SantéSociété

La SADC arrête des stratégies contre le choléra

Il s’agit, entre autres, d’accélérer la production locale et régionale des vaccins contre le choléra afin d’augmenter la production et renforcer l’accès aux produits tels que les solutions de réhydratation orales, mettre à disposition des lits pour patients atteints de choléra, améliorer le contrôle de la sécurité relative à la chaîne d’approvisionnement et accélérer le transfert de technologies et l’échange de connaissances 

Les 16 pays membres de la Communauté de développement de l’Afrique australe -SADC- ont pris part, le vendredi 02 février par visioconférence, à une réunion extraordinaire des Chefs d’Etat et de gouvernement élargie aux ministres de la Santé de ladite organisation. Ces assises ont été présidées par le Président angolais João Lourenço, en même temps Président en exercice de la SADC dans le cadre de la lutte contre le choléra. C’est le ministre d’Etat en charge de l’Intégration régionale, Antipas Mbusa Nyamwisi, représentant du Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo à ces travaux. Il a été assisté par le vice-ministre RD-congolais de la Santé publique.

Le secrétaire exécutif de la SADC et les représentants des partenaires internationaux de coopération, à savoir: Africa Centre for Disease Control and Prevention -Centre de contrôle et de prévention des maladies pour l’Afrique ou Africa CDC-, l’Organisation mondiale de la Santé -OMS-, le Fonds des Nations unies pour l’enfance -UNICEF- et le Programme alimentaire mondial -PAM- ont également pris part à la réunion du sommet.

À cette occasion, le Sommet a reçu un rapport élaboré par les ministres de la Santé de la SADC au cours de leur réunion extraordinaire portant sur la présente épidémie de choléra dans la région de la SADC et approuvé les recommandations formulées par les ministres de la Santé sur les mesures à prendre par la région de la SADC pour lutter contre l’épidémie de choléra. Il s’agit d’élaborer et mettre en œuvre des plans de riposte multisectoriels au choléra qui englobent les catastrophes naturelles et les effets du changement climatique portant sur la -ré-émergence du choléra afin de contrôler efficacement sa propagation; renforcer la collaboration régionale sur l’évaluation des risques d’épidémies transfrontalières et la surveillance de la santé publique pour améliorer la détection précoce et la prévention des maladies à tendance épidémique; planifier et mettre en œuvre conjointement des campagnes synchronisées de vaccination transfrontalières contre le choléra, selon le cas, et mobiliser l’approvisionnement en vaccins pour les pays affectés et non affectés ainsi que transmettre un compte-rendu au Conseil chaque année.

Ce n’est pas tout. Il faut également augmenter les investissements dans la riposte à l’actuelle situation d’urgence liée au choléra, en maintenant les investissements à long terme destinés à la définition d’une solution durable à la crise récurrente du choléra; élaborer et mettre en œuvre des actions au titre du Programme Eau, Assainissement et Hygiène pour tous -WASH- ainsi que des programmes de réduction des risques de catastrophe résistants au climat afin de prévenir toute future épidémie de choléra.

Il est aussi recommandé d’accélérer la production locale et régionale des vaccins contre le choléra afin d’augmenter la production et renforcer l’accès aux produits tels que les solutions de réhydratation orales, mettre à disposition des lits pour patients atteints de choléra, améliorer le contrôle de la sécurité relative à la chaîne d’approvisionnement et accélérer le transfert de technologies et l’échange de connaissances; accroître les investissements dans l’infrastructure WASH -Programme Eau, Assainissement et Hygiène pour tous- et garantir une gestion efficace des déchets et un approvisionnement durable en eau salubre.

Et, enfin, augmenter le budget alloué aux actions inscrites au titre du programme WASH -Eau, Assainissement et Hygiène pour tous-; et consolider les dispositifs destinés à assurer la responsabilité en matière de suivi à la fois dans le cas d’interventions réalisées dans le programme WASH et dans le cas des gouvernements locaux, en ce qui concerne le compte-rendu de leur performance annuelle relativement à l’application du programme WASH. Le Sommet a remercié les partenaires internationaux de coopération suivantes, à savoir: l’Africa CDC, l’OMS, l’UNICEF et le PAM pour leur soutien technique et leur contribution financière dans la riposte contre le choléra dans la région de la SADC.

Il a approuvé la recommandation préconisant la nomination d’un champion régional de la lutte contre le choléra, désigné au niveau du Chef d’État ou de gouvernement, afin de mener la lutte contre cette maladie dans la région. Aussi le Sommet a-t-il exprimé sa reconnaissance au Président en exercice de la SADC, le Président angolais João Manuel Gonçalves Lourenço pour avoir convoqué la réunion extraordinaire du Sommet des Chefs d’État et de gouvernement de la SADC sur la présente épidémie de choléra. Pour sa part, le Président de la SADC a remercié tous les Chefs d’État et de gouvernement ayant participé à cette réunion extraordinaire du Sommet et ayant exprimé leur engagement sans faille à promouvoir la santé et le bien-être des citoyens de la région de la SADC.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page