Politique

Freddy Matungulu pressenti candidat président

Le CNB a pris l’option de ne pas participer aux élections provinciales, municipales et locales. Néanmoins, il se focalise exclusivement sur la préparation des grandes élections: présidentielle et législatives
Comme tout autre parti politique, Congo na biso -CNB- affûte ses armes pour gagner les élections présidentielle et législatives. Son président national Freddy Matungulu Ilankir Mbuyambu est déjà dans la capitale RD-congolaise pour initier d’autres stratégies pouvant permettre à son parti de battre une meilleure campagne électorale. Il a foulé le sol de ses ancêtres le samedi 03 octobre dernier. Pour lui réserver un accueil digne de son rang, les militants et cadres de CNB ont massivement fait le déplacement de l’Aéroport international de N’Djili. Et même le siège du parti, situé à la 3ème rue Limete, a été inondé par une foule compacte venue prêter oreille à leur leader avec comme message clé: la tenue des élections dans le strict respect des dispositions de la Constitution.
L’ancien ministre des Finances concocte un big meeting populaire au cours duquel il s’exprimera au sujet de ses projets. «Par respect pour mon pays, pour le sol de mes ancêtres et pour mon peuple, je devais me prononcer ici au pays», a-t-il précisé au sujet de ce rassemblement qu’il compte organiser dans une grande place publique de la ville de Kinshasa.
Comme un poisson dans l’eau, Freddy Matungulu s’est exprimé avec une aisance hors norme à son retour au pays. Le boss de Congo na biso -CNB- a été triomphalement accueilli par les militants et cadres de son parti jalonnés le long du Boulevard Lumumba et massés au siège de son parti. «C’est toujours avec la même émotion que j’ai atterri ici. Je voulais vous remercier sincèrement pour l’occasion et l’accueil très chaleureux qui nous a été réservé cet après-midi», a-t-il lancé devant cette immense foule venue lui prêter oreille avant de signifier qu’il est rentré au pays pour rendre à sa patrie ce qu’elle lui a donné. Matungulu ne revient pas en RD-Congo comme politicien plutôt comme citoyen RD-congolais intéressé au développement politique du moment et surtout soucieux de pouvoir contribuer comme tout le monde à l’amélioration des perspectives politiques dans son pays et à l’apaisement de la scène politique nationale.
«Je suis également venu contribuer aux efforts qui sont menés par les uns les autres pour que la population RD-congolaise puisse aller aux élections l’année prochaine», a-t-il fait savoir. Freddy Matungulu s’est affiché confiant quant au changement qu’il entend impulser dans sa RD-Congo natale. Et ce changement, d’après lui, n’est pas un simple slogan ni une vue de l’esprit, mais du concret. «Si nous disons que ce pays va changer, c’est parce que nous y avons vécu des situations bien meilleures dans notre jeunesse», s’est-il souvenu. A l’en croire, le pays de Lumumba a besoin d’un nouveau départ, car il faut réagir le plus tôt possible aux problèmes qui sévissent en RD-Congo.
Lors de cette prise de contact avec ses militants, l’ex-ministre des Finances n’a pas loupé l’occasion de taper le poing sur la table au sujet du respect du délai constitutionnel imparti pour l’organisation des élections. Freddy Matungulu contre le glissement et le troisième mandat. «Nous devrions dans notre pays avoir un sommet organisé au travers des élections auxquelles nous allons participer l’année prochaine», a déclaré Matungulu, tout en saluant la prise de conscience de ses compatriotes RD-congolais pour la bravoure affichée lors des événements du janvier dernier.
Un meeting pour afficher les ambitions
Dans un autre chapitre, le retraité du Fonds monétaire international -FMI- Matungulu, voulant tenir promesse du meeting populaire annoncé alors qu’il séjournait encore aux Etats-Unis d’Amérique, a laissé entendre: «par respect pour mon pays, pour le sol de mes ancêtres et pour mon peuple, je devais me prononcer ici au pays». A cet effet, il a demandé à ses collaborateurs de prévoir, dans le cadre des activités du parti, un grand meeting dans l’une des grandes places publiques de la ville de Kinshasa.
Il a, lui-même, proposé les stades des Martyrs, Tata Raphaël, le terrain Sainte Thérèse, etc. La balle est dans le camp des militants appelés par Matungulu au choix de l’endroit qui conviendrait le mieux. Il a signifié qu’au cours de ce rassemblement populaire, il sera question de dévoiler ses ambitions qui pour d’aucuns semblent être un secret de polichinelle, car depuis le pays de l’Oncle Sam, le président du CNB a manifesté son intention de briguer la magistrature suprême. La présidentielle de 2016 est donc un chemin inéluctable. Matungulu ambitionne donc la présidence de la République.
«Nous avions travaillé pour le pays en plusieurs capacités dans le passé. Aujourd’hui,  nous avons l’ambition de pouvoir faire de notre mieux pour demander la confiance de notre population pour qu’elle puisse nous donner l’opportunité de la servir au plus haut niveau mais comme je l’ai indiqué à mon arrivée, le moment viendra, pendant mon séjour ici au pays, une annonce importante sera faite», a-t-il promis. Pour se jeter à l’eau en vue de réussir à l’élection de 2016, l’ex-argentier a depuis une année déjà démissionné de son poste au FMI. «Ma grande garantie est que je serai avec ma population jusqu’au bout du fait que nous avons mis en place une formation politique dénommée Congo na biso. J’ai pris une retraite anticipée du FMI et je suis revenu au pays rien que pour me mettre totalement au service de la population RD-congolaise. La grande garantie est qu’aujourd’hui je ne fais rien d’autre sur le plan professionnel qu’animer les structures de mon parti», a poursuivi Matungulu.
Son parti CNB a pris l’option de ne pas participer aux élections provinciales, municipales et locales. Néanmoins, il se focalise exclusivement sur la préparation des grandes élections, à savoir: la présidentielle et les législatives qui auront lieu en 2016. Satisfait du travail abattu par ses collaborateurs, Matungulu n’a pas manqué de placer un mot à leur endroit. «Je tenais à remercier tous les cadres du parti qui ont travaillé d’arrache-pied en mon absence. Ils ont produit un travail remarquable, dont parle tout le monde, et moi personnellement je suis fier de vous», a confié Matungulu.
Créer une grande alliance pour le progrès du pays
Pour le moment, Congo na biso n’est ni dans l’Opposition ni dans la Majorité.  Freddy Matungulu et CNB ont toujours été fidèles au souverain primaire qui est le peuple RD-congolais et à la nation RD-congolaise. «Nous savons que notre pays est confronté à d’énormes difficultés et nous avons le devoir de contribuer à la recherche des solutions aux problèmes de notre pays. Nous savons également que nos compatriotes désirés travailler pour la recherche des solutions se trouvent pratiquement de tous les côtés -Opposition et Majorité», a reconnu Matungulu. Puis: «pour nous, l’essentiel est que nous puissions nous retrouver avec des compatriotes soucieux apporter des solutions aux problèmes que le pays est confronté aujourd’hui». Freddy Matungulu est convaincu que, le moment venu, il pourra être en mesure de créer une grande alliance de compatriotes combattant dans une certaine mesure pour faire avancer la RD-Congo et la mettre sur le chemin du progrès.
Christian BUTSILA
Patrick NZAZI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer