Startimes frappé d’une mise en demeure

0

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel de la communication et de l’audiovisuel vient de frapper la société de télédistribution Startimes d’une mise en demeure. Pour cause, le refus de se présenter dans les installations du régulateur de l’audiovisuel RD-Congolais pour fournir certaines informations. A la base, une plainte d’un téléspectateur choqué par la diffusion sur les bouquets Startimes des films pornographiques durant la journée, sur les canaux 996 -XXL Girls-, 997 -Brazzer TV et Charme academy.

Saisi par un abonné de startimes sur la diffusion des films à caractères pornographiques en pleine journée, le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication -CSAC- a siégé en Assemblée plénière  afin de statuer sur ce dossier. En effet, après avoir reçu cette plainte, le CSAC a émis une invitation à l’endroit du directeur de cette société spécialisée dans la télédistribution. Cette dernière a délégué son chargé des relations externes qui a décliné la responsabilité de Startimes sur le contenu des chaines diffusant sur ses différents bouquets. Sur ce, le régulateur de l’audiovisuel a sollicité une séance de travail au cours de laquelle le télé distributeur devrait fournir certaines informations d’usage. Malheureusement, ce dernier ne s’est pas présenté mettant le CSAC dans l’obligation de sévir. Une mise en demeure en entendant les résultats du monitoring des services du régulateur de l’audiovisuel. A en croire cette institution d’appuie à la démocratie, cette mesure intervient en entendant les conclusions des services de monitoring.

Brice NLANDU

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom