Politique

Le ministre des Affaires foncières passe de la parole à l’acte Lumeya-Dhu-Maleghi pour la redistribution des terres non mises en valeur

Encore des points que va marquer Lumeya-Dhu-Maleghi. Après sa ronde effectuée samedi 24 juin  au Secrétariat général de son ministère et à la circonscription foncière de Barumbu, le ministre a instruit le secrétaire général des Affaires foncières et tous les conservateurs de titres immobiliers de récupérer toutes les concessions qui n’ont été suffisamment pas mises en valeur ou non mises en valeur jusque-là. Seul le gouvernement est propriétaire de la terre, a-t-il dit. Contrairement dans d’autres pays, le sol et le sous-sol en RD-Congo sont la propriété de l’Etat.
Il ne fait que concéder à titre perpétuel aux personnes physiques RD-congolaises, et à titre ordinaire aux étrangers ou aux personnes morales. «Nous devons nous déployer sur terrain. Les concessions qui ne sont pas mises en valeur, on doit les récupérer», déclare Me Lumeya-Dhu-Maleghi. Un véritable défi que ce dernier vient de lancer. Pourtant, Il y a des RD-Congolais qui ont acquis de centaines d’hectares de terres mais malheureusement ils ne les ont jamais mises en valeur. Alors que des autochtones ont besoin de ces terrains pour faire des activités champêtres.
 
L’opération va résorber tant soit peu le problème de chômage mais également celui de la famine. Le ministre Lumeya mènera cette action en collaboration avec les chefs coutumiers, apprend-on de ses services. Objectif: remettre de l’ordre dans le secteur.
 
A en croire les propos du ministre, dans le respect de la loi, il faut reprendre ces terres pour les redistribuer aux autochtones. «Il était difficile aux paysans de trouver l’endroit pour cultiver alors qu’il y a des gens qui ont pris ces terres sans les mettre en valeur», explique le ministre des Affaires foncières. Il faut rappeler qu’à l’époque du régime Mobutu, l’ancien Président rwandais Juvenal Habyarimana avait obtenu plus de 3.000 hectares dans le Kivu englobant de villages entiers. Fort de cette acquisition, il obligeait les villageois à payer les redevances avant de cultiver sur le sol de leurs ancêtres. «C’est pour mettre fin à cette pratique que cette mesure a été prise», dit-il. Face à ce danger, Lumeya-Dhu-Maleghi tape du poing sur la table. Il est déterminé à redistribuer ces terres aux autochtones pour leur permettre de les utiliser à bon escient.
 
Par ailleurs, le ministre des Affaires foncières veut mettre en application la vision du Chef de l’Etat Joseph Kabila liée à la «Réserve foncière». Très clair, le gouvernement Tshibala veut passer de la parole à l’acte. Un véritable chantier pour Me Lumeya, le juriste chevronné. L’objectif du gouvernement est de garder beaucoup d’espaces dans chaque province pour une utilisation rationnelle en vue de grands projets de développement. Si les investisseurs débarquent dans une des localités ou provinces, il ne sera pas question de déguerpir la population autochtone mais plutôt de leur donner les espaces déjà réservés.
Christian BUTSILA
 
 

Articles similaires

Fermer
Fermer