PolitiqueSociété

Eric Kinzambi placé à la tête de l’UREBAND

L’Union de relance pour le développement de Bandundu -UREBAND- est désormais présidée par un nouveau comité directeur. A sa tête, Eric Kinzambi. Ce dernier a été désigné président national de cette association des ressortissants de Bandundu à l’issue d’une mini-assemblée générale qui a jeté son dévolu sur sa personne afin de redynamiser cette structure qui, depuis un bon moment, a sombré dans une léthargie totale. Ayant pris leurs fonctions à la faveur d’une cérémonie organisée dimanche 5 juin à l’Espace COPEMECO situé dans l’enceinte de la Foire international de Kinshasa -FIKIN-, Eric Kinzambi ainsi que tout son staff ont la lourde charge de faire renaître de ses cendres cette association qui milite pour le rayonnement de Bandundu et ses environs. «Nous sommes là pour revivifier l’UREBAND, c’est-à-dire donner un souffle nouveau à notre association. Nous pensons surtout au développement de la ville de Bandundu. Ainsi, nous comptons sur l’apport de tous les membres. Nous allons également prendre contact avec certains organismes étrangers et certains partenaires en interne. Bref, on va approcher plusieurs partenaires pour arriver à booster le développement de notre contrée», a confié Eric Kinzambi, président national de l’UREBAND.
Ayant constaté une léthargie et un manque d’action sur terrain de leur comité directeur élu depuis 2012 et arriver fin mandat, les membres de l’Union de relance pour le développement de Bandundu -UREBAND-, se sont décidés, après une mini-assemblée générale tenue le 29 mai de l’année en cours, de destituer ce bureau afin de placer un comité de crise devant conduire l’association pendant un moment. Tout en se référant aux statuts régissant leur association, après des travaux de réflexions, les membres du comité organisateur de l’UREBAND ont jeté leur dévolu sur Eric Kinzambi pour diriger ce nouveau comité de crise. Ce dernier a été intronisé à l’occasion d’une manifestation organisée dimanche 5 juin dernier à l’Espace COPEMECO situé à Foire internationale de Kinshasa -FIKIN. Cette cérémonie s’est déroulée dans une ambiance festive en présence d’une centaine des ressortissants de Bandundu membres de l’UREBAND. Après avoir été présenté à l’assistance, Eric Kinzambi a reçu des mains du comité organisateur les statuts régissant l’UREBAND. Un geste qui ne peut qu’être considéré comme symbole de pouvoir. Très enthousiaste et jovial, Eric Kinzambi a dit tout sa gratitude à l’assemblée pour la confiance placée en sa modeste personne afin de relancer cette association qui regroupe les filles et fils de Bandundu. «C’est un motif de fraternité mais aussi et surtout un motif de réarmement moral. Notre association qui jadis faisait la fierté de notre contrée, apparait aujourd’hui dans l’univers des mouvements associatifs RD-congolais comme un maillon faible. Les travaux de réflexions organisés par les différents groupes que compte notre union ont tous abouti à un seul constat: l’immobilisme, dysfonctionnement et absence sur scène de l’espace Bandundu. Il se pose terriblement un problème de leadership. Nous venons ainsi, pour ressusciter de ses cendres notre association, reprendre à bras le corps son destin et recadrer ses activités», a déclaré Eric Kinzambi. Et de poursuivre: «En acceptant cette lourde tâche que l’Assemblée générale extraordinaire vient de nous confier, je n’ai pas la prétention d’être le meilleur leader qui pisse être, plutôt je voudrais apporter ma petite contribution à la construction de l’édifice UREBAND». Pour bien remplir sa mission à la tête de ce nouveau comité de crise, Eric Kinzambi a demandé aux membres de sa structure de lui accorder au minimum 6 mois de règne. Lui et l’ensemble de son comité compte entre autre de réunir toutes les filles et fils de Bandundu et ses environs jusque là éparpillés; asseoir l’administration de l’UREBAND et organiser des élections dignes et crédibles. Il a laissé entendre que depuis la disparition de Makila Matondo, ancien président de cette association, l’UREBAND a excellé dans des conflits et des querelles intestines qui freinent le développement de Bandundu. Eric Kinzambi a également invité le comité directeur sortant à prendre conscience de sa fin de mandat et laisser survivre cette union des ressortissants de la ville de Bandundu. «Nous ne voulons plus demeurer une association de fête ou encore de réception de certains de nos frères promus dans leurs fonctions. Notre souci c’est la relance du développement de la ville de Bandundu et ses environs», a lâché Kinzambi. Cadre à la Direction général des impôts -DGI- et président de la Fédération congolaise de lutte associée, Eric Kinzambi ne sera pas seul à la direction de ce comité de crise de l’UREBAND. Il est assisté de dix autres membres. Parmi eux, le secrétaire général Egide Munyampala. Ce comité de crise sera appuyé par un collège des conseillers qui compte au total 6 membres.
Guylain LUZAMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer