PolitiqueSociété

En une aux affaires sociales, Adèle Degbalase sur la bonne orbite

Arrivée à la tête du ministère des Affaires sociales, Actions humanitaires et Solidarité nationale depuis juste 11 mois et demi, Adèle Degbalase Kanda est en train de poser des actes qui surprennent positivement et augurent sans nul doute des lendemains enchanteurs. En peu de temps, elle a apporté une nouvelle touche dans la gestion d’épineux dossiers de son ministère.
Ne ménageant nullement ses efforts, elle se retrouve sur tous les fronts pour apporter des solutions pragmatiques et pérennes.
Amorce des reformes pour l’amélioration des conditions de travail de la Coordination de l’encadrement de la paie des militaires inactifs -CEPMI-, remise sur les rails de l’Institut national des travailleurs sociaux -INTS- avec à la clé une première promotion baptisée Adèle Degbalase Kanda par les lauréats-, redynamisation des activités du Fonds national de promotion et de service social -FNPSS-, multiples interventions humanitaires à travers des provinces, localités et chefferies de la RD-Congo… sont à son actif. Cette dame privilégie les actes à la publicité tapageuse.
Il y a presqu’une année depuis qu’Adèle Degbalase Kanda a pris les rênes du ministère des Affaires sociales, Action humanitaire et Solidarité nationale, mettant ainsi fin au vide occasionné par la curieuse omission de ce portefeuille dans la mise en place de l’actuelle équipe gouvernementale. Ce flottement a duré 10 mois.
A en croire des sources internes, cette situation a donné lieu à une certaine anarchie dans l’administration de ce ministère. «Nous en voulons pour preuve la gestion on ne peut plus calamiteuse du Secrétariat général aux Affaires sociales caractérisée par une montagne d’opacité, cachant pratiquement tout à son supérieur parce qu’habitué à évoluer à ce rythme pendant presqu’une année», a indiqué un cadre parlant sous le sceau de l’anonymat.
Des descentes permanentes sur le terrain auprès des populations meurtries
La nomination de Degbalase a mis fin à la chienlit et remis le ministère sur son orbite. Prenant son bâton de pèlerin, dans un contexte socioéconomique incertain, la ministre en charge des Actions humanitaires a fait le tour de l’arrière-pays pour venir en aide aux populations meurtries par des catastrophes et autres conflits ethniques.
Elle s’est rendue à Inongo, dans le Maï-Ndombe, au chevet des victimes du naufrage du lac Maï-Ndombe, à Kisangani et principalement le territoire d’Isangi, après les inondations dévastatrices qui ont détruit 1.000 maisons. Son intervention a été à la hauteur des dégâts enregistrés. Sa présence a été signalée également à Boende, dans la province de la Tshuapa. Mais ce n’est pas tout.
La ministre des Affaires sociales a effectué d’autres descentes sut le terrain à Kapanga dans le Lualaba, Boma dans le Kongo-Central, Bukavu dans le Sud-Kivu, Beni, Butembo, Nyanzale, etc. Aussitôt informée, elle n’a jamais hésité un seul instant en dépit de la modicité des moyens et s’est jetée chaque fois dans le bain pour soulager tant soit peu les souffrances des populations meurtries sans considération de races, ethnies, tribus.
Volet alphabétisation
Adèle Degbalase Kanda a célébré avec la communauté mondiale, le 8 septembre, le jubilé d’or de la Journée mondiale de l’alphabétisation à l’hôtel Sultani. «Madame Adèle Degbalase est la toute première autorité du ministère des Affaires sociales à accorder autant d’importance à la journée dédiée aux analphabètes. De nombreuses fois par le passé, la célébration était toujours symbolique, sans acte réel devant booster la vie des analphabètes», a signifié Suzanne Muk, émue, du haut de la tribune de la salle.
Toutes ces actions ont commencé à porter des fruits, attirant ainsi des partenaires. Dans le lot, il sied de noter le projet Recherche, action pour la maitrise de l’apprentissage des bénéficiaires en alphabétisation -RAMAA-, avec l’UNESCO, qui reste un capital très encourageant pour la RD-Congo. Avec la possibilité de donner une autre image, dans les cinq années à venir, à l’éducation non formelle.
D’un autre côté figure le Programme alimentaire mondial -PAM- qui a pris de sérieux engagements avec la ministre des Affaires sociales pour renforcer l’assistance humanitaire dans les coins de la République ayant connu des affres des conflits armés. Dans cette optique, Adèle Degbalase a reçu à deux reprises le Directeur Pays du PAM, Claude Jibidar, afin de concrétiser toute cette volonté de faire de la RD-Congo une référence en Afrique subsaharienne.
En outre, plusieurs programmes sont en cours avec l’OCHA pour accompagner le ministère dans l’assistance humanitaire de haute envergure avant l’année 2025 afin que la résilience soit effective dans l’action humanitaire en faveur de toutes les populations frappées par les catastrophes.
HRM

Articles similaires

Fermer
Fermer