PolitiqueSociété

Relance des activités sportives dans les milieux scolaires et estudiantins

AfricaNews s’est fait l’écho, dans sa dernière livraison, de la signature d’un protocole d’accord entre le ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et Initiation à la nouvelle citoyenneté et la Fédération congolaise de football association -FECOFA- pour l’organisation d’un championnat scolaire de football à l’échelle nationale. Tout le monde a applaudi des deux mains cette heureuse initiative qui repose les jalons des activités sportives et récréatives pouvant booster l’épanouissement de la jeunesse congolaise à travers la maxime «mens sana in corpore sano».
Certains parents abordés à ce sujet recommandent au ministre ci-haut cité ainsi qu’à son collègue de la Jeunesse, Sports et Loisirs de conjuguer davantage leurs efforts pour rendre à l’école ses lettres de noblesse en tant que creuset de la formation de la jeunesse dans toutes les disciplines sportives.
Performances remarquables des anciens des écoles chrétiennes
L’opinion se souvient des performances des anciens des écoles chrétiennes catholiques et protestantes éparpillées dans toutes les provinces du pays. Les RD-Congolaises et RD-Congolais se souviennent de la qualité des infrastructures sportives accompagnant toute implantation des écoles primaires et secondaires, des universités et instituts supérieurs sur tout le territoire national. Cette politique a permis à l’époque le développement de la pratique sportive rendue obligatoire par la jeunesse sans distinction de sexe, d’âge, de race, de religion, etc.
Plusieurs disciplines sportives ont été pratiquées par les écoliers, les élèves et les étudiants. Football, basket-ball, hand-ball, volley-ball ont été les plus prisés. L’athlétisme a occupé une place de choix, notamment les courses de 100m, 200 m, 1.500m, les sauts en longueur et en hauteur, le lancement du javelot et du poids, etc. Les établissements pourvus d’une piscine tels que les collèges, athénées et universités organisaient aussi les épreuves de natation, du water-polo.
Pendant l’année, des compétitions étaient programmées en interne ainsi que des rencontres entre les écoles situées dans un même environnement. C’est de là que naitront les championnats interscolaires, interuniversitaires, militaires d’où seront triés les meilleurs pour servir de pépinière.
Ce sont des souvenirs lointains qui remontent à la surface. L’opinion se souviendra que dans le cadre de la réhabilitation des infrastructures sportives dans les milieux universitaires, l’actuel ministre de la Jeunesse, Sports et Loisirs avait effectué une descente sur la colline inspirée pour la remise en état de ce joyau légué par le Père Gillon. Depuis lors, silence radio.
Nous estimons qu’il est temps de remettre tous ces projets sur la table. La pratique du sport constitue un puissant moyen de récupération et d’encadrement de la jeunesse tant scolarisée que désœuvrée. Les études abondent et moisissent dans les tiroirs.
Autant les ministres de l’Enseignement primaire, secondaire et Initiation à la nouvelle citoyenneté et de la Jeunesse, Sports et Loisirs sont interpellés pour s’y mettre à fond, autant les autorités municipales sont responsabilisés pour l’aménagement des espaces réservés à la pratique sportive tant dans les écoles que dans les différentes municipalités. Une action en synergie s’impose aussi au niveau des Forces armées et de la Police au sein desquelles pullulent des sportifs aux multiples talents. Soit dit en passant, il y a quelques années, la RD-Congo s’est distinguée dans plusieurs compétitions sportives à l’échelle continentale au point d’attirer l’attention du staff technique des Léopards.
Nous avons l’espoir que les architectes concepteurs des maquettes de nouvelles cités urbaines, prendront en compte cette préoccupation majeure afin d’offrir à la jeunesse des cadres appropriés pour les activités sportives et récréatives.
Il va de soi que les écoles de formation soient mises à contribution pour la préparation des encadreurs appelés à s’occuper de la jeunesse en formant non seulement le corps, mais surtout l’esprit. Les rues de Kinshasa et des villes de l’intérieur du pays regorgent de champions en herbe dans toutes les disciplines sportives que de bons techniciens peuvent dénicher à temps pour un encadrement conséquent. Les mécènes sont aussi attendus à ce rendez-vous.
Guylain LUZAMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer