PolitiqueSociété

CENI: Président de la LINA, Barthélemy Okito invite les Confessions religieuses à faire un choix irréprochable

Barthélemy Okito, président de la Ligue nationale des Anamongo -LINA-, une structure réunissant la descendance «Mongo», a demandé aux Confessions religieuses de choisir à la tête de la Commission électorale nationale indépendante -CENI- une personnalité ayant un profil et une moralité  irréprochable.

Au cours d’un entretien, avec la presse, axé sur la désignation des nouveaux membres de la CENI, le président de la LINA s’est plaint de la division des Confessions religieuses et s’est demandé pourquoi sont-elles en mésentente, alors qu’elles prêchent toujours l’unité, l’amour, humilité, etc. «Les Confessions religieuses doivent se mettre d’accord pour nous désigner un oiseau rare, qui va diriger la CENI. Nous voulons un président qui peut proclamer les résultats sans contestations», a-t-il suggéré, poursuivant que toutes Confessions reconnues dans le pays doivent se décider de déposer le nom d’un candidat.

«L’abbé Malumalu était Catholique, Ngoy Mulunda Protestante et Naanga Protestante. Cette fois-ci, on peut laisser la place aussi aux Musulmans, soit aux Kimbanguistes de prendre le bâton de commandement de la CENI. Ce n’est pas seulement que les religions ou les tribus qui comptent mais plutôt un digne fils, une personnalité compétente. Elles ne doivent pas se baser sur leurs sentiments», a-t-il signifié. Et de poursuivre: «étant une lourde responsabilité, les Confessions religieuses doivent éviter de colorer la personne qui sera désignée à cette grande institution d’appui à la démocratie». Barthélemy Okito est contre tous ceux qui disent que «l’affaire de la CENI est politisée».

Il a proposé que si la polémique persiste que le parlementaire récupère l’affaire comme les Sociétés civiles sont incapables de faire un choix. «Le parlement peut confier cette mission à une autre composante de la Société civile comme la structure des femmes pour diriger la CENI», a-t-il renseigné. LINA occupe 33% de la population RD-congolaise. Il sied de rappeler que l’Anamongo désigne un ensemble de peuples de la RD-Congo qui se disent issus d’un ancêtre commun.

Ces peuples appartiennent tous à différents sous-groupe de l’ethnie Mongo qui regroupe les Batetela, Lokele, Kusu, Ekondas, Iyadjima -Iyalima-, Ndengese, Bakutu, Boyela, Nkutshu, Sengele, Bolia, Bokote, Bongandu, Mbole, Nkutu et les Kubas -du peuple Bakuba. Ils appartiennent tous au grand groupe ethnique Ngala.

Bikug

Articles similaires

Fermer
Fermer