Compte Twitter du Président ou de la Présidence?

0

L’article d’«AfricaNews» consacré à la persistance des fautes de français déplorées sur le compte Twitter officiel de la Présidence de la République a fait tabac. Internautes comme lecteurs estiment qu’il s’agit d’une observation pertinente qui soulève la question de coordination de la communication numérique du Président de la République. C’est-à-dire la stratégie de communication du Président de la République.


Lire aussi: Le compte Twitter de la présidence embarrasse


Au-delà des fautes de forme, il y a d’autres vices qui se font sentir dans les messages postés sur @Présidence RDC. Il se pose la question: «Qui communique quoi?». A cette question, Eve Zuckerman, directrice de campagne numérique du candidat Alain Juppé lors des primaires de la droite française, y a répondu dans une interview accordée au site «numerama»: «Il n’y a pas d’un côté un webmaster et un community manager qui publient des trucs drôles sur les réseaux et d’un autre côté des militants -internautes-». La communication politique numérique des personnalités politiques, des institutions est une action collective à laquelle les politiques participent à l’élaboration du message dont seront chargés le webmaster et/ou le community manager de poster sur les comptes officiels -FB, tweeter,…

Mais à analyser la communication de @Présidence RDC, il y a un monsieur ou une dame qui décide quoi écrire, sans tenir compte de l’importance, de l’impact du message auprès des internautes.

Il se pose aussi un problème du statut communiquant. Depuis l’élection et la prestation de serment du Président Félix Tshisekedi, tout ce qui le concerne est dirigé vers @Présidence RDC: activités du président, déclarations,… Or, la Présidence n’est pas une institution dans la hiérarchisation des pouvoirs selon la Constitution de la RD-Congo. L’institution c’est le Président. Bien qu’assez communicant dans les médias traditionnels, le Président est devenu muet sur Twitter. Son dernier tweet date du 28 décembre 2018 quand, en sa qualité de candidat président, il condamnait l’expulsion de l’ambassadeur de l’Union européenne en RD-Congo. Pourtant, son statut sur ce compte a été actualisé: «Président de la République Démocratique du Congo», peut-on lire. En clair, l’institution Président est réduite au silence au profit de la Présidence. C’est une forme de négligence, une erreur d’orientation du message sur les canaux de communication, de l’avis de certains spécialistes.  Les équipes de communication du Président et de la Présidence doivent intégrer dans leurs stratégies cette donne selon laquelle, les médias ont déjà cessé de n’être que la radio, la télé ou le journal imprimé. La communication sur les médias sociaux mérite une attention particulière au même titre que celle sur les médias traditionnels. Une erreur sur Twitter a plus d’implications dans l’opinion surtout internationale qu’une erreur sur la «RTNC» par exemple. L’audience des nouveaux médias s’étend à tous les 4 coins du monde alors que celle de nos médias traditionnels se limite dans une aire géographique bien connue.

BOK

Correspondance particulière

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom