Société

GEC analyse le processus électoral RD-congolais

Le processus électoral RD-congolais intéresse des chercheurs américains. Dernièrement, Corneille Nangaa, président de la Commission électorale nationale indépendante -CENI- s’est entretenu avec Jason Stearns, directeur général du Groupe d’études sur le Congo -GEC- de l’anglais «Congo research group». Cette structure de recherche spécialisée dans l’étude des dynamiques du Centre pour la coopération internationale de l’Université de New York prépare un rapport sur le processus électoral RD-congolais. À en croire, Jason Stearns, l’objectif de ce rapport est d’informer avec beaucoup plus de précisions les décideurs américains avec lesquels GEC travaille sur l’évolution dudit processus électoral afin de leur permettre de lever éventuellement les meilleures options possibles pour le soutenir.
Congo research group, en français « Groupe d’Etude sur le Congo» -GEC-, est une structure de recherche spécialisée dans l’étude des dynamiques des conflits. Il dépend du centre pour la coopération internationale de l’Université de New York. Jason Stearns, son directeur général, arrivé à Kinshasa depuis le week-end dernier, en provenance de New York, travaille déjà dans la préparation d’un rapport que doit réaliser son groupe GEC sur le processus électoral en RD-Congo. Dans son mot, il a expliqué au président de la CENI sa raison de descendre à la source. «Je suis venu en RD-Congo dans le souci d’informer à la source de la situation électorale du pays avant de faire cette analyse sur son processus électoral. Mais également pour comprendre les tenants et les aboutissants de son processus électoral. Les progrès déjà réalisés, les défis qui restent à relever, les menaces et les risques éventuels liés à ce processus», a-t-il fait savoir. Et d’ajouter: «l’Université de New York se penche sur la dynamique des conflits en RD-Congo et plus particulièrement au processus électoral et on ne peut parler du processus électoral sans comprendre le fond. C’est la raison de notre rencontre avec le président de la CENI, on voulait parler en bâton rompu surtout sur le processus en cours, nous avons parlé sur la révision du fichier électoral, sur le calendrier électoral, sur le budget électoral, je dirai sur toutes les questions d’actualité qui concernent le processus en question». Jason Stearns a par ailleurs souligné que l’objectif du travail que son groupe réalise est d’informer correctement les décideurs américains avec lesquels travaille GEC sur l’évolution du processus électoral RD-congolais afin de leur permettre à lever éventuellement les meilleures options possibles pour le soutenir. «Nous allons publier un rapport sur le processus électoral bientôt. Je pense au mois de mai et là vous allez voir notre analyse sur le processus électoral. Il y a beaucoup de questions très importantes pour la stabilité du pays et de la sous-région et nous allons analyser la situation et faire des recommandations pour les RD-Congolais mais aussi pour les bailleurs de fonds», a-t-il laissé entendre. Corneille Nangaa, président de la CENI, a loué cette démarche du directeur général de GEC et a saisi cette occasion pour dresser, à l’attention de son hôte de marque, le tableau succinct de l’état des lieux du processus électoral RD-congolais en soulevant ses forces, défis, perspectives immédiates, mais aussi avec ses faiblesses. Le président de la CENI a en outre fait savoir à son interlocuteur que le processus poursuit son cours.
Parousia MAKANZU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer