NationPolitiqueSociété

La hausse de prix d'internet: le ras-le-bol de l’UNPC

Les professionnels des médias et autres internautes coalisent pour défendre les recommandations de la nouvelle loi-cadre sur les télécommunications, entre autres, permettre l’accès de l’ensemble de la population aux services de basse du téléphone et du télex en zones rurales et urbaines grâce à un coût raisonnable ainsi que réduire les disparités qui existent dans la desserte des différentes régions du pays en infrastructures et services de télécommunications foulées aux pieds par les fournisseurs d’Internet trop gourmands
«Ce mercredi midi, au siège de l’Union nationale de la presse du Congo -UNPC-, une conférence de presse pour annoncer les actions que nous comptons mener contre la hausse incommensurable des tarifs des données Internet mobile». C’est un communiqué signé Kasonga Tshilunde, président de l’UNPC. La corporation exprime son ras-le-bol envisage sérieusement de protester contre la hausse des prix d’internet. De leur côté, les professionnels des médias et internautes, initiateurs de la manifestation pacifique dénommée «Nuit debout Kinshasa» le 11 juin dernier en réaction à cette flambée, promettent un nouveau rassemblement tant que ce problème ne sera pas réglé par les autorités. Dans la nouvelle loi-cadre sur les télécommunications RD-Congo, il a été introduit le concept «service universel» qui ouvre l’accès à tous aux différents services ouverts au public à un prix raisonnable. C’est cette disposition que les fournisseurs d’Internet en RD-Congo ont violée en augmentant d’une façon unilatérale le prix d’accès à ce service à 500%. 50 gigabits coûtaient USD 100 et aujourd’hui le même volume coûte USD 500. Les utilisateurs d’Internet se disent floués. Pour sa part, le ministre des PT-NTIC, Thomas Luhaka, dit avoir donné des instructions aux responsables de l’Autorité de régulation des postes, téléphones et télécommunications -ARPTC- pour mener une enquête sur cette hausse sensible de prix, entretemps la situation persiste au détriment des consommateurs d’Internet.
La colère monte. Les conséquences risquent d’être fâcheuses. Kasonga Tshilunnde, le président de l’UNPC, convoque une conférence de presse ce mercredi au siège de l’Union à Gombe. L’appel intervient quelques jours après la publication d’un précédent communiqué de la corporation. «L’Union Nationale de la Presse du Congo est angoissée par la hausse incommensurable, bourrue et concomitante du tarif des données Internet mobile, passant, sans aucune cause connue, de 10 à 500%, sur tous les réseaux des opérateurs de téléphonie mobile. Cette situation cause un grand préjudice à la presse nationale», soulignait le communiqué de presse du président de l’UNPC.
La conférence de presse est prévue pour annoncer les actions que les journalistes comptent mener contre la hausse incommensurable des tarifs des données Internet mobile. L’UNPC estime que, dans le cadre des Nouvelles technologies de l’information et de la communication -NTIC-, nul autre que le journaliste n’utilise autant l’Internet, non pas pour des invectives et l’exhibition, mais comme un instrument central de travail. Elle invite le Ministre des PT-NTIC et son ARPTC à tout mettre en œuvre pour rapidement remettre les choses en ordre en annulant cette décision car, rien ne peut justifier, en ce moment précis, une telle augmentation ahurissante des tarifs, laquelle s’apparente à une répression qui ne veut pas dire son nom. Faute de quoi l’UNPC s’engage à lancer une grande action de protestation sur toute l’étendue du pays.
De l’avis d’un spécialiste, la RD-Congo est passée aux liaisons hertziennes introduites dans les années 1950, ensuite aux liaisons par satellite et aujourd’hui à la numérisation. Ceci fait que la téléphonie mobile, cellulaire ou sans fil côtoie le téléphone avec fil ou fixe. Dans cette perspective, les services, du simple téléphone vocal, du télégramme et du télex, on est passé, grâce à la télématique -association des télécommunications, de l’informatique et de l’audiovisuel- à l’Internet et ses applications: le courrier électronique e-mail, la presse en ligne, le transfert des fonds… et le e-business.
Sur le marché en RD-Congo, la réalité est tout autre. Les fournisseurs de service Internet foulent aux pieds les recommandations de la nouvelle loi-cadre sur les télécommunications, entre autres, permettre l’accès de l’ensemble de la population aux services de basse du téléphone et du télex en zones rurales et urbaines grâce à un coût raisonnable ainsi que réduire les disparités qui existent dans la desserte des différentes régions du pays en infrastructures et services de télécommunications. On en veut pour preuve, cette hausse vertigineuse de prix d’accès à l’Internet. «Les 50 gigabits coûtaient USD 100 et aujourd’hui le même volume coûte UD 500», constate-t-on. Il en est de même du coût des forfaits appel et de la carte prépayée. «La carte de 100 unités qui se vendait à CDF 900 et ou CDF 1000 se coûte actuellement CDF 1200. Les forfaits d’appel en activant 100 unités ont également baissé sur tous les réseaux», confie un vendeur des cartes prépayées.
Pour protester d’ailleurs contre cette hausse, les journalistes de la ville de la capitale avaient organisé une marche baptisée «Nuit débout de Kinshasa» le samedi 11 juin devant l’hôtel du gouvernement sur le boulevard du 30 juin à Kinshasa/Gombe. Curieusement, cette marche a été dispersée par la police en procédant également à l’interpellation de quelques participants avant de les relâcher deux ou trois heures plus tard. Il s’agit de Patient Ligodi, administrateur et directeur du site d’information HYPERLINK “http://www.politico.cd” www.politico.cd et de l’Univers FM, les journalistes indépendants Suzanne Mukendi et Jacky Ndala, Fanfan Nsumpi de Télé 50 ainsi que les internautes Kindombe Nsona Maria, Mulumba Mukendi, Disanka Christian-Michel.
En rapport avec cette hausse de prix de service Internet, les journalistes ont interrogé Thomas Luhaka, vice-Premier ministre des PT-NTIC, qui leur a déclaré que dans sa correspondance datée du 31 mai 2016, il a demandé à l’ARPTC de mener une enquête sur ce qu’il a qualifié «d’augmentation sensible des prix d’Internet». Cette réponse n’a pas convaincu les internautes qui ont contacté le député national Patrick Muyaya, ancien journaliste, qui a adressé une question orale au Ministre des PT-NTIC le mois passé et dont la question n’a pas été débattue à l’hémicycle. Au vu de loi, la création de l’Autorité de régulation en RD-Congo a consacré le principe de l’indépendance des fonctions de régulation de celles de l’exploitation. A l’autorité de régulation est confiée la fonction régalienne de réglementation du secteur qui n’est pas détachable de l’Etat, tandis que celle économique de l’exploitation détachable de l’Etat revient aux opérateurs des télécommunications, publics et privés, autres que l’Etat.
Octave MUKENDI
Communiqué de presse
L’Union nationale de la presse du Congo est angoissée par la hausse incommensurable, bourrue et concomitante du tarif des données Internet mobile, passant, sans aucune cause connue, de 10 à 500%, sur tous les réseaux des opérateurs de téléphonie mobile. Cette situation cause un grand préjudice à la presse nationale. En effet, dans le cadre des Nouvelles technologies de l’information et de la communication, NTIC en sigle, nul autre que le journaliste n’utilise autant l’Internet, non pas pour des invectives et l’exhibition, mais comme un instrument central de travail.
Plusieurs radios, télévision et journaux n’ont comme canaux que l’Internet. A titre exemplatif, nous citerons Univers FM, Médias Congo, etc. qui n’ont que l’Internet comme créneau.
L’Union nationale de la presse du Congo invite le ministre des PT-NTIC et son ARPTC -Autorité de régulation de la poste et des télécommunications- à tout mettre en œuvre pour rapidement remettre les choses en ordre en annulant cette décision car, rien ne peut justifier, en ce moment précis, une telle augmentation ahurissante des tarifs, laquelle s’apparente à une répression qui ne veut pas dire son nom. Faute de quoi l’UNPC s’engage à lancer une grande action de protestation sur toute l’étendue du pays.
LE PRESIDENT DE L’UNPC
KASONGA TSHILUNDE
0818134575 – HYPERLINK “https://mail.google.com/mail/u/0/h/fhmqv9r10ivl/?&cs=wh&v=b&[email protected]” \t “_blank” [email protected]

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer