PolitiqueSociété

Le tandem Kambinga-Mbengele déterminé à opérationnaliser la ZES/Maluku

La RD-Congo a connu un phénomène de désindustrialisation. Quelque 60 ans après l’indépendance, le pays est passé de plus de 6.000 industries à moins de 350. Le ministre RD-congolais de l’Industrie Germain Kambinga Katomba est conscient de ce diagnostic. Il refuse d’assister impuissant à ce déclin industriel non sans entreprendre d’inverser la tendance. Il fourmille d’initiatives pour améliorer l’image de la RD-Congo, dans son secteur bien-sûr, auprès des bailleurs internationaux, des fonds d’investissement étrangers et des opérateurs économiques nationaux. Cohérent, il a, vendredi 4 mars 2016 à l’Hôtel du gouvernement, lancé le Programme d’urgence de soutien à l’industrie locale -PUSIL. Au cours de cette cérémonie, Germain Kambinga et Constantin Mbengele, ADG du Fonds de promotion de l’industrie -FPI-, ont signé un contra-programme sur l’opérationnalisation des Zones économiques spéciales -ZES- principalement celle de Maluku dans la périphérie Est de la ville de Kinshasa considérée comme pilote. Le tout, devant témoin: Thomas Luhaka Losendjola, vice-Premier ministre en charge des PT-NTIC.
Conformément à la 17ème résolution des 28 mesures urgentes du gouvernement, le ministre RD-congolais de l’Industrie a lancé PUSIL. Cérémonie appropriée pour procéder à la signature d’un contrat-programme entre Germain Kambinga et Constantin Mbengele Kwete en vue de l’opérationnalisation des Zones économiques spéciales -ZES. Par ce contrat, le ministre de l’Industrie a été désigné pouvoir public et le FPI a été dénommé aménageur. Concrètement, le FPI, l’aménageur donc, accompagne le gouvernement de la République dans l’identification de trois nouvelles Zones économiques spéciales. Les responsabilités sont bien partagées. Le pouvoir public, par exemple, est tenu de finaliser le texte portant sur les avantages à accorder aux entreprises installées au sein des ZES, d’inspecter et de contrôler régulièrement ces entreprises, d’inspecter et de contrôler les prestations de service, de participer aux efforts d’identification des partenaires financiers pour l’exécution du projet ainsi que de promouvoir les ZES à travers l’approche information, éducation et communication consistant à susciter auprès des secteurs ciblés l’intérêt de participer au projet ZES en tant qu’investisseurs, producteurs, promoteurs de projet ou fournisseurs des biens et services. L’aménageur, quant à lui, s’est engagé à mobiliser annuellement les ressources nécessaires à la réalisation du projet par l’allocation d’une quotité de la Taxe de la promotion de l’industrie -TPI- dont le taux sera fixé par le conseil d’administration du FPI dans un budget annuel, de financer les activités de promotion des ZES initiées par le pouvoir public et d’aménager un parc industriel pour les Petites et moyennes entreprises -PME- dont la majorité du capital social sera détenu par les personnes physiques de nationalité RD-congolaise. A cette liste de responsabilité de l’aménageur s’ajoute la désignation d’un ou de plusieurs opérateurs devant assurer la fonctionnalité de la ZES/Maluku, l’aménagement et la gestion des ZES y compris les infrastructures, les entrepôts et les autres structures nécessaires à ses activités. L’aménageur doit également jouir des retours financiers découlant de ses investissements, se prévaloir du statut d’entreprise zone économique et de jouir des avantages et privilèges qui y sont rattachés ainsi que participer aux efforts d’identification des partenaires techniques et financiers pour l’exécution du projet. Pour que ce projet ne s’arrête pas à mi-chemin, un organe de suivi est même mis en place incessamment. Cet organe de suivi est composé de six membres en l’occurrence un membre de la Présidence de la République, un membre de la Primature, deux membres du ministère de l’Industrie dont le ministre, un membre du FPI et un membre pour l’AZES. Comme les animateurs de l’AZES ne sont pas encore nommés, le coordonateur de la Cellule d’appui aux zones économiques spéciales -CAZES- assurera la représentation au sein de l’organe de suivi.
Quatre composantes de PUSIL
Souhaitant la bienvenue aux invités dont plusieurs membres du gouvernement et faisant la présentation du PUSIL sur PowerPoint, Germain Kambinga a indiqué les quatre composantes de PUSIL, dont la densification accélérée du tissu industriel via la création des ZES sur toute l’étendue du territoire, la promotion de l’entreprenariat national, la mise en place d’une boite à outils complète pour le financement de l’industrie en RD-Congo et l’aide à la compétitivité de l’industrie RD-congolaise, sont une réponse pouvant apporter des solutions concrètes aux maux rongeant l’industrie du pays. Dans son chronogramme, le contra-programme a tout prévu. Après lancement du PUSIL et finalisation des études de faisabilité, place est au lancement des appels d’offres pour l’exécution de différents projets, à la pause de la première pierre à la ZES par le Chef de l’Etat suivi de l’inauguration de dix entreprises, à la présentation au gouvernement du rapport sur la composition de la boite à outils de financement de l’industrie et à la création de la banque d’investissement industriel avec le FPI comme promoteur.
Barick BUEMA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer