Politique

Les pro-Mokonda chargent Gilbert Kiakwama et ses acolytes

Il y a peu, une frange des membres de la Convention des démocrates chrétiens -CDC- avait osé désavouer Florentin Mokonda Bonza, président national du parti, l’accusant de s’intéresser plus aux activités de la plate-forme Nouvelle initiative pour le Congo -NIC- au détriment des intérêts du parti. Réponse du berger à la bergère. Cette déclaration a rencontré une farouche opposition des membres se réclamant du Comité directeur ainsi que du Conseil national de la CDC. Réunis samedi 23 avril dernier en la résidence de Mokonda Bonza à qui ils ont réitéré leur confiance, ces membres du Comité directeur et du conseil national de la CDC ont fermement stigmatisé le comportement jugé immoral affiché par ce qu’ils qualifient de minorité qui ne vise, selon eux, qu’à saper délibérément l’image du parti. Les pro-Mokonda voient dans ces remue-ménages observés dans leur parti, l’ombre de Gilbert Kikwama, vice-président national du parti, qui serait mécontent de la décision prise par une majorité écrasante du Comité directeur et du Conseil national de créer la plateforme NIC.
Position de la Convention des démocrates chrétiens -CDC- face à la déclaration intempestive parue dans la presse ces derniers jours
A la suite de la déclaration malencontreuse produite dans la presse, par une frange minoritaire de notre parti, la Convention des démocrates chrétiens -CDC-, les membres du comité directeur et du conseil national réunis le samedi 23 avril 2016 en la résidence de son président national, le sénateur Florentin Mokonda Bonza, ont stigmatisé fermement le comportement immoral affiché par une minorité qui ne vise qu’à saper délibérément l’image du parti.
Après débats et délibérations, la direction du parti rend publique la position suivante afin de rassurer ses membres et sympathisants éparpillés à travers le pays ainsi que l’opinion toute entière.
Les remue-ménages constatés au sein de notre parti, la CDC, sont l’œuvre d’une frange minoritaire conduite par le vice-président national Gilbert Kiakwama kia Kiziki qui, mécontent de la décision prise par une majorité écrasante du comité directeur et du conseil national de créer la plateforme Nouvelle initiative pour le Congo -NIC-, est entrée en rébellion pour des raisons d’intérêt purement égoïstes. Il s’est autoproclamé, contre toute logique, président intérimaire.
S’étant rendu à l’Ile de Gorée, au Sénégal, sans informer le comité directeur et sans avoir été expressément mandaté par celui-ci, il va s’engager au Front Citoyen 2016 sans titre ni qualité au nom du parti, contrairement aux dispositions de l’article 24 des statuts qui indiquent que c’est le président national qui «représente et engage le parti auprès des tiers, des institutions tant nationales qu’internationales, publiques ou privées». Ce faisant, il aurait voulu que le parti suive aveuglement dans ses égarements.
C’est ce qui justifie la rébellion dont il en est coupable aujourd’hui entraînant dans son sillage quelques membres du comité directeur dont particulièrement les vice-présidents Jean Philibert Mabaya Gizi Amine et Léon Mondole Esso Libanza.
Quant au vice-président Mabaya, il s’est toujours illustré par son désintérêt aux activités du parti. Ses absences systématiques et délibérés aux réunions du parti depuis près de 5 ans le témoignent. En outre, il a créé un parti politique dont il est l’autorité morale, et ce, en violation de l’article 7 des statuts.
S’agissant du vice-président Mondole, outre ses absences aux activités du parti depuis bientôt un an, il s’est rendu coupable de l’acceptation des fonctions de modérateurs d’une plateforme dont la CDC s’est officiellement retirée. A ce titre, il était déjà en procédure de radiation du parti. Grande est la surprise de la CDC de retrouver son nom sur la liste des signataires du pamphlet.
La CDC a l’impression que le dialogue en cours de préparation devient un poison pour certains membres de l’Opposition qui, hier le fustigeaient et le dénigraient, cherchent aujourd’hui le raccourci en y annonçant leur participation. Suivez notre regard tout en prenant soin de voir de quoi sera fait demain.
Pour l’heure, le parti demeure serein tout en constatant que tous les membres qui refusent de se soumettre, de manière délibérée, aux décisions du comité directeur et du conseil national, se placent en position de rébellion. Dans ce cas, la CDC les considère comme ne faisant plus partie de ses membres, conformément notamment à l’article 22 du Règlement intérieur.
La CDC ne peut qu’en prendre acte.
Toutefois, la CDC, parti d’inspiration chrétienne, est toujours disposée à accueillir ceux des membres qui acceptent de s’amender et de poursuivre la lutte pour le triomphe des valeurs éthiques, morales et républicaines.
Fait à Kinshasa, le 27 avril 2016
Les signataires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer