Politique

ABAKO favorable à un dialogue préventif et non curatif

Matusila OKAlliance des ba kongo -ABAKO- donne de la voix. Ce parti politique regroupant essentiellement des Né Kongo s’est prononcé en faveur du dialogue. A l’occasion du 57ème anniversaire des martyrs de l’indépendance, ABAKO, dont le meeting interdit le 4 janvier 1959 à l’YMCA à Matonge dans la commune de Kalamu a provoqué un soulèvement populaire précipitant même l’indépendance de la RD-Congo, s’est souvenu de ses morts. Au cours de ce mémorial, le président général de cette formation, Pierre Anatole Matusila Malungeni, a affirmé: «en tant qu’un parti pacifiste, l’ABAKO appelle de tous ses vœux la tenue d’un dialogue préventif aujourd’hui pour éviter la crise politique qui se profile à l’horizon plutôt que de tenir demain un dialogue curatif lorsque la situation échappera à tout contrôle».
L’ABAKO est favorable à un dialogue préventif et non curatif. Dans une déclaration politique faite le 4 janvier 2016, date commémorant les martyrs de l’indépendance du pays, le président général de ce parti politique, Pierre Anatole Matusila Malungeni, a indiqué que le dialogue qu’il prône est celui qui débouchera sur une alternance politique conformément au cadre constitutionnel. Cette constitution mise en place après de laborieuses négociations de Sun City ayant permis la signature de l’Accord global et inclusif ainsi que l’adoption par notre peuple à 85% lors du référendum du 18-19 février 2006, a-t-il rappelé, est fortement soutenue par l’ABAKO. Raison pour laquelle, à en croire le docteur Matusila, ce parti politique approuve également la décentralisation instituée par cette Constitution qui avoisine le fédéralisme tant réclamé par l’ABAKO depuis l’aube de l’indépendance.
«L’on ne cessera jamais de le rappeler, l’ABAKO, notre cher parti, a été à l’avant-garde de la lutte pour l’indépendance de notre pays. C’est bien à la suite de son meeting, le 4 janvier 1959 à la place YMCA à Matonge dans la commune de Kalamu, que la révolte entrainant l’écroulement de tout l’édifice colonial a été déclenchée», a rappelé le président général. En mémoire de plusieurs membres de l’ABAKO et de tant d’autres RD-Congolais qui ont perdu la vie le dimanche 4 janvier 1959, Pierre Anatole Matusila a demandé l’érection d’un mémorial en souvenir de leur sacrifice. Si le gouvernement exauce ce vœu, ce sera une preuve que ces illustres pionniers méritent reconnaissance de génération en génération et que le pays n’a pas encore placé dans les oubliettes ces martyrs de l’indépendance.
Le président général n’a pas hésité un seul instant de rappeler au VPM en charge de l’Intérieur et de la Sécurité, Evariste Boshab, sa promesse faite le 20 aout 2015 allant dans le sens de corriger l’erreur commise par ses prédécesseurs en régularisant ABAKO. «Nous en appelons une fois encore au sens élevé de responsabilité et de la justice de M. Boshab pour concrétiser sa promesse de corriger l’erreur dans laquelle son secrétariat général en charge des relations avec les partis politiques l’a induite», a-t-il insisté. Qu’à cela ne tienne, à cette période de grands enjeux, ABAKO a besoin d’une stabilité tout en évitant tout conflit interne.
Barick BUEMA     

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer