Société

Kinshasa: Plaidoyer pour la construction des caniveaux afin de lutter contre les érosions dans le quartier Matadi-Mayo

Les habitants du quartier Matadi-Mayo, à la localité de la «Cité Pumbu», dans la commune de Mont-Ngafula, ont plaidé dimanche le 29 novembre 2020 auprès des autorités urbaines pour la construction des caniveaux dans leur quartier, afin de lutter contre les érosions dans ce coin de la capitale, lors d’une visite effectuée sur le lieu par les reporters d’Africanews. Selon Pauline Mavonda, un des habitants dudit quartier, la construction des caniveaux dans ces quartiers est primordiale.

«Ce quartier, avec des grandes parcelles, n’a pas de canaux d’eaux pouvant empêcher le débordement de celle-ci en cas de pluie et l’eau qui déborde descend pour faire de dégâts jusqu’ici chez nous», a-t-elle souligné, indiquant qu’«il y a un bassin destiné à absorber de l’eau, près de l’érosion qui évolue dans leur localité, mais ce bassin créé par les habitants de ce coin n’a actuellement plus la capacité de jouer son rôle suite au débordement des eaux et à sa durée».

D’où, estime-t-elle, il est aussi urgent de créer un autre bassin en attendant la construction des caniveaux par l’Etat. «L’eau avait tellement débordé parce que le bassin est rempli d’immondices et ceci a permis à l’érosion d’évoluer», a-t-elle précisé. Pour remédier tant soit peu à cette situation, Pauline Mavonda a recommandé aux autorités urbaines de prendre les dispositions nécessaires pour canaliser l’eau vers le bassin qui sera renouvelé afin de stationner momentanément l’érosion. Intervenant à son tour, Joël Temba, aussi un habitant de la cité Pumbu, a fait savoir que cette érosion totalise en ce jour 24 ans.

«Elle a commencé lorsque j’avais 6 ans d’âge, et c’est depuis l’an 2006, lorsque les gens du quartier ont pris l’initiative de creuser un bassin d’eau que l’érosion s’est vue stationnée. Mais cette fois, les eaux des pluies ont tellement débordé et cela nous a portés préjudice. Nous avons perdu même nos parcelles, nos biens matériels et tant d’autres choses», a-t-il raconté. Il a confié que le quartier envisage de creuser un trou qui sera le nouveau bassin d’eau.

Il a également invité ses frères et sœurs du quartier à veiller à son entretien pour éviter un deuxième dégât avant que l’Etat puisse intervenir d’une autre manière. Joseph Lokwa, secrétaire au bureau du quartier Matadi-Mayo, a, pour sa part, laissé entendre que son bureau a fait un rapport aux autorités notamment au bourgmestre de la maison communale de Mont-Ngafula et ils attendent leurs réactions pour soulager ce problème. «Entre temps, nous travaillons avec les ONG de notre coin, réalisant des petits travaux pour maitriser l’évolution dudit ravin», a-t-il conclu.

Parousia MAKANZU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer