Politique

Kengo réclame les élections dans le délai

L’Opposition républicaine -OR- ne recule devant rien. Elle reste ferme dans sa position favorable à un dialogue national inclusif. Le Conclave de certains partis de l’Opposition, tenu à Genval dans la capitale Belge du 8 au 9 juin, ainsi que la réaction de la Majorité présidentielle -MP- à cet égard ne la dissuadent pas.
 
Revendiquant «l’engagement de son groupe pour le développement, le progrès et la prospérité du peuple RD-congolais», Michel Bongongo, représentant personnel de Kengo wa Dondo, autorité morale de l’OR, est parvenu à bien aménager son temps, lundi 20 juin, à l’Hôtel Memling de la Gombe, pour donner la position du clan face à cette actualité brulante. L’OR en appelle à la conscience de chaque acteur politique à se joindre à elle pour dialoguer en vue de consolider la paix et la cohésion nationales.
 
Dans sa déclaration, lue par Michel Bongongo, l’OR a accordé de la valeur à l’organisation des élections, reste optimiste et prévoit la résorption des contingences fondamentales, notamment le fichier électoral, les scrutins, le délai constitutionnel et le dialogue inclusif. Ces derniers, affirme-t-on, contribuent à la stabilité des institutions.
Ce n’est plus un secret. Kengo wa Dondo et sa plateforme, Opposition républicaine -OR-, ont résolument fixé le cap pour le dialogue inclusif. Leur souhait est que les politiciens, toutes tendances confondues, y prennent part.
A ce sujet, l’OR a suivi avec intérêt le conclave de certains partis de l’Opposition, organisé à Bruxelles sous les hospices d’Etienne Tshisekedi, président national de l’UDPS, qui ne cesse d’alimenter la chronique politique. Alors que les résolutions de ces assises, dites de Genval, partagent l’opinion RD-congolaise, l’OR reste optimiste pendant que les pessimistes ont commencé, peu à peu, à modérer leurs opinions.
Kengo a toujours laissé sa porte ouverte, selon son lieutenant, Michel Bongongo.
A travers sa plate-forme, le président du Senat en appelle à la conscience de chaque acteur politique à se joindre au regroupement républicain et à participer ainsi à la consolidation de la paix et de la cohésion nationales dans le respect et la prise en compte de la diversité des courants socio-politiques.
A la faveur d’un point de presse lundi 20 juin, Michel Bongongo a rappelé à l’opinion nationale et internationale que l’ensemble de ces initiatives fragilise la paix et la cohésion nationales, propriétés inaliénables du peule acquises au prix du sang et scellées par la Constitution.
 
Tout en cherchant à résoudre la crise politique que traverse le pays, l’OR, dans sa déclaration, note que chacun tend à camper sur ses positions, figeant ainsi la nation par les déclarations des uns et des autres, qui ont des relents à la fois de radicalisme et de fondamentalisme et ont comme dénominateur commun d’inoculer à la stabilité des institutions. «Au nom de la paix et la cohésion nationales, l’OR prend acte des progrès accomplis sur pied par l’Accord d’Addis-Abeba qui avait entre autres inspiré les assises des concertations nationales dont l’exécution progressive des résolutions contribue à la stabilité des institutions», a fait savoir Bongongo.
Par ailleurs, au nom de ces deux impératifs, la plateforme de Kengo a invité le pays à l’examen des questions essentielles de la vie de la nation par la voie d’un dialogue inclusif, représentatif de tous les courants politiques et conduisant aux élections pacifiques, libres, crédibles et transparentes.
 
Résorber les contingences fondamentales
Tenant compte de la nécessité de s’accorder sur les conditions minimales liées à l’organisation des élections, l’Opposition républicaine entend faire prévaloir la résorption de quatre contingences fondamentales, à savoir le fichier électoral, les scrutins, le délai constitutionnel et le dialogue. S’agissant du fichier électoral, l’OR tient à ce qu’il soit fiable et confère la légitimité des électeurs, des élus et de l’élection. Aussi, qu’il sache concilier l’exigence du respect de la Constitution et celle de la résolution des contingences techniques pour des élections libres, transparentes et crédibles.
Ce fichier aura l’obligation d’être l’expression vraie de la nation pour les élections justes en vue de garantir la paix préélectorale et postélectorale. Au finish, l’OR, par la bouche de Bongongo, a rappelé que le fichier électoral renouvelé est impératif et catégorique. Il doit prendre en compte la démographie.
Concernant les scrutins, l’idéal aurait été l’organisation des élections présidentielle, législatives, provinciales et locales.
Cependant, l’impact financier impose la priorité aux élections présidentielle, législatives et provinciales de façon concomitante. Bongongo a invoqué la problématique du délai constitutionnel. A l’en croire, le délai pour l’organisation des élections est constitutionnel. Contextuellement, il est fonction de la résorption des contingences du fichier électoral. Pour le dialogue, l’OR ne cessera d’en parler tant que ce forum national ne sera convoqué.
 
A l’en croire, la pertinence du dialogue inclusif doit avoir comme primordialité le respect de l’esprit et de la lettre de la constitution, la préservation de la paix et la cohésion nationales, l’absence de toute forme d’extrémisme. A cela s’ajoutent, l’exclusion de la violence sous toutes ses altérités, le principe de l’alternance au pouvoir et le règlement des contingences du processus électoral ainsi que la résolution des problèmes par le consensus.
Bijou KULOSO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer