Société

Chaque heure, 29 adolescents sont infectés par le VIH

Le virus de l’immunodéficience humaine -VIH-, microbe provocant le syndrome d’immunodéficience acquise -SIDA- est encore un énorme problème de santé publique. Selon le rapport de l’UNICEF, 1,8 millions de jeunes âgés de 10 à 19 ans vivent avec le VIH. Le taux de mortalité parmi les adolescents séropositifs ne diminue pas contrairement à ce que l’on observe dans d’autres populations. Chaque heure, 29 adolescents sont infectés au VIH.
Le VIH est la première cause de décès des adolescents en Afrique et deuxième dans le monde. Josée Kabuo Muhandiro, médecin directeur de la fondation Elisabeth Glaser RD-Congo a signifié que le nombre des adolescents pris en charge n’est pas très bien connu, bien qu’ils représentent 11% de PVV suivis dans les structures de soins appuyées par la fondation Elisabeth Glaser. Elle a reconnu l’ampleur du VIH. «Le passage à l’échelle du dépistage du VIH, de la mise sous ARV est requis d’ici 2020 mais aussi le renforcement de l’adhérence des patients au traitement et leur rétention. Depuis mai 2015, la fondation a renforcé l’identification en optimisant le dépistage», a-t-il renchéri.
Pour elle, la voie sexuelle reste le moyen pour attraper le VIH/SIDA. Aussi une mère peut infecter son enfant, pendant la grossesse, lors de l’accouchement et pendant l’allaitement au sein. A ce sujet, le Programme national de la santé de l’adolescent -PNSA- a énuméré les facteurs favorisant la transmission du VIH notamment les rapports sexuels sans préservatif, les partenaires sexuels multiples, l’alcool ou la drogue, le faible accès à des méthodes de prévention et à des services de santé adaptés aux adolescents et la pauvreté des familles.
Fausses croyances et mythes sur les rapports sexuels
En ce qui concerne les fausses croyances et mythes sur les rapports sexuels et l’utilisation des préservatifs notamment l’impuissance, la frigidité, les malformations, Josée Kabuo Muhandiro a signifié que l’utilisation de préservatif ne diminue en aucun cas le plaisir et ne provoque pas le cancer et les infections. Aux jeunes infectés, Josée Kabuo a expliqué les trois grandes phases notamment P1 qui est la phase initiale ou primo infection, P2 est la phase secondaire, réponse immunitaire et latence clinique. La phase terminale P3 qui est SIDA. Pour se protéger contre le VIH, il faut éviter les rapports sexuels avant le mariage, éviter les rapports sexuels non protégés par l’utilisation correcte et systématique du préservatif.
Josée Kabuo Muhandiro a également conseillé d’éviter tout contact avec les objets tranchants déjà utilisés. Pour Josée Kabuo les défis à relever sont les barrières législatives et sociales à l’accès au dépistage et à la prise en charge de l’infection à VIH et renforcer la synergie entre les secteurs et l’intégration des inventions. Josée Kabuo a demandé au gouvernement de changer les lois, politiques et attitudes qui continuent à entraver le plein exercice des droits des adolescents en matière de soins de santé sexuelle et reproductive; mais également d’améliorer l’environnement social et programmatique ainsi que la gestion des problèmes spécifiques aux adolescents pour leur assurer davantage l’accès universel aux soins, à l’information, à l’éducation tenant compte de l’égalité entre les sexes
Bijou KULOSO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer