Dossier à la UnePolitique

A travers les 4 districts de Kinshasa, Adam Chalwe prêche la non-violence

Il faut le reconnaitre, Adam Chalwe Mukuntu, coordonnateur chargé de suivi de la jeunesse de la Majorité présidentielle -MP-, a le courage de ses ambitions. Le 17 décembre 2016, à la veille de la date fatidique du 19, cet inconditionnel de la paix a, sans peur au ventre, fait le tour des quatre districts de la ville de Kinshasa, notamment Lukunga, Funa, Mont-Amba et Tshangu, réputée acquise à l’Opposition, afin de véhiculer le message de la non-violence, bravant tous les dangers que l’initiative peut comporter
La paix se gagne. Elle est la résultante des efforts acharnés. Le 19 décembre 2016, dernier jour du mandat constitutionnel du Président de la République de la RD-Congo, Joseph Kabila, a été annoncé, depuis des mois, comme le jour de l’embrasement du pays au cas où le Chef de l’Etat ne quittait pas le pouvoir. A Kinshasa et dans le pays, gagnés par la peur, les RD-Congolais craignent le pire. Certains ont résolu de traverser le fleuve Congo pour se mettre à l’abri en République du Congo et d’autres amassent des provisions craignant une escalade des violences. Pendant ce temps, à la Majorité présidentielle, Adam Chalwe Mukuntu, coordonnateur chargé de suivi de la jeunesse, est allé en campagne pour la paix. Le vendredi 17 décembre, bâton de pèlerin en main, il a entrepris une tournée dans les quatre districts que compte la ville de Kinshasa, notamment Lukunga, Funa, Mon Amba et Tshangu, réputée acquise à l’Opposition, pour y apporter le message de la non-violence, bravant ainsi tous les dangers que l’initiative peut comporter.
Clair et concis, le message du jeune Chalwe est axé sur dix points qui appellent essentiellement à la paix et à la responsabilité. «Nous devons avoir le courage de rappeler que ceux qui entretiennent encore des intentions malveillantes de prendre le pouvoir par la force et la violence en RD-Congo doivent retenir que l’histoire et le peuple au nom duquel ils se revendiquent les jugeront!», a-t-il souligné avant de poursuivre: «la violence étant par définition, l’arme des faibles, ne sera jamais l’idéal des dignes filles et filles engagés à la recherche de la paix, de la concorde et l’unité nationale fondements pour la construction d’une vision noble pour notre pays».
Partout où il est passé, le coordonnateur chargé de suivi de jeunes de la MP a invité les jeunes à ne jamais recourir à la violence et à ne pas se laisser manipuler pour se livrer à la barbarie. «Car la jeunesse sera la première victime des actes de violence», a-t-il soutenu.
Chalwe a également appelé les jeunes de Kinshasa à la vigilance. «Il est de votre devoir de dénoncer à la police toutes les personnes qui font l’apologie de la violence», a-t-il relevé.
A en croire ce jeune cadre de la Majorité présidentielle, les élections constituent la seule voie pour accéder au pouvoir et celles-ci auront lieu en 2018. Par conséquent, il a demandé aux jeunes de se préparer à renouveler le personnel politique, notamment les conseillers municipaux. «Les jeunes doivent faire confiance au Président Kabila, un patriote qui aime profondément la RD-Congo et qui ne lui souhaite que le meilleur», a-t-il fait savoir.
Chalwe, ce chantre de la non-violence et militant pour l’emploi de jeunes, a fait comprendre aux jeunes de différents districts de la capitale RD-congolaise qu’il n’y a que dans la paix que l’on peut créer des emplois en leur faveur. Il a amené les jeunes à réaliser que la violence est une voie contreproductive qui nuirait à la population. Normal donc que tel discours passe et qu’il reçoive un accueil favorable. Normal également que des foules affluent pour l’entendre. «Certaines salles ont refusé du monde. C’est le cas notamment de la salle polyvalente de la commune de Kisenso et de la salle Shekinah de Kimbangu. L’espace Mputu de Kingasani n’a pas fait exception», a-t-on témoigné. Voilà qui donne du tonus à ce coordonnateur chargé de suivi des jeunes qui ne peut qu’être optimiste pour l’avenir. «L’espoir est permis. Cap sur l’emploi des jeunes», a-t-il affirmé avant de clore sa tournée devant une marée des Kinois scandant le slogan du PPRD: «Kabila, élu, réélu et éligible».
Les dix points du message d’Adam Chalwe
A tous les Congolais, jeunes et vieux, soucieux du progrès de notre pays la RDC!
1.Aujourd’hui plus que jamais, le peuple nous observe, l’humanité nous regarde, la génération future attend de nous des bons exemples en termes d’actes responsables et dignes d’être perpétués dans le temps et dans l’espace ;
2.A ce titre, nous devons avoir le courage de rappeler que ceux qui entretiennent encore des intentions malveillantes de prendre le pouvoir par la force et la violence en RD-Congo doivent retenir que l’histoire et le peuple au nom duquel ils se revendiquent les jugeront!;
3.La violence étant par définition, l’arme des faibles, ne sera jamais l’idéal des dignes filles et filles engagés à la recherche de la paix, de la concorde et l’unité nationale fondements pour la construction d’une vision noble pour notre pays;
4.Nous avons besoin de travailler ensemble pour ce faire. Personne n’est un simple numéro dans une foule anonyme. L’apport de chacun compte et ça compte vraiment. Mais dans la paix et la quiétude. Non, alors non dans l’invocation incantatoire à la violence;
5.La Paix est vraie et indéniable pour chaque année et pour chaque jour, y compris pour le 19 décembre de l’année en cours. Ce jour-là, en accord avec la Constitution de la République, le soleil se lèvera et se couchera comme d’habitude mais, nous RD-Congolais, par notre attitude pacifique, nous ferons échec aux ennemis de la démocratie, aux ennemis de la Constitution, aux ennemis des institutions et aux ennemis du dialogue, tradition chère aux Africains que nous sommes. Pour cela, Veillons! Veillons au nom de la paix! Vaquons à nos occupations, entretenons nos familles et pensons à l’avenir de ce pays; Regardons d’où nous venons, voyons ce que nous avons acquis aujourd’hui;
6.Posons-nous la question: à qui profite ou a toujours profité la violence dans notre pays? A toi? à Moi? à qui alors?
7.Notons que de notre capacité de répondre consciemment à cette question dépendra notre attitude aujourd’hui demain et pour toujours;
8.Plus jamais servir d’instruments de ceux qui ne veulent d’un avenir radieux de notre pays;
9.Que vive la paix aujourd’hui et à jamais dans notre pays.
10.Travaillons, dialoguons, construisons, ne détruisons pas! Love and peace
Hugo Robert MABIALA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer