Dossier à la UneSociété

RDC : Scandale au sommet de l’Eglise du réveil

Tout en affirmant l’appartenance de Dodo Kamba dans le sillage de la présidence, Jean-Bosco Kindomba, le porte-parole de l’ERC, a insisté sur la nécessité pour tous d’arrêter d’induire le Président de la République en erreur alors qu’une photo montrant Kamba en train de prier pour Félix Tshisekedi a été re-balancée sur la toile!

Quelques jours après l’élection d’Israël Dodo Kamba à la tête de l’Eglise du réveil du Congo -ERC- en présence du vice-ministre UDPS de la Justice, Sony Kafuta et Jean Bosco Kindomba sont montés au créneau pour dénoncer l’immixtion des politiques dans la marche des associations sans but lucratif -ASBL- en RD-Congo et fustiger le caractère illégal de l’assemblée à l’origine de cette élection. A la faveur d’une conférence de presse tenue jeudi 17 septembre à Kinshasa, les deux pasteurs ont décrié la fâcheuse tendance à mêler le Président de la République dans le fonctionnement de leur structure. Une flagrance, un véritable scandale signé, selon eux, par l’ancien président de l’ERC, le pasteur Albert Kankienza. L’ERC entend également déposer une accusation formelle contre le vice-ministre Bernard Takaishe à l’Assemblée nationale pour avoir cautionné par sa participation à une assemblée illégale, non statutaire, les actes porteurs des troubles d’ordre et d’instabilité d’une structure religieuse. Une assemblée de clarification est prévue ce vendredi à Kinshasa.  

«Qu’est-ce qui peut justifier la présence du vice-ministre de la Justice à la cérémonie d’une association sans but lucratif? Avait-il qualité?», ont interrogé jeudi des analystes se demandant si un jour un parti au pouvoir en Italie pourrait se mêler à la désignation du Pape. L’élection d’Israël Dodo Kamba comme nouveau représentant légal de la structure Eglise de réveil du Congo en présence d’un membre du gouvernement frise le scandale. Jeudi 17 septembre, Sony Kafuta qui se reconnait toujours la qualité de président Evêque général de cette structure, a donné de la voix au cours d’une conférence de presse. «L’Eglise est victime de la manifestation des antivaleurs de certains hommes politiques et la dérive religieuse de certains serviteurs de Dieu prêts à sacrifier l’œuvre de Dieu en renonçant à leur foi chrétienne pour des gains sordides», a-t-il déclaré.

Sony Kafuta

En sa qualité de président national élu de l’ERC en cours de mandat statutaire et agissant aussi en qualité de représentant légal en exercice, le pasteur Sony Kafuta a dénoncé l’élection irrégulière de Dodo Kamba, rassurant l’opinion publique et toutes les Eglises et communautés du mouvement charismatique que la récente investiture d’un nouvel Evêque général et président de l’ERC est une violation flagrante des textes réglementaires de l’ERC, en présence du vice-ministre de la Justice, par des personnes sans qualité statutaire ni mandat légal. «Cela se résumerait à un coup de force ecclésiastique», a martelé celui que les fidèles appellent affectueusement le général Rockman.

L’ERC, a confirmé l’homme de Dieu, a un seul président investi de toutes les prérogatives de l’engager. Le porte-parole de cette structure, le pasteur Jean Bosco Kindomba, a de son côté mis en garde les commanditaires de ce coup contre l’idée de vouloir mêler le nom du Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, à ce théâtre destiné à diviser l’Eglise du réveil. Tout en affirmant l’appartenance de Dodo Kamba dans le sillage de la présidence, Kindomba a insisté sur la nécessité pour tous d’arrêter d’induire le Président de la République en erreur alors qu’une photo montrant Kamba en train de prier pour Félix Tshisekedi a été re-balancée sur la toile! Kafuta et Kindomba ont fait part de la convocation vendredi d’une Assemblée générale statutaire, au cours de laquelle ils vont devoir éventrer le boa.

A cet effet, une commission ad hoc d’éthique sera établie pour entendre la version des faits du représentant légal en exercice et se prononcer sur les prétendus griefs qui constituent le fondement des actes vécus ces derniers jours au sein de cette institution. Kafuta a rappelé que par le passé, le ministère de la Justice avait déjà tenté de diviser l’ERC en accordant des actes juridiques à certains serviteurs de Dieu attachés à différentes obédiences politiques qui s’étaient retirés du mouvement à cause de la gestion malheureuse des ambitions et des relations des commanditaires de l’investiture de Dodo Kamba.

Jean-Bosco Kindomba

Kafuta a également accusé le même membre du gouvernement d’avoir signé un arrêté ministériel non confessionnel, falsifié et inscrit par ailleurs au Journal officiel sans que le pouvoir public n’ait entrepris aucune mesure judiciaire. Le gouvernement, par le canal du ministère de la Justice, autorité de tutelle des Eglises et autres ASBL, est partenaire social et non fondateur des confessions religieuses, a fait savoir Sony Kafuta, précisant que la représentation auprès de l’Etat et vis-à-vis des tiers est un besoin nécessaire pour la gestion harmonieuse de la cité et une responsabilité partagée. Ils ont promis de mettre hors d’état de nuire Dodo Kamba et ses soutiens. «Le souci d’avoir une interface auprès de notre confession est légitime pour le pouvoir public, mais cela ne doit pas être une opportunité pour le ministère de la Justice de diviser notre confession…», a prévenu Sony Kafuta. L’Eglise de réveil du Congo fait partie du groupe de 8 confessions religieuses compétentes pour désigner le président de la Commission électorale nationale indépendante -CENI. L’enjeu devient facile à comprendre.   

José BABIA    

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer