Politique

Mariage CENI-Eglises: vérité des urnes, machine huilée!

Le Président de la CENI, Abbé Apollinaire Malu Malu
Le Président de la CENI, Abbé Apollinaire Malu Malu
Le président de la CENI  a plusieurs tours dans ses manches. Son initiative en faveur des chefs religieux s’est avérée fructueuse. Il a non seulement nanti les hommes d’Eglise d’une science électorale. Mais aussi et surtout, il s’est trouvé une alliée de taille pour le bon déroulement et la crédibilisation du processus électoral: la Commission de l’intégrité et médiation des conflits électoraux -CIME
Malumalu ratisse large pour réussir les prochaines élections en RD-Congo. Organisé en partenariat avec les confessions religieuses, l’atelier de formation sur le leadership et gestion des conflits électoraux s’est clôturé le dimanche 11 mai 2014, dans la Maison des élections sise au deuxième niveau de l’immeuble Kin-Maziere. Succès à la clé. Ces importantes assises ont été sanctionnées par une déclaration des hommes de Dieu. La machine pour la vérité des urnes est huilée.
Que la plateforme «Confessions religieuses» participe quatre jours durant à cette activité organisée par Malumaludissipe tout malentendu sur la légitimité de l’abbé-président de la Centrale électorale. Le débat est clos. Les Confessions religieuses, présidée par l’évêque catholique Djomo, président de la Conférence nationale épiscopale du Congo -CENCO-, dont est issu Malumalu, ont achevé de lui réitérer leur confiance. Fort de ce nouveau pacte scellé avec la naissance de la Commission de l’intégrité et de médiation électorale -CIME-, la RD-Congo croise les doigts. Elle s’est dotée d’une structure destinée à peser lourd dans la crédibilisation du processus électoral en cours.
Merci pour avoir organisé et appuyé cet atelier de formation. La phrase a été prononcée par tous les participants qui ont pris la parole lors de cette cérémonie de clôture. C’est clair. Le président de la CENI a plusieurs tours dans ses manches. Son initiative en faveur des chefs religieux s’est avérée fructueuse. Il a non seulement nanti les hommes d’Eglise d’une science électorale. Mais aussi et surtout, il s’est trouvé une alliée de taille pour le bon déroulement et la crédibilisation du processus électoral: la Commission de l’intégrité et médiation des conflits électoraux -CIME.
Plus que jamais, les gardiens de la parole divine sont décidés à mettre la main à la patte des élections. «Nous, participants à la formation… après avoir suivi avec intérêt les modules sur: le cycle électoral et ses phases de vulnérabilité, leadership et ses principes fondamentaux,…, transmission de résultats, vision, mission et objectifs d’une commission d’intégrité et médiation électorale, techniques de négociation et prévention de la violence électorale, avons adopté à l’unanimité, le protocole créant une Commission d’intégrité et médiation électorale en RD-Congo», ont déclaré les chefs des confessions religieuses. Désormais, ces derniers sont embarqués dans le train des élections.
Le pays croise les doigts. Le tandem CENI-CIME a une lourde mission. Crédibiliser le processus électoral. Et les hommes de Dieu comptent bien laisser leur empreinte. Pour le coordonateurde la CIME, le Révérend ElebeKapalayi Delphin, chef spirituel adjoint de l’Eglise de Jésus-Christ sur terre pas son serviteur Simon Kimbangu, les malheureux exemples des dernières élections en RD-Congo et en Afrique devra servir de leçon.
Il y a nécessité d’amorcer «un travail de grande envergure» dans lequel tous les acteurs doivent s’impliquer afin d’éviter une issue des scrutins agitée à la nation. Le Kimbanguiste estime que pour avoir des élections apaisées, il faut changer le RD-Congolais. «Les élections ne seront apaisées qu’avec les esprits apaisés et des cœurs en paix. Elles sont agitées si les esprits sont surchauffés et les cœurs troublés», a-t-il souligné. Premier signal, la CIME s’oppose à la conquête du pouvoir par la force. Eglise au milieu du village, la Commission d’intégrité et médiation s’attèlera à créer un terrain d’attente entre les différents acteurs engagés dans le processus. A en croire son coordonateur, cette structure nouvellement créée se chargera aussi d’organiser des rencontres entre les parties prenantes dans le but de l’harmonisation des stratégies et de monitoring des activités. Ce, dans le souci d’offrir à la population un espace garantissant son vote transparent et apaisé. Un véritable atout pour la CENI.
En outre, la CIME a pour mission de promouvoir la vérité des urnes et l’intégrité des élections, la culture de recours aux mécanismes juridictionnels ou non de résolution des conflits électoraux par les parties prenantes, contribuer à la sensibilisation des parties prenantes à la lutte contre les formes de violences, de corruption et de fraude électorale. Aussi, rappeler aux gouvernants et aux gouvernés leurs devoirs et obligations pour la tenue des élections libres, démocratiques, crédibles transparentes et apaisées. Et contribuer à la vulgarisation des textes légaux et réglementaires relatifs au processus électoral en RD-Congo. Pour mener à bien sa mission, la commission de médiation est constituée de seize membres à raison de deux par confession religieuse. Elle vivra des contributions des confessions, subventions de l’Etat RD-congolais et des dons et legs.
Hugo Robert MABIALA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer