ActualitésDossier à la UnePolitique

Tshibala, Minaku, Makila et Kiala soutiendront le dauphin de Kabila

Les fondateurs et autres signataires de la présente charte s’engagent à soutenir une seule candidature à l’élection présidentielle et à disposer de la majorité pour gouverner et engager les reformes nécessaires en vue d’un Congo uni et fort. Ils acceptent le Président de la République, Joseph Kabila Kabange, comme l’Autorité morale du FCC du fait de son initiative et du caractère fédérateur de celle-ci.
 
Le rendez-vous est pris avec l’histoire. Sous la modération du ministre d’Etat en charge de la Décentralisation, Azarias Ruberwa, et de la présidence cérémoniale de Joseph Kapika, ministre d’Etat de l’Economie nationale, tous deux membres du comité stratégique, le dimanche 1er juillet 2018 dans l’après-midi au Pullman Hôtel, dans la commune de la Gombe, la Charte constitutive du Front commun pour le Congo -FCC-, une méga plateforme électorale, a été ouverte à la signature. A cette occasion, le directeur de cabinet du Chef de l’Etat, Néhémie Mwilanya Wilondja, a, dans son mot introductif, fait savoir que cette plateforme a été initiée par le Président Kabila qui tient à travailler ensemble avec tous ceux qui ont la passion du Congo et vise à fédérer les forces politiques et sociales.
«A l’aube de la célébration du 58ème anniversaire de l’accession de notre pays à l’indépendance, Son Excellence Monsieur le Président de la République a appelé à la paix, à l’unité nationale et au rassemblement des Congolais», a-t-il dit. Mwilanya a noté que la cérémonie d’ouverture de la Charte du FCC à la signature sonne un écho du message du Chef de l’Etat comme un signe d’engagement d’une large partie de la classe politique de ce rassembler autour de ce qui leur est de plus cher, le Congo.
«Le Chef de l’Etat remercie, à cette occasion, tous ceux qui partagent son souci de faire passer le Congo avant toute chose dont l’échantillon se retrouve parmi ceux qui vont signer la charte aujourd’hui et au cours de deux prochains jours -NDLR: lundi et mardi. Travailler avec tous ceux qui ont la passion du Congo, tel a été depuis 2011, son engagement et sa démarche politique», a rappelé le Dircab. Puis: «Le Chef de l’Etat remercie également des millions de Congolais anonymes qui se tiennent déjà prêts à soutenir ce projet et à accorder leurs suffrages très bientôt aux candidats du Front commun pour le Congo à tous les niveaux afin de donner au pays un Président de la République et une majorité cohérente, stable et la plus large possible à notre pays, à même d’asseoir une gouvernance basée sur le patriotisme, la recherche constante du progrès et la justice sociale». Puis encore: «Cette charte est le fruit de tout un processus. Il est bien plus une action participative des forces politiques signataires de l’Accord de la Saint-Sylvestre tendant à préserver la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale chèrement acquises par les pères fondateurs de la nation congolaise. C’est bien la résultante de réflexion de ceux qui ont expérimenté le mérite de la cohésion nationale depuis le dialogue nationale de Sun City ayant facilité la réunification du pays jusqu’au sursaut patriotique de la nuit de la Saint-Sylvestre qui ont permis de stabiliser politiquement le pays et de jeter les bases du consensus électoral en vue des élections le 23 décembre prochain».
Aux dires de Néhémie Mwilanya, tout cela s’est fait sous le leadership du Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange par ceux qui ont décidé de renforcer notre jeune démocratie en lui dotant d’un des acteurs le plus représentatif de la scène politique RD-congolaise, «j’ai cité: le Front commun pour le Congo». Et de conclure: «à l’aube des échéances précitées, le FCC se donne l’ambition d’aller à la conquête démocratique du pouvoir en soutenant une seule candidature à l’élection présidentielle prochaine sur base d’un programme commun, chacun des membres gardant son identité commune tout en donnant de garantie de solidarité et de bonne foi».
Les signataires
A la première journée, soit dimanche, trois catégories ont apposé leurs signatures au bas de la Charte et ce en 4 exemplaires originaux. Il s’agit des chefs de composantes. Notamment Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale et secrétaire de la Majorité présidentielle. Il a signé au nom de la MP. Le Premier ministre Bruno Tshibala l’a fait au nom du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement. José Makila Sumanda, vice-Premier ministre des Transports et voies de communication, au nom de l’Opposition signataire de l’Accord du 18 octobre 2016, dit Accord de la Cité de l’Union Africaine et Maguy Kiala, ministre de la Jeunesse et initiation à la nouvelle citoyenneté, a signé au nom de la Société civile. Puis est arrivé le tour des membres du Comité stratégique du FCC, à savoir: quelques membres du gouvernement et le Directeur de cabinet du Chef de l’Etat. Il s’agit de: Néhémie Mwilanya, Henri Mova, Alexis Thambwe Mwamba, Joseph Kapika, Azarias Ruberwa, Michel Bongongo représentant de l’Opposition républicaine, Ingele Ifoto, Félix Kabange Numbi, Justin Bitakwira, Tshibangu Kalala et Xavier Bonane. Pour clôturer la journée, c’était le tour des membres du gouvernement d’Union nationale, dont Pierre Kangidia, Papy Niango, Lumey Dhu-Malegi, Matuku Memas, Henri Yav, Jean-Lucien Bussa, Bienvenu Liyota et Guy Mikulu.
A en croire le modérateur, Azarias Ruberwa, les membres du gouvernement qui n’ont pas signé cette charte sont en mission et apposeront leurs signatures au retour. Il s’agit entre autres du vice-Premier ministre en charge des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu, le ministre d’Etat au Plan, Modeste Bahati Lukwebo, le ministre des PT-NTIC, Emery Okundi, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Jean-Pierre Lisanga Bonganga, la ministre des Droits humains, Marie Ange Moshobekwa, sans oublier le ministre de Pêche et élevage.
Lundi et mardi, les signatures vont se poursuivre avec les partis et regroupements politiques, les associations affiliées, les personnalités politiques et toux ceux qui désirent adhérer au FCC.
Octave MUKENDI


Front commun pour le Congo, en sigle «FCC»
Charte constitutive
Nous
– Forces politiques et sociales signataires de l’Accord politique global et inclusif du 31 décembre 2016 et de l’Arrangement particulier du 27 avril 2017, représentés au gouvernement d’union nationale, à savoir:

  1. Majorité présidentielle,
  2. Opposition «républicains indépendants»,
  3. Opposition signataire de l’Accord du 18 octobre 2016 de la Cité de l’Union Africaine,
  4. Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement,
  5. Société civile.

-Partis politiques;
-Regroupements politiques;
-Personnalités indépendantes;
-Société civile.
Considérant le processus électoral en cours visant l’organisation des élections apaisées, crédibles, transparentes, libres et démocratiques dans notre pays;
Considérant la nécessité impérieuse de poursuivre la recherche de la cohésion nationale et de consolider la paix, la sécurité, la stabilité ainsi que la promotion du développement socio-économique de notre pays, notamment par la création des richesses pour les Congolais et la justice distributive;
Déterminés à démontrer à la face du monde que la classe politique congolaise est capable de se rassembler autour d’une vision commune et des valeurs républicaines en vue de servir l’intérêt général de notre peuple;
Soucieux de préserver la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale chèrement acquises par les pères fondateurs de la nation congolaise;
Considérant que la tradition politique congolaise, au regard des faits historiques , a démontré que les Congolais, mis ensemble, ont toujours réussi à surmonter de grandes crises, comme cela fut le cas du Conclave de Lovanium, de l’Accord de Lusaka, de l’Accord global et inclusif de Sun City, des Concertations nationales, de l’Accord politique global et inclusif de la Cité de l’Union Africaine du 18 octobre 2016 et de l’Accord politique global et inclusif du Centre interdiocésain du 31 décembr
Considérant l’esprit d’ouverture, sans cesse renouvelé, de Son Excellence Joseph Kabila Kabange, Président de la République;
Considérant l’importance de la cohésion nationale expérimentée durant cette période de gestion commune permettant de relever des défis majeurs que connait le pays;
Considérant que le bien-être de tout Congolais ne saurait se réaliser sans mettre en avant la pratique des valeurs universelles qui fondent la prospérité des nations, y compris celles propres à notre culture et à notre peuple;
Soucieux de consolider la démocratie, l’Etat de droit et le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans notre pays;
Considérant qu’il y a nécessité de renforcer la démocratie par la création d’une structure politique capable de fédérer les énergies et les ressources humaines indépendamment de leur appartenance tribale, ethnique, provinciale, religieuse, idéologique et autres;
Que cette structure devra placer au centre de ses objectifs l’émergence du Congo;
Considérant que cet objectif ne pourra être atteint que grâce à la conquête démocratique du pouvoir, à tous les niveaux, à l’issue du processus électoral en cours;
Que les fondateurs et autres signataires de la présente charte s’engagent à soutenir une seule candidature à l’élection présidentielle et à disposer de la majorité pour gouverner et engager les reformes nécessaires en vue d’un Congo uni et fort;
Considérant que dans la recherche de cette majorité, ils s’engagent à demeurer solidaires;Prenant acte, avec satisfaction, de l’initiative du Président de la République, Son Excellence Joseph Kabila Kabange, de fédérer les forces politiques et sociales au sein d’une plate-forme électorale dont il est l’Autorité morale;
Mus par la volonté de respecter la Constitution et les lois de la République;
Déterminés à gagner ensemble les prochaines élections à tous les niveaux;
Avons convenu et arrêté ce qui suit:
Article 1er:  Il est créé, à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, une grande coalition politique électorale dénommée Front commun pour le Congo, en sigle «FCC».
Son siège est situé à Kinshasa.
Article 2: Le but du Front commun pour le Congo est la conquête démocratique du pouvoir à tous les niveaux aux prochaines élections présidentielle, législatives nationales et provinciales, urbaines, municipales et locales, sur base d’un programme commun.
Article 3: Les membres du FCC sont:
– Forces politiques et sociales signataires de l’Accord politique global et inclusif du 31 décembre 2016 et de l’Arrangement particulier du 27 avril 2017, représentés au gouvernement d’union nationale, à savoir:

  1. Majorité présidentielle,
  2. Opposition «républicains indépendants»,
  3. Opposition signataire de l’Accord du 18 octobre 2016 de la Cité de l’Union Africaine,
  4. Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement,
  5. Société civile.

– Partis politiques;
– Regroupements politiques;
– Personnalités indépendants;
– Société civile.
Chaque membre garde son identité et son autonomie dans le respect de la présente charte, de ses textes d’application et des décisions des organes du Front.
Les membres se donnent des garanties de solidarité et de bonne foi avant, pendant et après les élections. Ils restent soumis à la discipline du groupe et respectueux de leurs devoirs en tant que membres.
Article 4: Les règles d’organisation et de fonctionnement du Front commun pour le Congo sont déterminées dans le règlement intérieur.
Article 5: Le Président de la République, Son Excellence Joseph Kabila Kabange, est l’Autorité morale du Front commun pour le Congo du fait de son initiative et du caractère fédérateur de celle-ci.
Article 6: Le Front commun pour le Congo est ouvert à l’adhésion des partis et regroupements politiques, des personnalités indépendantes et de la Société civile.
Fait à Kinshasa le 1er juillet 2018

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer