PolitiqueSociété

Bienvenu Bambale analyse les événements tragiques de la semaine dernière

Du lundi 7 au mercredi 9 août dernier, Kinshasa a vécu un début de semaine fiévreux, marqué par les attaques des adeptes du mouvement Bundu dia Kongo -BDK- et les deux journées ville morte du Rassop/ Limete. Observateur et analyste, Bienvenu Bambale, président du mouvement de la jeunesse du Congo -MJC-, a passé au peigne fin cette chaude semaine. Pour Bambale, le chef spirituel des BDK, Ne Muanda Nsemi, lance deux messages à la fois et s’affiche sans position. «On ne sait pas s’il est de quel côté», a-t-il dit. Au Rassop, il a conseillé de ne pas organiser les villes mortes deux jours de suite. Un intervalle d’au moins de 3 jours, selon Bambale, aidera la population à se préparer. Il n’a pas loupé l’occasion de fustiger la coupure de l’internet alors que nous vivons dans un pays démocratique.
Les évènements tragiques ayant eu lieu la semaine dernière, n’ont pas laissé indiffèrent Bienvenu Bambale, président du Mouvement de la jeunesse du Congo -MJC. Lundi 7 août 22019, les adeptes du mouvement politico-mystico-religieux, Bundu dia Kongo -BDK-, du Député Ne Mwanda Nsemi, ont pris d’assaut la ville dans le but de renverser le régime en place, selon le porte-parole de la Police. Au sujet de cette attaque, Bambale a estimé que Ne Mwanda Nsemi lance deux messages distincts.
«Mwanda Nsemi est recherché par la Police, parce que ses adeptes ont orchestré les évasions massives un peu partout au pays. Il est l’un des bénéficiaires de ces évasions. L’attaque du lundi 07 août a été annoncée bien avant. Pourquoi la Police n’a-t-elle pas empêché cela? », s’est-il interrogé. Et d’estimer: «Mwanda Nsemi donne deux messages à la fois. Quand je vois les images sur internet montrant la Police l’escorter à Boma, je me demande s’il y a une fracture dans la police. Je ne comprends plus sa position. Je n’ai jamais vu un opposant RD-congolais être escorté par la Police».
Au sujet de deux journées ville morte, Bambale a analysé que le premier jour a réussi contrairement au second. Cela se justifie, selon lui, par la souffrance endurée par la population. «Je pense qu’imposer deux journées successives de ville morte est très difficile, la population vivant au taux du jour. A la prochaine, il faut prévoir un décalage d’au moins trois jours pour permettre à la population de se préparer, car les temps sont durs», a-t-il suggéré. Et de constater: «à chaque fois que se produit des échauffourées dans le pays, la population est victime d’une coupure d’internet». Ainsi, il a condamné avec la dernière énergie cette sanction dans un pays démocratique comme la RD-Congo.
«Nous sommes au 21ème siècle. On ne peut pas empêcher quelqu’un d’envoyer une photo sur son portable. Nous prétendons être un pays démocratique alors que la population est privée de son droit le plus légitime. Aujourd’hui, l’internet reste le seul moyen de dénoncer dans notre pays, car on ne peut plus aller manifester dans la rue sans se être arrêté», a fustigé Bambale, encourageant la population à continuer de publier en cas de massacres. «Quand l’internet est coupé, nous, les entrepreneurs, nous perdons énormément», a-t-il déploré.
Quant à la publication du calendrier électorale dont la publication est annoncée dans le prochain jour, le président du MJC a dit ne pas croire au président de la CENI, Corneille Nanga, qui, selon lui, ne réalise pas ses promesses. «Ce dernier temps, le président de la CENI est devenu plus politicien que technicien. Il promet de publier le calendrier et organise, dans l’entre temps, les élections des gouverneurs. Selon l’accord il fallait commencer par l’élection présidentielle», a-t-il conclu.
Mymye MANDA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer