Politique

Joseph Bangakya: «Le vrai débat est le rôle du Peuple dans la construction de son avenir»

Le Vice-Gouverneur honoraire de la Province Orientale, Joseph Bangakya
Le Vice-Gouverneur honoraire de la Province Orientale, Joseph Bangakya
1. Le poids des ingérences extérieures dans l’histoire de la RD-Congo
Une fois de plus, la RD-Congo, notre chère patrie, est à la croisée des chemins.
Alors que plusieurs voies et plusieurs choix s’ offrent à elle, une fois de plus et une fois de trop, le Peuple risque de se faire voler son droit à décider lui-même et souverainement sur son sort, sur son devenir et sur son avenir.
Après 1885 et la Conférence de Berlin, après 1908 et la cession de l’E.I.C à la Belgique, après le Plan Van Bilsen -heureusement avorté!-, après une indépendance voulue par les Belges, comme un cadeau royal, tandis que Lumumba rappelait à raison que ce fût le fruit d’une lutte, après les différents épisodes de 1960 à nos jours, le risque est grand de voir la souveraineté du Peuple RD-Congolais bafouée.
 
2. A qui la faute? 
 
A. La Communauté Internationale
 
Disons la vérité, c’est avant tout la faute de la Communauté Internationale – plus précisément des grandes puissances occidentales -, qui n’ont de cesse de maintenir nos pays sous leur influence, non pour nos beaux yeux, mais pour leurs intérêts, souvent contraires aux nôtres, habillés souvent pudiquement sous « la promotion de la démocratie », « la défense des droits de l’homme », et par ailleurs à géométrie variable. Chers amis des puissances politiques, financières, militaires, médiatiques, intellectuelles, associatives et même religieuses ou religieuses du monde occidental, je vous invite à votre rôle dans l’histoire et le présent de la RDC. Tout n’est pas négatif, certes, mais le temps d’un partenariat respectueux est venu.
 
B. Les États et responsables Africains
 
La dignité de l’Afrique et sa souveraineté ne sont que pas ou mollement défendues.  Plus de 50 ans après les indépendances, l’Afrique n’est toujours pas mature…. Et elle est très en retard sur le bien être de ses populations. Que cessent donc ces guerres, conflits et divisions inter et intra africaines! Que cessent ces records sur la pauvreté, la maladie, l’analphabétisme et la mauvaise gouvernance! Africa, peace! Africa united! Africa forward!
J’en appelle aussi à une réflexion sur l’élaboration d’une démocratie africaine, bâtie sur nos valeurs ancestrales mais respectueuse des valeurs universelles.
C. Les élites politiques, associatives, économiques, intellectuelles, coutumières et même religieuses 
Elles n’ont jamais su, pu ou/et voulu jouer leur rôle de leadership pour l’amélioration de notre société. Je parlais avec un collègue, ancien Vice Gouverneur aussi, de « l’enveloppement » comme l’anti thèse du développement. « L’enveloppement » est la l’accès et la distribution des « enveloppes », avantages matériels individuels, destinées à acquérir ou à se maintenir en situation, juste pour jouir du système et non être au service de l’intérêt général. Les élites ont failli à leur rôle. Personne ne voit donc que nous sommes dans une société où les valeurs de décadence prennent le dessus? Pourtant, nous avons des armes et nous avons des repères: la culture du dialogue, de la palabre et de l’église au milieu du village, que je préfère de loin à cette identification majorité-opposition et gauche-droite! La solidarité, sens de l’intérêt général et du soutien aux plus faibles et le respect dû à tous, particulièrement aux anciens et à l’autorité.
Je serai incomplet si je ne parlais du parcours initiatique permettant la préparation de la relève, qui doit prendre des responsabilités MAINTENANT.
Il y a une nouvelle génération, bien formée, qui a fait ses preuves, déterminée et pleine d’énergie, qui est prête à agir. On ne construira aujourd’hui le monde de demain, qu’avec eux.
 
D. Le Peuple?
 
Honnêtement, je ne saurais le condamner. Et je ne le ferai pas.
Le Peuple a longtemps été pris en otage et souvent privé de la parole et de son droit à décider seul sur son avenir.
– Comment des gens et des pays qui se déclarent « démocrates », refusent que le Peuple s’exprime?
– Comment vouloir un jour diriger notre pays, mais se prévaloir du soutien de telle puissance étrangère?
– Comment gouvernerez vous, si vous n’êtes pas capable de compromis, de consensus et surtout de ne défendre que la souveraineté du Peuple RD-Congolais?
 
E. Conclusion
 
Pour ces raisons, moi Joseph Bangakya, je soutiens et j’appellerai à soutenir toute initiative tendant à redonner au Peuple RD-Congolais, le dernier mot sur son avenir.
 
Par Joseph Bangakya, 
De l’Alliance des Démocrates Humanistes
Et de la Majorité Présidentielle
Ancien Vice Gouverneur de la Province Orientale
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer