Interview

L’ONG Bomoko tient à améliorer le social de la jeunesse

Bien que confrontée aux problèmes d’ordre financier, l’ONG Bomoko se bat jour et nuit pour améliorer le social de la jeunesse RD-congolaise. Le porte-parole de cette organisation non gouvernementale, Joseph Olongo, l’a confirmé dans une interview à chaud accordée à AfricaNews. Occasion pour lui de parler des projets de cette structure, des actions menées sur terrain en faveur des orphelinats pour les épargner de toute sorte de dangers et autres risques liés aux conflits. Entretien.

Que peut-on retenir de l’ONG «Bomoko»?

«Bomoko» est une structure créée par les étudiants de différentes universités RD-congolaises. Son objectif est d’améliorer le niveau de vie sociale de la jeunesse. Sans doute, partout dans le monde, des millions d’enfants vivent ou plutôt survivent dans la rue à cause des conflits, des crises et de la pauvreté extrême. Notre pays n’est pas épargné. C’est pourquoi nous avons créé cette ONG juste pour assister les enfants démunis. En réalité, nous travaillons pour épargner les orphelins de toute sorte de dangers. Voilà pourquoi nous investissons dans des orphelinats et autres centres d’encadrement.

Comment vous organisez-vous pour venir en aide aux orphelins?  

C’est vrai que nous n’avons pas assez de moyens mais en tant que jeunes, nous nous battons tant mieux que mal pour accomplir notre mission en allant assister les autres jeunes en situation beaucoup plus préoccupante. Chacun de nous met la main à la pâte pour nous en sortir. Pour nous, le plus important porte sur notre présence et non sur le don que nous apportons aux plus démunis sans familles biologiques qui nous considèrent comme leurs frères et sœurs directs. C’est pour cette raison que nous sollicitons l’appui financier auprès de ceux qui ont des moyens pour nous accompagner.

Quels sont les projets urgents contenus dans votre agenda?

Nous avons beaucoup de projets. Dans quelques semaines nous allons organiser des manifestations dans les orphelinats pour apprendre aux enfants comment utiliser les ordinateurs, mieux les outils informatiques. Nous avons prévu des conférences, des déplacements, une soirée de gala et des visites dans des orphelinats. Notre soutien est réparti en trois domaines principaux, à savoir: faciliter l’accès à l’éducation; fournir un soutien émotionnel; et responsabiliser nos enfants.

A quels types de difficultés êtes-vous confrontés?

La difficulté majeure reste, sans nul doute, la pandémie à Covid-19 qui a chamboulé nos projets prévus en 2020. Surtout que le Président de la République avait décrété l’Etat d’urgence sanitaire afin de lutter contre cette maladie, tout le monde était obligé de se protéger. En plus, nous n’avions plus de moyens pour organiser des conférences, réunions et autres activités, nous étions obligés de tenir des réunions dans les réseaux sociaux non seulement parce qu’on manquait des moyens mais aussi pour respecter les gestes barrières.

Qu’est-ce qui justifie votre optimiste en 2021?

Au-delà de notre assistance aux enfants, nous sommes prêts pour organiser des ateliers et conférences pour l’édification de la jeunesse. Pour améliorer, il faut la transformation. On ne peut pas parler de la transformation sans la formation, ni la formation sans l’information. Vous devez savoir aussi qu’informer un adulte c’est former des enfants. Nous allons dans cette optique et nous pensons qu’au niveau de la jeunesse, on aura des activités privées qui feront en sorte que nous soyons plus nombreux sur le terrain pour assister les orphelins.

Propos recueillis par Triomphe EFONGE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer