Société

Le Gouvernement poursuit l’opération «Likofi» sous une autre dénomination

La criminalité urbaine communément appelée «Phénomène Kuluna» ne perd pas son ampleur à Kinshasa voire dans d’autres villes du pays. La population en souffre. Soucieux d’assurer la protection et la sécurité de sa population, le Gouvernement RD-congolais a décidé, au cours de la 9ème réunion extraordinaire du Conseil de ministre du lundi 11 avril dernier, de poursuivre l’opération de traque des bandits surnommés «Kulunas». Une opération qui, selon le Gouvernement central, devrait porter une nouvelle dénomination et connaitre une réactualisation de son plan opérationnel. Au cours de cette réunion, le ministre de l’Intérieur et sécurité a présenté un rapport d’évaluation et de contrôle de l’Opération «Likofi» menée en 2014 contre les Kulunas. Prenant en considération son rapport, le Gouvernement a pris quelques recommandations pouvant bien lui faciliter la tâche à poursuivre à nouveau l’Opération Likofi et mettre fin à ce banditisme. «Pour la poursuite de cette opération, nous recommandons notamment l’établissement d’un commandement opérationnel autonome avec des moyens humains, logistiques et infrastructures adéquats, ainsi que la mise en œuvre des procédures judiciaires de flagrance et de création des chambres spéciales des tribunaux pour enfants», a-t-il souligné. Et d’ajouter: «nous ne voulons plus revivre les dérapages enregistrés au cours de l’Opération Likofi de 2014 qui avaient été décriés par plusieurs ONG. Notamment Human rights watch qui accusait la Police d’avoir sommairement tué au moins 15 jeunes hommes et garçons et soumis 33 autres à des disparitions forcées. Un rapport partial et partisan de Human rights watch», a déploré le Gouvernement. Par ailleurs, à Kinshasa, la décision prise par les autorités RD-congolaises visant à poursuivre la traque des bandits urbains est vivement saluée par la population qui, depuis un certain temps, est victime des agressions de ces jeunes.
Parousia MAKANZU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer