déplacement, l’avocat a précisé: «dans ce grand élan de solidarité, je suis venu partager avec des étudiants en confinement dans les homes ces quelques vivres ainsi que des masques de protection pour faire barrière à la Covid-19. Certains sont séparés de leurs parents qui, peut-être, sont en provinces et d’autres traversent des moments vraiment difficiles. J’étais aussi étudiant comme vous». Avant de partir, Guy Loando a invité les étudiants à la culture de la lecture et du goût scientifique autour notamment de «la Tribune de réflexion» qui a déjà abordé plusieurs problèmes, tout en proposant des solutions indiquées pour une bonne gestion de l’après-Covid-19. De sa part, Brenda Monkango, représentante des étudiants, s’est dite honorée du geste posé par le sénateur Loando à qui il a présenté les remerciements les plus sincères au nom de la coordination estudiantine.


«A partir d’aujourd’hui, je deviens Ambassadeur des personnes vivant avec handicap»!

Juste après le tour des universités et instituts supérieurs, le sénateur Guy Loando a pris la direction de l’Institut national pour aveugles -INAV-, où l’émotion a été très vive. Dans cet établissement qui forme des personnes malvoyantes au niveau primaire, secondaire et même supérieur, l’élu de la Tshuapa a été affecté. D’après les dires de Monsieur Rio, chargé de mission de l’INAV, c’est là que les aveugles se sont confinés. Pour la plupart, ils passent la nuit à la belle étoile. Mais, il n’a pas seulement plaidé en faveur des aveugles, mais également de toutes les personnes vivant avec handicap. Rio a fait savoir à leur hôte de marque que l’aveugle ne veut pas demander, il veut aussi travailler. Il a rappelé des conditions de vie difficiles de ses paires qui, depuis que les autorités ont suspendu le trafic du Beach Ngobila, envahissent de nouveau le boulevard, s’adonnant à la mendicité. Ce sont, parfois, des parents qui n’ont plus de moyens de supporter leurs familles. Il a expliqué que les pensionnaires de ce site dorment à même le sol, ne sont pas alimentés en eau potable par la REGIDESO, n’ont ni lave-mains, ni savon. C’est ce qui fait qu’ils ne savent
respecter certaines mesures barrières contre la Covid-19. Au besoin, il a sollicité du sénateur des bornes fontaines pour leur centre. Le représentant de ces compatriotes vulnérables a également abordé le point en rapport avec la prise en charge médical. A l’en croire, de sérieux problèmes liés à l’accès aux soins sont rencontrés dans ce centre. Ils sont dus principalement du manque de matériels, y compris les comprimés, à la structure hospitalière. Même son de cloche avec Israël Kabongo, un malvoyant étudiant en Droit dans une université de la place. Ce dernier s’est plaint du manque des frais académiques, de l’absence de certaines exonérations dans les établissements universitaires où s’inscrivent des personnes vivant avec handicap,  bref de la non-prise en compte de cette catégorie des RD-Congolais dans l’enseignement.

Pour finir, tous ont chargé le sénateur Guy Loando d’être leur porte-parole, mieux leur ambassadeur auprès des autorités du pays. Touché, le Sénateur n’est pas resté indifférent. Venant avec une idée, celui de poser les actions en rapport avec l’élan de solidarité, voilà qu’il en trouve une autre: être voix de ces sans-voix. C’est dans cet esprit qu’il s’est engagé en ces termes: «A partir d’aujourd’hui, je deviens ambassadeur des personnes vivant avec handicap!». Cette déclaration a donné lieu à des acclamations nourries de l’assistance. Il a poussé loin jusqu’à manifester sa volonté de plaider la cause de ces vulnérables, tant dans ses passages médiatiques ou dans ses communications politiques. Ici, le sénateur Loando s’est montré rassurant: «Étant donné qu’il y a toute la crème intellectuelle ici, vous n’avez besoin que de l’accompagnement et de l’encadrement. Je vous déclare solennellement que ceci devient mon combat. Nous allons planifier des actions à mener. Et je vais entrer en contact avec le ministère des Affaires sociales. Car, faudra-t-il, qu’il y ait une solution globale. Je ne promets rien, mais j’agis!».


100 matelas offerts aux vulnérables

Du tic au tac, le leader de Widal Fondation s’est montré réactif aux doléances des personnes vivant avec handicap. Il a offert 100 matelas sur le champ. De quoi provoquer des cris de joie auprès des bénéficiaires. Dans l’objectif de venir leur partager des vivres et les masques de protection, en plus d’une enveloppe pour des besoins exprimés sur place, Guy Loando trouve de nouvelles réalités qu’il inscrit, tout de suite, dans cet élan de solidarité. Car, tout le monde doit mettre la main à la pâte.


Charles Ntumba

Articles similaires

Fermer
Fermer