Nation

La réforme des FARDC au cœur des activités d’EUSEC

Eusec1203
La Mission de conseil et d’assistance de l’Union européenne en matière de réforme du secteur de la sécurité dans le domaine de la défense en RD-Congo -EUSEC- renouvelle son engagement allant dans le sens de reformer les Forces armées de la RD-Congo -FARDC. Dans son bulletin n° 5 de février 2014, le colonel Jean-Louis Nurenberg, chef de cette mission, a dévoilé les 13 objectifs stratégiques autour desquels s’articule le plan de réforme de FARDC.
«Ce plan de réforme comprend notamment les moyens financiers nécessaires alloués, la disponibilité d’une organisation fonctionnelle et d’un équipement approprié, la gestion du personnel militaire par les FARDC, l’opérationnalisation d’une structure de réinsertion des militaires dans la vie civile, les opérations militaires menées par les FARDC, le personnel militaire formé par les FARDC, la logistique appropriée, la gestion de l’armement et les munitions, la gestion de l’éducation civique des militaires et garantir le bien-être social de leur personnel et de leurs familles, les FARDC assurent l’appui médical de leur personnel, la justice militaire est fonctionnelle, les FARDC disposent d’une structure de communication et d’information publique efficace, les FARDC disposent des infrastructures appropriées», a précisé le colonel Nurenberg.
Jean-Louis Nurenberg a indiqué que la mise en œuvre de ces objectifs stratégiques pourrait se réaliser au sein de groupes de travail FARDC. Pour y parvenir,  le chef de Mission a insisté sur le fait de mettre progressivement en place le personnel clé dans les nouvelles structures militaires et d’appliquer la loi organique des FARDC ainsi que la loi sur le statut des militaires, déjà promulguées. EUSEC/RD-Congo n’entend pas se limiter à ce point. Son actuel mandat élargit son champ au point de prévoir des actions dans les domaines de l’appui au niveau stratégique, y compris dans les régions militaires, de la consolidation de l’administration et de la relance du système de formation militaire.
«Malgré l’ampleur de la tâche que représente le conseil et l’assistance en matière de réforme du secteur de sécurité volet Défense en RD-Congo, des progrès considérables ont été observés en 2013 en particulier dans le domaine de la gestion des effectifs des FARDC. Cependant, d’importants défis doivent encore être relevés. Les écoles de formation des cadres militaires à Kananga, Kitona et Kinshasa reposent encore trop sur l’action d’EUSEC et de deux Etats membres, la Belgique et la France. Aussi, nous sommes toujours dans l’attente de la mise en place du Commandement général des écoles militaires», a reconnu le chef de Mission. Pour le succès de ces bonnes intentions, les autorités RD-congolaises sont exhortées de démontrer leur appropriation.
Dans ce bulletin, il est aussi question de rappeler certaines activités réalisées par EUSEC. Depuis septembre 2013, près de 550 opérateurs de la chaîne administrative des forces armées ont été formés et 50 mille militaires contrôlés dans leurs affectations d’origine. Et c’est grâce au Système d’information et de gestion administrative militaire -SINGAMIL.
«SINGAMIL constitue une avancée significative dans le domaine du suivi administratif des militaires. Cet outil est actuellement opérationnel dans l’ensemble des Etats-majors des forces et sera progressivement étendu à l’ensemble des Corps. Cette application permet à la chaine administrative de consolider la base de données et contribue de manière significative à optimiser la gestion des ressources humaines», a-t-on fait savoir. Pour le petit rappel, la mission EUSEC/RD-Congo soutient les autorités RD-congolaises pour reconstruire une armée qui garantira la sécurité sur toute l’étendue du territoire et créera les conditions favorables pour un retour au développement économique et social.
Lancée en 2005, elle est basée à Kinshasa avec un détachement déployé à Goma. En outre, la mission mène des projets au Bas-Congo et à Kinshasa. Son personnel européen est composé d’une quarantaine de personnes, militaires et civils auxquelles s’ajoute un américain. Appuyée par une trentaine d’agents RD-congolais, la mission EUSEC/RD-Congo a récemment vu son mandat prolongé jusqu’en septembre 2014.
Barick BUEMA 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer