Dossier à la UneDossier spécial électionsNationPolitique

RDC: La Loi électorale tripatouillée, Mukebayi au front

L’élu de Lingwala appelle son parti, Ensemble pour la République, à s’approprier les deux réformes rejetées à l’Assemblée nationale, notamment l’exclusion des parents comme suppléants et la prohibition des candidatures à plusieurs niveaux…

L’Union sacrée de la nation est accusée de tripatouiller la loi électorale, en décidant d’élaguer une des dispositions majeures de la réforme de la loi électorale initiée par le G13, exigeant la publication des résultats bureau de vote par bureau de vote. Réagissant via un tweet, le député provincial de Kinshasa, Mike Mukebayi, a haussé le ton en ces termes: «la majorité USN a montré ce qu’elle est, rébarbatrice au progrès et favorable au clientélisme. Elle a rejeté la réforme excluant parents et cousins comme suppléants. Vivement l’avènement d’une majorité progressiste en 2023… J’appelle mon parti Ensemble MK à s’approprier les 2 réformes rejetées à l’Assemblée nationale».

Outre les deux réformes évoquées par Mike Mukebayi, des membres du G13 parlent du rejet de la réforme à la publication des résultats bureau par bureau. Alors que dans sa démarche pour de réformes électorales en vue des scrutins apaisés en 2023, le G13 avait pris en compte la principale revendication de Martin Fayulu, challenger de l’actuel Chef de l’Etat, qui se considère encore comme étant le président élu et légitime de la RD-Congo.

Claquant la porte de la plénière de jeudi 12 mai, le G13, par l’entremise du député national Jacques Djoli, a renseigné que cette loi ne devrait pas subir de retouches parce qu’elle était déjà recevable; elle doit plutôt aller en commissions pour débat. «Nous voulons simplement garder la lettre du règlement et l’esprit du parlementarisme», a-t-il souligné.

Autre ténor d’Ensemble pour la République, Moïse Moni Della a aussi donné de la voix pour fustiger ce passage en force qui ne favorise pas le consensus, mais tapisse la fraude électorale en 2023. «Il faut une mobilisation générale et généralisée pour barrer la route aux fossoyeurs de la démocratie. La publication des résultats bureau par bureau est l’innovation intéressante et remarquable de cette Loi électorale. Par cette charcutage, on a vidé sa substance et sa pertinence. À travers cette opération de bidouillage de la loi électorale, on peut affirmer que les élections de 2023 ne seront pas transparentes», a-t-il fait remarquer avant d’interroger: «on a peur de quoi et de qui?».

Selon André Mbata, premier vice-président du bureau de l’Assemblée nationale, il n’y a pas eu tripatouillage de cette dernière disposition, mais plutôt une amélioration consistant à ce que tous les résultats soient publiés par le président de la CENI. Visiblement, la polémique est née, et certaines indiscrétions renseignent que le bureau de l’Assemblée nationale compte sur la majorité parlementaire Union sacrée pour réussir le coup.

OK

Articles similaires

Laisser un commentaire

Fermer
Fermer