Politique

Patrick Muyaya, référence de la jeuneuse africaine

Patrick Muyaya
Invité d’honneur et orateur principal de la Génération démocratie à Dakar au Sénégal, le benjamin de l’Assemblée nationale est considéré par les organisateurs comme modèle et exemple de leadership ainsi que de l’engagement politique d’un jeune qui est sorti de nulle part et qui a pu évoluer. Pour eux, il suscite envie et l’émulation auprès des jeunes
Son leadership, son engagement politique… et son parcours séduisent. Son aura dépasse les frontières nationales. Patrick Muyaya Katembwe, jeune député national RD-congolais, revient d’un séjour de travail en France et au Sénégal.
Sur invitation d’International republican institute, cet élu de Funa a été désigné comme invité d’honneur et orateur principal en marge du lancement, du 28 au 30 octobre 2015 à Dakar, pour la première fois en Afrique, de «Génération démocratie», une structure ayant pour principale cible les jeunes. Lors d’un entretien à bâton rompu dans un restaurant huppé de la ville, le benjamin de l’Assemblée nationale a précisé qu’il a été choisi parce que les organisateurs ont estimé que son profil de jeune parlementaire RD-congolais suffit pour susciter ambitions, envie et émulation dans le chef des jeunes de cette partie d’Afrique de l’Ouest et que c’est une référence ou modèle de profil du jeune africain qu’ils souhaitent voir dans d’autres pays.
Bien avant Dakar, Patrick Muyaya a été sélectionné pour le compte de l’Afrique centrale afin de participer, du 19 au 24 octobre 2015 à Paris et à Bruxelles, à la première édition du programme «Jeunes pousses», un programme initié par l’Assemblée parlementaire francophone. Sans conteste, Muyaya honore doublement la RD-Congo.
L’Assemblée parlementaire de la Francophonie a sélectionné sept députés ayant en commun la langue française pour prendre part, du 19 au 24 octobre 2015 à Paris et à Bruxelles, à la première édition du programme «Jeunes pousses». Toute l’Afrique centrale a été représentée par le RD-Congolais Patrick Muyaya Katembwe. Il était le seul député national à défendre les couleurs nationales aux côtés d’un Sénégalais, d’un Canadien, d’une Roumaine, d’un Belge, d’une Française et d’un Bulgare.
«Le programme s’est déroulé en deux temps. Nous avons commencé par Paris où nous avons été initiés à ce que veut dire Francophonie. Nous y avons également rencontré le numéro 2 de l’Organisation internationale de la Francophonie -OIF- qui nous a expliqués la nouvelle philosophie, les programmes et autres. Toujours à Paris, nous avons aussi rencontré les opérateurs de la Francophonie qui sont les institutions qui appuient de manière permanente cette institution dont TV5 Monde. Nous avons aussi été au siège de l’Association parlementaire francophone. Par après, le fonctionnement des institutions françaises nous avaient été présentées. Nous nous sommes rendus au Sénat français où nous avons été au cœur de la démocratie comme elle s’exerce en France», a-t-il retracé.
Muyaya, l’invité d’honneur
Après l’Europe, cette fois-ci avec la casquette de référence de la jeunesse africaine, Patrick Muyaya Katembwe a poursuivi son périple défendant valablement le drapeau RD-congolais et faisant sa fierté. Il s’est rendu à Dakar au Sénégal du 28 au 30 octobre 2015. Au pays de la Teranga, l’ancien journaliste a été l’invité d’honneur de «International republican institute» qui lançait pour la première fois en Afrique une structure dénommée «Génération démocratie» ayant pour principale cible les jeunes.
«Ces jeunes ont été initiés aux fondamentaux de la démocratie pour qu’ils deviennent des vrais acteurs politiques. Acteur politique pris au sens du citoyen. Ils m’ont choisi puisqu’ils ont estimé que mon profil de jeune parlementaire de la RD-Congo, un pays d’Afrique, correspondait suffisamment pour être l’élément pouvant susciter des ambitions dans le chef des jeunes de cette partie d’Afrique de l’Ouest», a-t-il révélé. Véritable fierté pour la RD-Congo.
International republican institute n’a pas fait ce choix au hasard. Cette institution travaille à travers le monde pour propager la démocratie. Basé en RD-Congo depuis un certain temps, cette structure américaine s’est focalisée sur Patrick Muyaya. Conclusion: son profil répond parfaitement au profil du jeune africain qu’on souhaite voir dans d’autres pays.
«C’est pourquoi ils m’ont reçu en invité d’honneur pour entretenir ces jeunes gens qui font preuve de leadership dans leurs pays respectifs sur le sens de l’engagement en politique. Avec une cinquantaine de jeunes, nous avons eu trois jours de travaux. J’ai expliqué mon parcours et autres dans mon exposé», a-t-il indiqué avant de réjouir: «les organisateurs ont voulu que je sois pris comme modèle et comme exemple de leadership ainsi que d’engagement politique d’un jeune qui est sorti de nulle part, qui a pu évoluer et qui a pu arriver au niveau où je suis. Pour eux, je suscite envie et émulation auprès des jeunes».
La jeunesse, le présent de l’Afrique
A cette même occasion, quelques freins à l’élan de la jeunesse ont été identifiés. Patrick Muyaya et ses interlocuteurs ont voulu par exemple comprendre pourquoi les jeunes, pourtant majoritaires dans le fichier électoral, sont minoritaires dans les instances de prise de décision.
«Je me suis insurgé contre la phrase qui dit que les jeunes c’est l’avenir de demain. La jeunesse n’est pas l’avenir de l’Afrique, elle est plutôt le présent de l’Afrique. Et nous devons agir maintenant. Dire que nous sommes l’avenir, c’est nous renvoyer à demain. En d’autres termes, on vous dit que vous devez attendre», a-t-il cogné avec un air presque fâché. Après avoir identifié trois priorités -éducation, emploi et démographie- dans les problèmes des jeunes RD-congolais, l’élu du peuple compte partager cette même expérience à Kinshasa. En clair, dans pas longtemps, un certain nombre d’initiatives mettant les jeunes au centre sera lancé bientôt.
Barick BUEMA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer