Politique

RDC: Gisèle Mbwasiem plaide pour le respect de la parité dans les institutions de la République

Dans le cadre de la requalification de la majorité parlementaire ayant occasionné des grands changements des animateurs des institutions de la République, Gisèle Mbwasiem, secrétaire générale adjointe de l’Union pour la démocratie et le progrès social -UDPS- en charge des questions économiques et financières, déplore la faible représentation des femmes.

«Alors que l’article 14 de la Constitution garantit la parité homme-femme dans les institutions tant nationales que provinciales, la femme continue à être marginalisée dans le choix des personnalités qui vont animer les prochaines institutions de la République», a souligné Gisèle Mbwasiem au cours d’un entretien accordé à «AfricaNews» tout en affirmant que la faible représentativité de la femme lors de la présentation du ticket de l’Union sacrée de la nation aux élections des membres du bureau de l’Assemblée nationale est une preuve éloquente de cette injustice, dont la femme est victime de la part des responsables des regroupements et formations politiques.

«Et pourtant, cette femme a déjà fait ses preuves par le passé où elle a montré qu’elle n’avait rien à envier de l’homme, car elle disposait de toutes les compétences nécessaires pour mener à bien l’action publique. C’est inadmissible qu’après avoir perdu la présidence de l’Assemblée nationale que la femme se contente d’un petit poste au bureau. Voilà pourquoi nous en appelons à l’arbitrage du Président de la République à sa qualité de Garant de bon fonctionnement des institutions de la République en vue de corriger cette injustice», a-t-elle plaidé.

Elle a en outre invité les femmes à s’approprier son combat lors de la présentation du ticket de l’USN aux élections des membres du bureau du Sénat et surtout lors de la formation du futur gouvernement de la République suivant l’adage qui dit: «un droit est droit lorsqu’on le réclame».

Par ailleurs, Gisèle Mbwasiem félicite Jean Michel Sama Lukonde Kyenge pour son élévation au poste de Premier ministre et implore la sagesse de Dieu dans l’exercice de ses nouvelles fonctions, car la charge lui incombé, celle d’améliorer le quotidien des RD-Congolais, est trop lourde.

Mymye MANDA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer