Politique

La CENCO coince les délégués pour la signature de l’arrangement particulier

C’est depuis mercredi dernier que la médiation a informé les délégués aux négociations du Centre interdiocésain sa volonté de mettre fin à sa mission de bons offices ce samedi 21 janvier 2017.
La Conférence épiscopale nationale du Congo -CENCO- a manifesté son intention de clôturer sa mission de bons offices ce samedi 21 janvier 2017, sauf changement de dernière minute dû à un impératif majeur. Toutes les parties prenantes aux négociations directes au Centre interdiocésain ont été averties le mercredi 18 janvier 2017. C’est une mesure qui frise un ultimatum. Avant l’expiration de cette échéance, les délégués au dialogue national inclusif doivent mettre les bouchées doubles pour aboutir à l’adoption et la signature de l’arrangement particulier et baliser ainsi la voie de la mise en œuvre totale dudit accord.
Selon Me Georges Kapiamba, membre de la Société civile présent à ces négociations directes, des divergences assez profondes persistent toujours dans les sous-commissions. Et pour cause, les différents délégués ne parviennent pas à se mettre d’accord sur la répartition des responsabilités gouvernementales, du processus électoral, ainsi que sur la composition et la répartition des postes au sein du Conseil national du suivi de l’accord.
La questure du Conseil de suivi à la Société civile
Concernant le Conseil de suivi, les parties prenantes ont convenu que le poste de questeur sera confié à la Société civile. Quant à la taille du gouvernement, le débat a été clos et une parfaite entente dégagée autour de 46 postes à pourvoir, dont 37 ministres et 9 vice-ministres. Le torchon brûle également au sein des institutions d’appui à la démocratie, notamment avec la lettre de Jean-Marc Kabund, secrétaire général de l’UDPS, adressée à Emery Kalamba, rapporteur de la CENI et celle d’Eve Bazaiba, secrétaire générale du MLC, adressée à Maguy Kinkela, membre du CSAC, afin qu’ils déposent respectivement leurs démissions au profit de leurs partis politiques. Dans une interview accordée à «AfricaNews», Bruno Mavungu, président national de l’Union des démocrates pour la renaissance du Congo -UDRC- demande à la CENCO d’accorder aux autres partis politiques non signataires de l’Accord du 31 décembre 2016 les mêmes avantages que ceux réservés au MLC et au Front pour le respect de la Constitution. Par ailleurs, jeudi 19 janvier 2017, les travaux se sont poursuivis dans les sous-commissions et les conclusions seront présentées en plénière ce vendredi 20 janvier 2017 à 16 heures, au Centre interdiocésain. Selon l’Eglise catholique, il est temps de clôturer ces assises pour, d’une part, permettre aux évêques de regagner leurs diocèses en vue d’accomplir leur mission pastorale et, d’autre part, placer le pays sur l’orbite de la matérialisation des objectifs majeurs assignés par l’Accord de la Saint Sylvestre.
Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer