Politique

Matungulu visite Diongo et Tshiombela

Fraîchement rentré au pays pour mener une politique active, Freddy Matungulu Ilankir Mbuyambu, président national de Congo na biso -CNB-, multiplie les contacts avec toutes les forces vives de la nation afin de mieux s’imprégner du paysage sociopolitique du pays. Le week-end dernier, il a effectué à deux reprises le déplacement de l’avenue de l’Enseignement dans la commune de Kasa-Vubu pour prendre langue avec certaines personnalités. Vendredi 9 octobre, il a rendu visite à Franck Diongo, président national du Mouvement lumumbiste progressiste -MLP. Avec cette grande figure de l’Opposition RD-congolaise, Matungulu a eu des échanges visant à asseoir des stratégies pour sauver le processus électoral en péril en RD-Congo.
Samedi 10 octobre, c’est au tour de Jonas Tshiombela, coordonnateur national de la Nouvelle société civile congolaise-NSCC-, de recevoir le président du CNB dans son cabinet. A en croire Freddy Matungulu, il s’agissait d’une visite de courtoisie et d’encouragements à cette structure de la Société civile qui fournis beaucoup d’efforts pour éveiller et conscientiser la population RD-congolaise. «Quand on a longtemps était absent du pays, lorsque l’on revient, il est important de chercher à rencontrer les sages du village pour mieux connaitre l’évolution des choses… », a déclaré Freddy Matungulu.
Le week-end dernier a été fructueux pour Freddy Matungulu, président national de Congo na biso-CNB. Vendredi 9 octobre dernier, il a été accueilli à cœur joie par Franck Diongo, président du Mouvement lumumbiste progressiste-MLP- au siège de son parti situé sur avenue de l’Enseignement, dans la commune de Kasa-Vubu. Descendu d’une jeep Range Rover peint en blanc et à vitres fumées, Freddy Matungulu et sa suite ont été chaleureusement reçus par les cadres du MLP.
Des poignées de mains, des accolades, des embrassades et des mots de bienvenue étaient au rendez-vous. Après ce vibrant accueil, Matungulu et sa délégation ont été convié à prendre part à des échanges à huis clos dans les bureaux du MLP. Au sortir de cette séance de travail, les deux personnalités ont révélé à la presse la quintessence de leurs échanges. S’étant exprimé en premier, Freddy Matungulu s’est expliqué en ces termes: «Quand on a longtemps était absent du pays, lorsque l’on revient, il est important de chercher à rencontrer les sages du village pour mieux connaitre les choses. C’est la raison pour laquelle je suis venu voir l’honorable Franck Diongo avec qui j’ai discuté de différentes questions en faveur de la démocratie dans notre pays et pour l’intérêt de la population RD-congolaise. Je suis revenu au pays pour faire avancer les choses dans la bonne direction», a-t-il souligné.
Par ailleurs, le patron du CNB a laissé entendre que cette rencontre ne sera pas la dernière du genre et que toute une série de rencontres avec des personnalités politiques qui partagent sa vision est prévue dans un futur proche. «Je suis au pays pour voir tous ceux qui luttent pour les intérêts du peuple. Dans cette optique, je compte rencontrer tous les hommes politiques qui ont la volonté de faire changer les choses dans notre pays», a précisé le prof. Matungulu.
Dans le même ordre d’idées, le président de CNB a signifié qu’au moment venu des éventuelles pourront se faire entre son parti et d’autres formation politique de l’Opposition RD-congolaise toujours en faveur des intérêts du peuple. Au sujet de la confirmation de sa candidature à la présidentielle de 2016, l’ancien fonctionnaire du FMI s’est montré réservé. «Avant de confirmer mes ambitions pour briguer la magistrature suprême en 2016, je vais d’abord consulter ma base à travers tout le pays. Je pense que ce sera une décision qu’on prendra ensemble», a-t-il martelé.
Flatté d’avoir reçu cette visite, pas n’importe laquelle, Franck Diongo, député national et président national du MLP, a fait preuve de beaucoup d’égard vis-à-vis de son hôte. «J’ai beaucoup de respect pour le président Matungulu notamment pour son attachement aux valeurs démocratiques. C’est un haut cadre du FMI qui a osé démissionner de ses fonctions pour revenir défendre les intérêts du peuple. En 2003, il avait déjà quitté son fauteuil de ministre des Finances, Budget et Economie suite à la mauvaise gestion du pays. Il nous a honorés par sa visite qui nous a permis de passer en revue toutes les grandes questions politiques du pays. Nous l’avons dit que l’urgence pour l’heure, c’est d’obtenir le déblocage du processus électoral et empêcher toutes tentatives visant à favoriser le glissement et sauver la démocratie dans notre pays», a soutenu Franck Diongo.
Au finish, Franck Diongo a appelé la population RD-congolaise à se réveiller de son profond sommeil et de prendre son destin en mains, car, pour lui, en tant que souverain primaire, le peuple a le droit de décider sur ce qu’il veut ou pas. Il a ainsi lancé un appel solennel aux étudiants, aux confessions religieuses et à toutes les souches de la population RD-congolaise pour l’essor de la démocratie en RD-Congo.
Un tour chez Tshiombela  
Poursuivant avec ses visites, Freddy Matungulu s’est rendu samedi 10 octobre au siège de la Nouvelle société civile congolaise -NSCC. Il a également été bien accueilli par Jonas Tshiombela, coordonnateur national de la NSCC. A en croire, le président de CNB, il s’agissait d’une visite de courtoisie pour encourager la NSCC pour le travail combien louable qu’elle fait pour éveiller et conscientiser la population RD-congolaise.
«Je suis venu dire à la NSCC tous mes encouragements pour les efforts qu’elle fournit dans l’éveil et la conscientisation de la population, car il est important d’impliquer le peuple dans le débat politique parce que c’est de son avenir qu’il s’agit. Je voulais aussi m’assurer que nous avons des passerelles qui nous permettront d’atteindre notre population», a fait savoir Matungulu.
Les deux personnalités ont également évoqué les différentes questions politiques du pays notamment des perspectives pour le déblocage du processus électoral. Pour Matungulu, seules les élections pourront sortir le pays de la crise qu’elle traverse actuellement. Dans cette optique, il a invité le gouvernement à mettre à la disposition de la CENI des moyens conséquents pour organiser les élections, notamment la présidentielle.
Guylain LUZAMBA     

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer