PolitiqueSociété

L’ABACO Europe s’associe aux opérations «Nuit debout Kinshasa» contre la hausse des prix de connexion Internet

Les organisations des médias, entre autres l’Union nationale de la presse congolaise -UNPC-, Journalistes en danger -JED- et les organisations qui encadrent les éditeurs de presse et les médias audiovisuels privés décident d’organiser une série d’actions pour protester contre la hausse des prix de l’Internet mobile: une hausse de 35 à 500% sans préavis chez tous les opérateurs. Déjà, ils appellent à une journée sans presse et sans crédit lundi 20 juin prochain. «En République démocratique du Congo, pendant que la population a du mal à supporter une dépense supplémentaire ayant quadruplé, opérateurs de télécommunications et gouvernement se renvoient la responsabilité de la hausse soudaine des prix des abonnements à Internet», indique Gaspard-Hubert Lonsi Koko, premier vice-président de l’Alliance de base pour l’action commune -ABACO-, direction Europe, dans un communiqué de presse. Tous les opérateurs, de leur côté, mettent en avant une hausse de leur redevance annuelle de 50% pour justifier les nouveaux tarifs. Tout en contestant cette augmentation non fondée et en s’associant aux opérations «Nuit debout Kinshasa contre des prix de connexion Internet», la direction Europe de l’ABACO estime que seul le recours aux Nouvelles technologies de l’information et de communication -NTIC- permettra de lutter en toute efficacité contre l’analphabétisme et la fracture numérique. Par conséquent, poursuit Gaspard-Hubert Lonsi Koko, l’ABACO privilégie les NTIC comme backbone -à savoir un réseau informatique faisant partie des réseaux longue distance de plus haut débit d’Internet- en vue de l’éducation pour tous. Ainsi, le développement de la fibre optique à travers le territoire national facilitera-t-il le partage des connaissances. L’ABACO propose la création et le renforcement des centres de formation pour les cadres de l’administration nationale, provinciale et locale. «Dans cette optique, il est indispensable de mettre en place des centres d’apprentissage, de formation professionnelle et technique», fait savoir Gaspard-Hubert Losi Koko. Et de conclure: «l’ABACO bâtira donc un pays au sein duquel la formation initiale garantira un niveau éducatif élevé et une autonomie personnelle que confortera l’ambition du plein-emploi et de la croissance».
Christian BUTSILA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer