ActualitésSociété

Bandundu: les services de sécurité s’ingèrent dans le fonctionnement de l’Inspection provinciale de l’EPSP, ils harcèlent Nestor Tamina

C’est curieux, ce qui se passe à Bandundu ville. Contre toute attente, les services de sécurité se substituent aux chefs de l’administration civile pour rançonner les gens. C’est ce que Nestor Tamina, Inspecteur chef de Pool, a dénoncé dans une correspondance adressée à l’Inspecteur provincial principal, évoquant un dossier ouvert à sa charge par les services de sécurité de cette juridiction. Si les agents commis à ces services d’intelligence s’immiscent dans le fonctionnement des structures de l’EPSP en province, quel est alors le rôle des chefs hiérarchiques de l’EPSP, à savoir l’Inspecteur provincial et le Secrétaire général ou de la Fonction publique? Toute cette ingérence, aux dires de l’opinion, n’a pour but que de soutirer de l’argent aux personnes qui tombent dans leur filet. Une attitude déplorable condamnée du reste par beaucoup d’observateurs.

 
Inspecteur chef de Pool, Nestor Tamina Nzila Ngiey, a adressé un courrier à sa hiérarchie. Notamment à l’Inspecteur principal provincial -IPP- de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel du Kwilu à Bandundu ville. Dans celle-ci, il dénonce l’acharnement dont il fait l’objet de la part des agents de l’Agence nationale de renseignement -ANR- de son ressort.
«C’est depuis le 13 juillet en cours qu’un dossier est ouvert à ma charge devant le service de l’ANR/Bandundu pour détournement des frais de TENAFEP; non-respect de planning 2018 et non-respect des recommandations issues de la pré-promo tenue à Manzasay, présidée par le chef de la sous-division Olivier Kibala à notre absence», rapporte-t-il.
«Pendant trois jours, poursuit-il, soit du 13 au 16 juillet 2018, plusieurs questions m’ont été posées autour du fonctionnement de notre service, le canevas budgétaire et la répartition des frais de TENAFEP avec à l’appui le canevas budgétaire de 2014, et le rapport des assises préliminaires de promo scolaire 2018, sous province éducationnelle de Bagata 4».
«D’où une question m’est arrivée à l’esprit, celle de savoir comment ces documents administratifs peuvent parvenir à l’ANR car le canevas budgétaire, dans le cas d’espèce, n’est détenu que par vous mon chef hiérarchique, le chef de la sous-division et moi inspecteur chef de Pool», s’interroge Nestor Tamina dans sa correspondance.
Selon ses dires, «les services de sécurité lui ont demandé de déposer les originaux de tous les documents administratifs depuis 2014 jusqu’en 2018. Mais, comme la compétence est d’attribution, je ne peux nullement faire parvenir nos documents administratifs sans l’autorisation de mon chef direct que vous êtes».
Cet inspecteur chef de Pool se plaint amèrement. «J’ai subi plusieurs intimidations  de ce service au point même de m’obliger de payer 2.000.000 FC. Mais comme je persistais à ces intimidations, ils m’ont chipé 750.000 FC sans raison alors que les enquêtes doivent se poursuivre jusqu’à établir ma culpabilité. Voilà la situation dans laquelle je me trouve au jour d’aujourd’hui», souligne-t-il.
Selon plusieurs observateurs avertis, l’interpellation de cet inspecteur de Pool par les services de sécurité de Bandundu est considérée comme une immixtion des agents de cette structure du ministère de l’Intérieur dans le fonctionnement de cette zone éducationnelle dépendant de l’EPSP.
Tino MABADA 

Articles similaires

Fermer
Fermer