Politique

Kikaya réclame la démission des frondeurs

Barnabé Kikaya bin Karubi n’est pas homme à accepter la duplicité et l’imposture. Surtout quand leurs auteurs visent injustement Joseph Kabila. Il s’était déjà signalé en 2009 quand Vital Kamerhe s’était brouillé avec le Président de la République, allant jusqu’à comparer l’ancien compagnon à Brutus, l’image du traitre par excellence dans la Rome Antique. Cette fois-ci, il s’implique publiquement au débat suscité par la troisième lettre ouverte des membres du G7 à Kabila. Passant au peigne fin cette correspondance abondamment relayée dans les réseaux sociaux le jour même où ses auteurs l’ont adressée à son destinataire, Kikaya trouve à redire tant sur le plan de la forme que du fond.
L’ambassadeur démontre, avec force détails, que les membres du G7 de la Majorité présidentielle se dévoilent en faisant des procès d’intention à leur Autorité morale, textuellement comme le fait l’Opposition dont ils relaient désormais les thèses dans l’espoir d’en retirer des dividendes politiques probables. Dans sa pertinente analyse, Kikaya remarque et fait remarquer que les frondeurs du G7 savent rechercher la consommation populaire de leur initiative mais n’ont nile courage ni l’honnêteté de tirer les conséquences de la rupture de contrat évoquée depuis leur première lettre ouverte. L’option suggérée de la démission ou d’abandon des postes du deal avec Kabila semble plus ferme et logique.
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer