Politique

Si le pouvoir publie le gouvernement, Jean Claude Vuemba claquera la porte du Dialogue

Il n’y aura pas de gouvernement Samy Bandibanga avant la fin des travaux du dialogue de la CENCO. C’est la déclaration de Jean Claude Vuemba, président national du Mouvement du peuple congolais pour la République -MPCR- et un des membres du conseil des sages du rassemblement. «Le gouvernement en acceptant le dialogue ne peut entamer des actions contraires aux négociations », a-t-il précisé.
«Nous avons décidé de participer au dialogue pour y apporter notre contribution en faveur de la paix. On ne verra plus pourquoi continuer à prendre part à ce forum, si le pouvoir publie le gouvernement», a signifié Jean Claude Vuemba. Ce membre du conseil des sages du Rassemblement a insisté sur le respect de l’alternance démocratique parmi les points prioritaires à traiter dans les discussions directes sous l’égide des évêques catholiques. «Nous sommes conscients de la lourde responsabilité qui nous incombe mais, en même temps, nous ne pouvons pas accepter que, pendant qu’on parle paix, qu’on ait des surprises désagréables. Nous demandons que les acteurs soient réunis autour du dialogue et qu’on prenne en compte les considérations des uns et des autres afin de regarder dans la même direction, une direction non imposée mais collective», a déclaré le président du MPCR. Jean-Claude Vuemba, l’un des membres du conseil des sages du rassemblement a précisé que le gouvernement, en acceptant de dialoguer, ne peut entamer des actions contraires aux négociations. S’agissant de sa participation au dialogue de la CENCO, Jean Claude Vuemba a fait savoir qu’il a accepté ce forum pour sa nature inclusive.
Il a reconnu que le dialogue de de l’UA n’avait pas réussi à régler le problème de la RD-Congo. Il a démenti toutes les rumeurs accusant le Rassemblement d’incitation à la haine. «Les évêques partagent le même avis que nous. Nous ne voulons pas que le monde nous indexe», s’est-il exprimé tout en soulignant que, même s’il y a signature d’accord, la date du 19 décembre reste une date historique qui ne changera pas sa portée constitutionnelle. Au sujet de 19 décembre prochain, la date de la fin du mandat du président Kabila, l’honorable Vuemba a souhaité que la population prenne ses responsabilités. Le Rassemblement attend la fin des négociations avec le pouvoir avant d’envisager toutes autres démarches. «Les RD-Congolais peuvent aussi maintenir la pression pour obtenir le départ de Joseph Kabila», a ajouté le premier vice-président du groupe parlementaire UDPS et Alliés. Il a reconnu que la situation sécuritaire de la RD-Congo demeure volatile et incertaine, à quelque jour de la fin constitutionnelle du 2ème et dernier mandat du président de la RD-Congo, Joseph Kabila.
Bijou KULOSO
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer