Société

A la Fonction publique, Jean-Claude Kibala instaure la démocratie syndicale

jean-claude kibala
L’administration publique vient de connaitre ses premières élections syndicales. Jeudi 24 octobre 2013 dans la salle des conférences du ministère des Affaires étrangères, Jean-Claude Kibala, ministre de la Fonction publique, a procédé à la remise des certificats et des cartes aux délégués syndicaux élus. Et ce, après lecture de l’arrêté et publication des résultats définitifs par le président de la commission électorale.
De l’avis de tous, les élections étaient démocratiques, transparentes et crédibles. La preuve est que les recours enregistrés étaient tellement insignifiants qu’ils ne remettent pas en cause la véracité des résultats. Le mérite revient à Jean-Claude Kibala. «Au regard de ces résultats, la fierté pour moi est de croire que le processus démocratique est en marche dans le monde syndical et qu’il mérite d’être vivement encouragé pour les efforts fournis par les uns et par les autres car ensemble nous sommes en voie de redorer le blason du syndicalisme longtemps terni», s’est réjoui le ministre de la Fonction publique.
Finie l’improvisation chez les syndicalistes! Vive la démocratie! Désormais, les délégués syndicaux sont élus pour mieux défendre les intérêts de ceux qui leur ont fait confiance.  Organisées du 2 aout au 19 septembre 2013, ces élections ont connu la participation de plusieurs électeurs et candidats. Dans 51 administrations publiques pour un effectif de 34. 447 figurants dans le fichier, 129 syndicats ont été enregistrés par le ministère de la Fonction publique, 107 organisations syndicales ont concouru, soit 82%, 18 regroupements électoraux, 188 bureaux de vote et de dépouillement, un bureau unique de compilation des résultats et de répartition des sièges, 274 délégués élus, 57 syndicaux ayant obtenu au moins un siège, soit 53%, 65% du taux de participation et 13 syndicats ont obtenu au moins cinq sièges.
Ces résultats sont de bon augure. Malgré ce succès, Jean-Claude Kibala n’a pas l’intention de se limiter à ce niveau. «Le processus ou mieux le cycle électoral n’a fait que commencer car il se poursuivra dans les régies financières et en provinces, en espérant que votre apport sera d’une importance capitale car vous servirez de modèle», a-t-il rappelé avant de renchérir: «ce processus a pour finalité, l’adoption d’une politique commune de l’emploi et de rémunération afin d’améliorer les conditions de travail et de vie des agents et fonctionnaires de l’Etat». Réaliste, Jean-Claude Kibala sait que sans l’appui des partenaires nationaux et internationaux tout ceci ne resterait qu’un chapelet de bonnes intentions. Humble, il a sollicité leur appui pour l’atteinte des objectifs  assignés en faveur de la promotion du dialogue social.
La formation d’abord!
Après l’élection des délégués syndicaux et avant leur installation effective, le ministre de la Fonction publique a tenu à la formation de ces derniers. Le but était celui de renforcer leur capacité pour s’imprégner de la déontologie de leur fonction et de la technique de négociation. Le vendredi 18 octobre 2013 dans la salle des spectacles de la Paroisse Notre Dame de Fatima, dans la commune de la Gombe, le ministre Kibala a ouvert un atelier de formation sur diverses questions relatives à la carrière des agents des services publics de l’Etat, à leurs droits et devoirs concernant l’application des textes légaux et règlementaires en vigueur.
«Il vous incombe désormais, la responsabilité majeure de promouvoir les vertus cardinales qui y sont rattachées et de rappeler aux agents et fonctionnaires de l’Etat les valeurs éthiques et morales dans les limites de la déontologie professionnelle», a-t-il exhorté. Au cours de cet atelier de formation, les syndicalistes ont été encouragés à être respectables et respectueux, d’être imprégnés des valeurs morales afin de les exiger aux autres. Le syndicalisme n’étant du bruit mais de l’argumentaire. A la fin de la cérémonie des remises de brevets et de cartes, les délégués syndicaux n’ont pas hésité un seul instant à manifester leur satisfaction. Non seulement, ils ont applaudi Jean-Claude Kibala pendant plusieurs minutes mais ils ont également loué l’initiative des cartes pouvant les identifier et distinguer les vrais du faux.
Barick BUEMA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer