Politique

Craignant l’instauration d’un régime totalitaire, l’AR sonne l’alerte

Les dernières déclarations du Président de la République en Ouganda, l’arrestation de Norbert Luyeye, président national du parti politique UR, l’expulsion d’Ida Sawyer de Human right watch et tant d’autres, défraient la chronique en RD-Congo.
Les réactions fusent de partout. Face à cette actualité, l’Alternance pour la République -AR- n’a pas voulu assister impuissante. Cette plate-forme politique a donné de la voix. A l’issue de sa conférence des présidents organisée mercredi 10 août dernier, le président ai de l’AR, Franck Diongo Shamba, a lu une déclaration politique choc.
Dans ce discours, il a rappelé que l’organisation des élections est réglée par la Constitution et non par la volonté d’un individu. Soutenant la candidature de Moïse Katumbi Chapwe à l’élection présidentielle, l’AR a fait sienne la récente déclaration de l’ancien gouverneur de l’ex-Katanga divulguant le plan du Chef de l’Etat. Pour l’élu de la Lukunga, les dernières semaines se sont caractérisées, en RD-Congo, par la multiplication dangereuse des actes illégaux pouvant occasionner l’instauration d’un régime totalitaire.
«L’Alternance pour la République dénonce et condamne ces actes de violation flagrante de Droit de l’homme et d’intimidation qui n’augurent pas la volonté réelle du pouvoir en place de réaliser l’alternance démocratique en ce moment où tous les RD-Congolais et l’ensemble de la Communauté internationale s’attendent à la décrispation du paysage politique en vue des élections apaisées, transparentes, libres et démocratiques dans le délai constitutionnel», a cogné le président national du Mouvement lumumbiste progressiste -MLP.
Membre du Rassemblement, l’AR n’a pas hésité un seul instant de réitérer l’appel d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba, président du Comité des sages de cette plate-forme née du Conclave de l’Opposition de Genval à Bruxelles, demandant au peuple RD-congolais d’être prêt à se prendre en charge afin de préserver les acquis de la démocratie et la sauvegarde de la stabilité constitutionnelle, gardienne des libertés chèrement conquises.
BBS

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer