Politique

Situation politique en RD-Congo: la CIME invitée à jouer son rôle

A la suite de malheureux événements survenus à Kinshasa et dans quelques autres villes de la RD-Congo, les lundi 19 et mardi 20 septembre 2016, la plateforme des Confessions religieuses a, à son tour, fait une déclaration le jeudi 22 au siège de la présidence de l’Eglise du Christ au Congo -ECC.
Le ton modéré, les chefs des Confessions religieuses, qui se veulent au milieu du village, ont enjoint la Commission d’intégrité et médiation électorales -CIME-, institution spécialisée en prévention, gestion et résolution des conflits, d’entrer en contact avec les acteurs politiques et leur offrir ses bons offices de médiation afin qu’ils se mettent autour d’une même table.
Deux jours durant, les 21 et 22 septembre, les chefs des Confessions religieuses se sont réunis au siège de la présidence de l’ECC sur l’avenue de la justice, dans la commune de la Gombe, pour réfléchir autour de la situation qui prévaut dans le pays. Ils ont fait le point sur l’implication des Confessions religieuses dans la recherche et le maintien de la paix.
Ainsi dans leur déclaration commune, les chefs des Confessions religieuses chargent la CIME à offrir ses bons offices afin de ramener tout le monde aux vertus du dialogue. «Les élections ne seront apaisées qu’avec des esprits apaisés et des cœurs en paix…», dit le slogan de cette institution technique des confessions religieuses.
Les chefs des Confessions religieuses ont également rappelé aux uns et autres que la vie humaine est sacrée. «Quel qu’en soit la raison, la tuerie est contraire aux valeurs et enseignements des Confessions religieuses», ont-ils insisté.
La plateforme s’est dite profondément attristée par les événements violents ayant secoué le pays, particulièrement la ville-province de Kinshasa et ayant entrainé des pertes en vies humaines et des dégâts matériels considérables.
Ainsi, les chefs des Confessions religieuses ont confirmé leur soutien au dialogue politique national et inclusif comme mode de résolution pacifique des différends à tous les niveaux aussi bien familial, communauté que national.
 
«C’est pourquoi, nous encourageons les compatriotes qui dialoguent à la Cité de l’Union africaine de continuer le travail, pour parvenir à un consensus garantissant un environnement électoral apaisé utile à notre pays», ont-ils exhorté. De la même manière, les chefs des Confessions religieuses ont également exhorté les acteurs politiques et sociaux qui sont en dehors du dialogue à apporter leur contribution dans la recherche des solutions idoines aux problèmes communs de notre pays.
La plateforme Confessions religieuses est composée de l’Eglise catholique romaine -presque plus visible dans la plateforme-, l’Eglise orthodoxe, la Communauté islamique au Congo, l’Eglise kimbanguiste, l’Eglise de réveil au Congo, l’Armée du salut et l’Union des églises indépendantes au Congo.
Hugo Robert MABIALA

Articles similaires

Fermer
Fermer