Politique

Amistie: le MLC crie aux manœuvres dilatoires du gouvernement

Jean-pierre-bemba
«Nous apprenons  que le gouvernement s’arrange à prendre contact avec les pays voisins, notamment le Rwanda et l’Ouganda, pour connaitre les noms de ceux qui doivent bénéficier de cette loi. Alors qu’en principe, la RD-Congo a le droit de dresser d’elle-même la liste de personnes éligibles à cette mesure de grâce», a déclaré Alexis Lenga
Le Mouvement de libération du Congo -MLC- dénonce les manipulations par le gouvernement dans la mise en exécution de la loi relative à l’amnistie promulguée depuis le mardi 11 février 2014. Lors des échanges avec la base du parti de Mont Amba dimanche 16 mars dernier, Alexis Lenga wa Lenga, secrétaire général adjoint chargé de la coordination des fédérations du MLC, a accusé le gouvernement de manœuvres dilatoires. A l’en croire, les autorités du pays ont déjà mis en place des astuces pour que certains bénéficiaires de cette mesure de grâce se retrouvent en dehors du délai.
 
Selon le secrétaire général adjoint chargé de la coordination des fédérations de ce parti de l’opposition, l’une des dispositions de cette amnistie souligne que les bénéficiaires doivent se manifester dans les six mois qui suivent la date de promulgation. Ce qui ne s’applique pas encore à ce jour, a indiqué Alexis Lenga wa Lenga. «Nous apprenons  que le gouvernement s’arrange à prendre contact avec les pays voisins, notamment le Rwanda et l’Ouganda, pour connaitre les noms de ceux qui doivent bénéficier de cette loi. Alors qu’en principe, la RD-Congo a le droit de dresser d’elle-même la liste de personnes éligibles à cette mesure de grâce», a déclaré Alexis Lenga wa Lenga devant sa base.
Pour le MLC, la démarche suivie par le gouvernement RD-congolais ne permettra pas à toute personne éligible de bénéficier cette loi. Car, c’est une méthode discriminatoire, s’indigne ce cadre du MLC. Il a ainsi signifié qu’il faudrait accorder les mêmes chances  aux compatriotes vivant au pays, à l’étranger voire en exil afin que les six mois prévus par loi ne s’épuisent pas.
«Je pense que les autorités RD-congolaises devaient suffisamment vulgariser cette loi, pour que tous les bénéficiaires sachent que c’est à tel endroit ou à tel ministère qu’il faudra se présenter. C’est aussi important de sensibilisé la population par rapport à cette loi», a conseillé ce cadre du MLC.
Cette loi d’amnistie votée par Le Parlement le 04 février, a été promulguée le Mardi 11 février dernier par le chef de l’Etat, qui indique que toute personne, auteur, co-auteur ou complice des faits infractionnels commis sur le territoire de la RD-Congo au cours de la période qui va du 1er  juillet 2003 au 20 décembre 2013, est éligible à cette loi d’amnistie. Sa promulgation est l’un des engagements que le gouvernement avait pris lors de la signature de la déclaration marquant la fin des pourparlers de Kampala avec des rebelles du M23.
Annick Maboti

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer