PolitiqueSociété

Les jeunes de la MP, Opposition et Société civile opposés à la violence après le 19 décembre

Paix et stabilité doivent régner en RD-Congo après le 19 décembre 2016, date marquant le dernier jour du deuxième et dernier mandat constitutionnel du Président de la République. Alors que leurs aînés et mentors dialoguaient au Centre interdiocésain de Kinshasa, les jeunes des partis politiques de la Majorité Présidentielle, de l’Opposition politique et de certaines organisations de la Société civile se sont réunis du jeudi 15 au samedi 17 décembre 2016, au Caritas Congo pour réfléchir sur la situation actuelle du pays. Repartis en deux commissions, à savoir: la commission Démocratie, élections et gouvernance en RD-Congo et la commission Paix et stabilité en RD-Congo, ces jeunes ont pris le temps d’échanger sur des questions majeures de l’heure, particulièrement celles relatives au processus électoral et de leur participation à la gestion du pays. «Nous appelons les jeunes à la non-violence, à cultiver la paix et à privilégier les débats libres. La démocratie suppose un échange d’idées. Elle n’est pas une question de physique», a lancé Papy Pungu, président de la ligue des jeunes du PPRD. «Les Jeunes de l’Opposition Politique, de la Mouvance Présidentielle et de la Société civile ont saisi cette occasion historique pour lancer les échanges citoyens et républicains sans intermédiaire ni médiateur afin de partager leurs appréhensions respectives sur le respect de la Constitution, l’alternance politique, le processus électoral, la paix et la stabilité du pays, les politiques publiques appropriées pour les jeunes, les mesures de décrispation en ce qui concerne les arrestations des jeunes», renseigne le communiqué final de ces travaux.
Une première en RD-Congo! Dans un contexte de crise politique sur fond de la problématique du processus électoral, les jeunes RD-congolais de l’Opposition politique, de la mouvance présidentielle et de la Société civile ont organisé durant trois jours, soit du jeudi 15 au samedi 17 décembre 2016, au siège de Caritas Congo, une rencontre d’échanges citoyens et républicains sur les questions primordiales de l’heure, particulièrement celles relatives au processus électoral et à leur participation à la gestion du pays. «La thématique de ces échanges porte essentiellement sur la problématique du processus électoral et de la participation de la jeunesse à la gestion de la République en cette période charnière de l’histoire politique nationale en vue de privilégier la paix et de garantir des perspectives meilleures pour la République Démocratique du Congo», ont fait savoir les organisateurs de ces assises.
Selon eux, «les objectifs poursuivis dans ces échanges entre citoyens républicains sont la préservation et la consolidation des acquis démocratiques, la sauvegarde de la paix et de la stabilité, la promotion et l’épanouissement socio-économique de la jeunesse, la signature d’un pacte républicain de la jeunesse RD-congolaise et enfin la mise en place d’un Conseil permanent de la jeunesse en tant qu’organe consultatif étatique, à rattacher au ministère de l’Intérieur».
Cette jeunesse réunie au Caritas Congo a invité les politiciens à œuvrer pour la résolution pacifique des différends politiques liés au processus électoral. «Les acteurs majeurs de la vie politique et toutes les composantes de la nation RD-congolaise sont appelés à œuvrer pour la résolution pacifique des différends politiques liés au processus électoral en vue de baliser la voie pour des élections véritablement libres, transparentes et crédibles dans la perspective de la consolidation de notre construction démocratique et de l’élan de développement déjà amorcé, et ce, dans l’intérêt suprême de la RD-Congo et de son peuple», a indiqué l’un des organisateurs de ce forum.
De l’avis des jeunes de la MP, «ce forum était l’occasion pour la jeunesse RD-congolaise de faire le choix entre la continuité dégradante et la rupture salvatrice; rupture d’avec une culture politique dégradante, avilissante et rétrograde qui a imposé des clichés négatifs à notre pays, la République démocratique du Congo, et à son peuple, dont pourtant la vaillance n’est plus à démontrer». Côté Opposition politique, Maitre José Kadima a précisé qu’«il ne s’agit pas d’une mutation de l’Opposition vers la Majorité présidentielle ou vice-versa, mais une question de réflexion sur un dénominateur commun qu’est la RD-Congo».   Répartis en trois composantes, les jeunes de la mouvance présidentielle ont été représenté par 20 délégués, 20 également pour le compte l’Opposition politique et 14 pour la Société civile.
Les conclusions ont principalement tablé sur l’attachement au respect de la Constitution et des lois de la République, la libération des compatriotes jeunes de l’Opposition arrêtés par les services de sécurité, la levée de la mesure de suspension des manifestations publiques à caractère politique par les gouverneurs des provinces, la révisitation à la hausse du budget de l’Etat estimé à USD 4,5 milliard au regard du coût élevé des élections estimé à USD 1 milliard 200. 000, l’interpellation du gouvernement sur la prise en compte urgente des mesures économiques claires en vue de donner un signal fort au social de la population, la prise en compte des besoins sociaux de la jeunesse notamment l’emploi, l’accès à l’éducation et aux soins de santé primaire, le bannissement des discours extrémistes et incendiaires aussi bien de la mouvance présidentielle que de l’opposition politique ainsi que l’affirmation des valeurs de non-violence pour la sauvegarde de la République.
Les participants à ce forum sont convaincus que le débat démocratique et les échanges citoyens restent le seul cadre d’expression pour garantir à la République sa pérennité.
Schilo TSHITENGA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer