Politique

Les 15 soldats de Kabila, Matata le dernier

Séquence difficile pour le Premier ministre, au dernier rang dans le baromètre Les Points des personnalités loyales à Joseph Kabila, publié au moment où l’Autorité morale compte ses troupes après le départ des membres du G7. Tshibanda Top 1, Aubin Minaku numéro 2, Félix Kabange au 3ème rang, Kalev, Mende, Makiashi, Muyej, Boshab… sont les 14 premiers à prendre clairement position en faveur de Kabila, à en croire l’opinion
Des équipes de l’Institut Les Points ont sillonné le territoire national, où elles ont été au contact du public pour dresser l’indice de loyauté des personnalités membres de la Majorité présidentielle à Joseph Kabila, leur autorité morale. Objectifs: dresser la liste des fidèles des fidèles et savoir sur qui Kabila peut compter au moment où le G7 a fait des infidélités à sa légion.
Et les résultats sont éloquents: ils sont quinze, ces éternels kabilistes, ces soldats jugés et appréciés par la rue. Aux yeux du public sondé, leur engagement et leur loyauté vis-à-vis du Raïs ne fait l’ombre d’aucun doute. Leurs prises de position dans les médias locaux comme internationaux, leur prise de parole en public…tout a été passé au crible par l’échantillon abordé par l’Institut Les Points.
Alors qu’on annonçait Kabila de plus en plus esseulé, orphelin, désavoué, voici surgir ce sondage, une véritable tribune d’expression de la rue. Quand les uns voient Kabila seul, la population, elle, le voit entouré de ses inconditionnels, ceux qui ont cru en lui et qui continuent à croire en lui. Parmi eux, des membres du Gouvernement, des élus nationaux, un agent des services secrets, des anciens ministres et un gouverneur. Ils ne sont pas jugés par la ville haute.
Il s’agit plutôt d’une sanction populaire… Dans ce classement, trône le ministre des Affaires étrangères et autorité morale de l’ULDC, Raymond Tshibanda. Pourtant discret, souvent dans l’ombre mais très présent sur front diplomatique, sa loyauté au Chef de l’Etat ne passe pourtant pas inaperçu au sein de la population. Première personnalité issue de l’ex-Katanga à figurer sur cette liste, le ministre de la Santé publique Félix Kabange Numbi arrive au troisième rang, derrière le président de l’Assemblée nationale et secrétaire général de la MP, Aubin Minaku.
Naturellement, le PPRD a le premier effectif avec 8 personnalités. Outre Minaku, s’alignent Antoine Ghonda 8ème, Barnabé Kikaya 9ème, Richard Muyej 11ème, Evariste Boshab top 12, Marcellin Chissambo 13ème, Adolphe Lumanu 14ème et Matata Ponyo. Séquence difficile pour le Premier ministre classé au dernier au baromètre de la loyauté au Président de la République alors que, logiquement, il est la personnalité appelée à porter le poids de la majorité sur ses épaules et à prendre clairement position en faveur du chef de l’Etat.
L’engagement politique est un terrain où le Premier ministre est aussi moins bon que les deux technocrates du classement, Kalev Mutond 4ème et Me Nkulu Kilombo 10ème. Ou trois autres de ses ministres, notamment le Vice-Premier ministre PALU de l’Emploi Willy Makiashi top 5, le ministre des Médias Lambert Mende 6ème, le ministre des Relations avec le Parlement et président de l’Association Kabila Désir Tryphon Kin-kiey 7ème.
AKM
Renseignements généraux du sondage Les Points sur la loyauté
La rentrée de septembre promettait d’être chaude. Elle est en train de tenir toutes ses promesses. Pour l’anecdote, c’est un député national, Ne MuandaNsemi, gourou de la secte politico-religieuse Bundu dia Kongo, qui avait, le premier, annonce les hostilités. En séjour au Kongo Central après un entretien avec le Chef de l’Etat dans le cadre du pré-dialogue, il prônait l’institution d’une Transition politique de trois ans. Mais quelques jours plus tard, il faisait volte face et déclarait abandonner la politique, accusant le pouvoir d’avoir été ingrat à son égard.
Une semaine après, était autour de l’UDPS/Tshisekedi d’annoncer, à la surprise générale, qu’il se désengageait du pré-dialogue qu’il menait avec des émissaires du pouvoir.   Et voilà qu’à la veille de la rentrée parlementaire de septembre, alors qu’une partie de l’Opposition organisait un meeting-test à l’Est de la capitale, un pan entier de la Majorité présidentielle faisait défection sans crier gare, au motif qu’il voulait sauver la démocratie contre les velléités de glissement qui, affirmait le désormais G7, se faisaient jour au sein de cette plate-forme.
Alors que les masques tombent à la Majorité présidentielle, le Président Kabila ne peut plus compter que sur un pré-carre des fidèles collaborateurs pour la suite de son mandat et de son projet politique. Mais qui sont aujourd’hui ces derniers Mohicans qui entourent Joseph Kabila au moment ou tous les opportunistes anticipent sur leur positionnement futur et regardent désormais ailleurs? C’est dans cet angle que nous avons mené une enquête d’opinion pour savoir sur quelles personnalités le Président de la République pourrait s’appuyer en ces temps troubles où, parfois, les agneaux d’hier peuvent se transformer en loups.  
Il ressort qu’à l’issue de cette enquête, réalisée du 17 au 18 sept à Kinshasa, au tour d’un échantillon représentatif des 1.000 enquêtés, seulement 32% se sont livrés à l’exercice contre 68% d’abstention. Globalement, sur les 15 inconditionnels de Kabila, huit (8) sont membres du PPRD; deux (2) technocrates; ULDC, PALU, CCU, ECT et Kabila désir se partagent les cinq (5) restants.   
Le classement en ordre d’arrivée se présente de la manière suivante:
1.Raymond Tshibanda Tunga Mulongo (ULDC): 68%. Il est pour beaucoup dans le rayonnement actuel de la diplomatie congolaise. On ne lui accordait pas une longue vie à la tête de la diplomatie congolaise. Mais il a déjoué les pronostics et est devenu à ce jour, un des ministres les plus populaires du gouvernement congolais sur le plan international.
2.Aubin Minaku (PPRD): 67%, le speaker de la Chambre basse se bat comme un diable pour faire passer les lois essentielles et sillonne le monde pour rassurer les partenaires sur la sincérité du régime à respecter la Constitution et à assurer le processus électoral. Il s’est acquit une stature d’homme d’Etat qui lui confère désormais une nette autorité à la tête de la Majorité et la récente crise des frondeurs n’a fait que renforcer son aura.
3.Félix Kabange Numbi (ECT): 66%. Le ministre de la Santé, initiateur du parti ECT, qui a fait son trou dans l’ex-Province du Katanga, a été choisi par ses pairs du Bureau politique de la Majorité pour donner la charge contre le G7 dernier à Fatima. Défenseur des intérêts du chef de l’Etat dans l’ex-Katanga, il est aujourd’hui aux côtés de Muyej et du prof Mbuyu, un des piliers du Président de la République.
4.Kalev Mutond (Technocrate): 64%. Pour préparer le Dialogue national, c’est lui que le Chef de l’Etat a placé à la manœuvre. Discrètement, il a tissé sa toile et a balisé le terrain sans ambition personnelle ou calcul politique personnelle. Et au final, le secret est resté bien gardé sur les tenants et les aboutissants de ce forum qui continue à faire l’objet de tous les fantasmes.
5.Willy Makiashi (PALU): 64%. Le vice-premier ministre et ministre du Travail n’est pas membre de la MP. Mais sa présence fort remarquée aux côtés des partenaires du PALU dans la tourmente qui vient de secouer la MP démontre à suffisance la loyauté du parti d’Antoine Gizenga vis-à-vis de la coalition au pouvoir et à la pérennité du camp des Lumumbistes face aux libéraux-conservateurs qui viennent de rejoindre l’Opposition.
6.Lambert Mende Omalanga (CCU): 62%. Le rhétoricien du régime, toujours sur la brèche pour donner la réplique aux détracteurs du régime. Il est sans doute l’homme le plus détesté par les opposants du régime Kabila.
7.Kin-kiey Mulumba (KD): 60%. On l’a traité de tous les noms mais il est monté en première ligne pour défendre son «Kabila Désir», jusque sur les plateaux parfois hostiles des chaînes occidentales. Lui n’a jamais fait mystère de son intention de voir l’actuel Président rempiler pour un troisième mandat.
7.Antoine GhondaMangalibi (PPRD): 58%. Ambassadeur itinérant sans titre officiel ni adresse connue, c’est le prototype même du «visiteur» du soir. Il est toujours entre deux avions promenant sa silhouette d’une capitale africaine à une métropole européenne, asiatique ou américaine au gré de la feuille de route de son Chef.
8.Kikaya Bin Karubi (PPRD): 58%. Apres une longue virée diplomatique à Londres, il revient au Cabinet du Chef de l’Etat à un poste de confiance, celui de Conseiller Principal au Collège Diplomatique. Il a été le premier à réagir dans les médias après la défection du G7, alors que tout le monde semblait encore hébété.
9.Me NkuluKilombo (Technocrate): 55%, C’est l’homme de l’ombre par excellence. Sans statut officiel, il est de toutes les tractations secrètes. Très proche du Chef de l’Etat.
10.Muyej Mangez Mans (PPRD): 54%. Ancien député national, ancien ministre, il reste un des piliers du régime Kabila au Katanga, où selon certaines sources, il serait proposé comme Gouverneur de la nouvelle province du Lualaba.
11.Evariste Boshab (PPRD: 53%. Soldat du régime, il est sur tous les fronts. Il a d’abord été le premier partisan d’une révision constitutionnelle, d’une loi controversée sur la répartition des sièges et a mené à la hussarde le processus de démembrement des provinces. C’est aussi lui qui serait à la base de la requête devant la Cour Constitutionnelle qui vient d’aboutir à la nomination des Commissaires Spéciaux à la tête de nouvelles provinces.
12.Marcellin Chissambo (PPRD): 50%. Il est resté un des plus proches conseillers du Président Kabila malgré son statut de Gouverneur du Sud Kivu.
13.Lumanu Bwana Sefu (PPRD): 50%. Devenu homme de l’ombre depuis son départ du Gouvernement, c’est lui l’idéologue du PPRD et de la MP. Bien au fait des coulisses politiques du pays, c’est un des faucons du régime, très proche du Chef de l’Etat
14.Matata Ponyo Mapon (PPRD) clôture la liste des 15 inconditionnels avec 50%. C’est le technocrate de l’écurie. Le Premier ministre a redonné une visibilité à la Révolution de la modernité par ses performances macro économiques. Il s’est créé beaucoup d’ennemis suite à la gestion qu’il qualifie de rigoureuse, mais jugée opaque dans sa propre famille politique. L’homme a l’appui total du Chef de l’Etat. Les bruits courent qu’en cas de vacance à la candidature pour les prochaines présidentielles, il serait volontiers partant.
 
Les Points 
 

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer