Politique

Oif veut encore contribuer au processus électoral: Pascal Roger Couchepin dépêché à Kinshasa

pascal COUCHEPIN1
L’envoyé spécial de la Secrétaire générale de la Francophonie pour la Région de Grands lacs va, durant sa mission de travail, s’entretenir avec différentes autorités du pays et les institutions d’appui à la démocratie
L’Organisation internationale de la Francophonie -OIF- souhaite une bonne organisation des élections -transparentes, libres et apaisées- en RD-Congo. Elle a dépêché une forte délégation à Kinshasa, la capitale RD-congolaise, conduite par l’Envoyé spécial de la Secrétaire générale de la Francophonie,
Pascal Roger Couchepin. Durant sa mission de travail de quatre jours, cet homme politique suisse, ayant toujours le franc-parler, va s’entretenir avec différentes autorités RD-congolaises et les institutions d’appui à la démocratie. 
Michëlle Jean, Secrétaire générale de la Francophonie, a décidé de dépêcher à Kinshasa, du 8 au 11 novembre 2015, une mission d’information et de contact conduite par son envoyé spécial pour la Région des Grands lacs, Pascal Couchepin, ancien Président de la Confédération suisse. Cette mission s’inscrit dans le cadre de l’accompagnement que l’Organisation internationale de la Francophonie déploie en faveur du processus électoral en RD-Congo.
Durant sa mission de quatre jours dans la capitale RD-congolaise, l’envoyé spécial de la Secrétaire général de la Francophonie, Pascal Couchepin va s’entretenir avec différentes autorités du pays et les institutions d’appui à la démocratie. Homme politique suisse, membre du Parti libéral-radical, Couchepin n’est pas venu seul. Il est plutôt accompagné de Général Siaka Sangare, délégué général aux élections du Mali et président du Réseau francophone des compétences électorales -RECEF-, de Christophe Guilhou, directeur de la paix, de la démocratie et des droits de l’Homme de l’OIF -DDHDP- ainsi que des experts de l’OIF. Cette tâche fait suite à celle organisée du 3 au 7 septembre 2015 au Burundi.
L’ancien président de la Confédération suisse avait effectué une mission dans ce pays dominé par les Hutus -84%-, après celle de début juin, dans le cadre de la recherche d’une solution à la crise qui divise ce pays depuis avril 2015. Couchepin avait donc mission de rencontrer les principaux acteurs de ce conflit, afin d’obtenir des recommandations constructives visant la reprise de paix au Burundi. La réélection de Pierre Nkurunziza pour un troisième mandat controversé, le Burundi s’était plongé dans une crise politique émaillée de violences meurtrières. Élu conseiller fédéral en 1998, Pascal Couchepin occupe par deux fois le poste de président de la Confédération suisse -Président de la République-, en 2003 et 2008.
En tant que chef du Département fédéral de l’économie, il a représenté la Suisse à l’Organisation mondiale du commerce et a occupé les fonctions de gouverneur à la Banque mondiale et à la Banque européenne pour la reconstruction et le développement. Il est par ailleurs l’une des rares personnalités suisses à participer en 2005 au groupe Bilderberg. À la tête du Département fédéral de l’Intérieur, il plaide pour une élévation progressive de l’âge de la retraite dès 2015 afin de compenser l’évolution démographique. Le 12 juin 2009, Pascal Couchepin présente sa démission au poste du Conseil fédéral pour le 31 octobre de la même année.
Christian BUTSILA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer