Politique

G7 rend hommage aux martyrs du 16 février

A l’occasion du 25ème anniversaire de la marche des chrétiens du 16 février au cours de laquelle plus de 250 personnes ont péri, à cause de leur engagement en faveur de la liberté, de la démocratie et de l’émergence d’un RD-Congo nouveau, la plate-forme politique G7 a organisé une matinée politique, jeudi 16 février 2017 dans la salle polyvalente de l’Eglise catholique Sainte Anne. L’objectif était de rendre hommage aux martyrs de la dictature. L’occasion faisant le larron, le G7 a rendu un vibrant hommage à Etienne Tshisekedi, père de la démocratie RD-congolaise, président du Conseil des sages du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement et président de l’Union pour la démocratie et le progrès social -UDPS.
« Apres 25 ans, le constat est amer et peu de choses ont changé. Au regard de la dégradation constante des conditions socio-économiques qui se traduisent par la reprise de l’inflation, l’augmentation des prix des denrées de première nécessité, le dérapage du taux de change, la fermeture de nombreuses entreprises et la mise en chômage de milliers de travailleurs jetant autant de familles dans une pauvreté absolue», a fait savoir Olivier Kamitatu au nom du G7, lors de la matinée politique organisée en marge de la commémoration des martyrs du 16 février 2002.
Et d’ajouter: «Devant la résurgence de l’insécurité et de la violence à travers l’ensemble du pays caractérisée par des massacres récurrents dans le territoire de Beni, la montée de l’extrémisme dans le Kongo central et dans le Kasaï ou les combats ont conduit à de centaines de morts, l’instrumentalisation des affrontements meurtriers entre pygmées et bantous dans le Tanganika, des tueries dans la capitale». Concernant la situation des droits et libertés, le G7 appelle le pouvoir à mettre un terme au harcèlement des opposants, à garantir les droits et libertés fondamentaux de tous les RD-Congolais et à mettre en œuvre les dispositions de l’Accord du 31 décembre 2016 qui préconisent la libération de tous les détenus politiques et d’opinion, le retour des exilés politiques particulièrement Moïse Katumbi son candidat à la présidence de la République. Le G7 tient également le pouvoir responsable de toutes les manœuvres visant à ne pas souscrire aux engagements signés sous la médiation de la Conférence épiscopale nationale du Congo-CENCO-. Par rapport à la crise politique et institutionnelle qui frappe la RD-Congo, Olivier Kamitatu rappelle que l’accord signé le 31 décembre dernier constitue aujourd’hui la seule source de légitimité digne d’organiser la gestion de la transition en vue de la tenue des élections au plus tard le 31 décembre 2017.
Le G7 invite aussi tous les acteurs politiques à ne pas remettre en cause les dispositions de cet accord tout en saluant les travaux de bons offices de la CENCO. «Nous G7, soutenons le choix du premier ministre issu du rassemblement présenté par le président Etienne Tshisekedi et nous demandons à la CENCO de le remettre au Président de la République pour sa nomination. Quand à la personne qui doit remplacer le président Etienne Tshisekedi au Rassemblement, le G7 considère que ce poste doit revenir à une autre plate-forme». Par ailleurs, cette formation politique membre du Rassemblement demande à la population de ne pas se décourager, et exige la mise en application de l’accord de la saint Sylvestre.
Mymye MANDA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer