Dossier à la UnePolitique

Devant les militants de l’UDPS, Augustin Kabuya incite à la violence contre le ministre des Finances Sele Yalaghuli (enregistrement sonore)

La crainte de violences physiques contre des ministres et autres cadres du FCC est forte en République Démocratique du Congo. Elle se justifie par le récent discours du Secrétaire général de l’UDPS devant les militants du parti. Sieur Augustin Kabuya a tenu des propos incitant les militants à s’en prendre au ministre des Finances au motif qu’il bloquerait des paiements pour pousser à un soulèvement contre le Président le Président de la République.

Cliquez sur play pour écouter l’enregistrement

“Vous voulez retourner au pouvoir mais il faut présenter un bilan. Vous avez commis plusieurs assassinats et crimes économiques. Vos noms sont cités dans le pillage de ce pays. Aujourd’hui, vous vous organisez avec le ministre des Finances pour bloquer les paiements pour dresser l’Armée, la Police et les fonctionnaires contre le Chef de l’État…”, a dit Augustin Kabuya, promettant le chemin de l’exil à certains, les enregistrements sonores de son speech faisant foi.

“Nous n’allons pas nous laisser faire, je vous assure. Je ne parle pas pour faire plaisir à certains. Comme ils ont choisi cette voie, sans se rendre compte que sans l’UDPS ils auraient subi le sort des Mobutistes le 17 mai 1997, nous sommes prêts puisque nous sommes habitués à ça. Nombreux prendront le chemin de l’exil”, a promis le secrétaire général du parti présidentiel, laissant entendre que les cadres du FCC doivent leur protection actuelle à l’UDPS.

Kabuya a fait pire en promettant de faire vivre aux cadres du FCC la situation de 1992, année où l’ex Zaïre avait connu des scènes des pillages, affirmant bien connaître les adresses des résidences des leurs cibles, promettant ouvertement d’en finir avec le ministre des Finances.

Où va le pays? Jusqu’où ira Augustin Kabuya avec ses incitations à la violence? Des questions fusent alors que la classe politique, les organisations de défense des droits de l’homme et les instances chargées de rechercher et réprimer les infractions se taisent dans toutes les langues.

Pour Constant Mutamba, cadre du FCC qui a réagi sur Twitter, “les propos du SG de l’UDPS, Augustin Kabuya, ne concourent pas à la recherche de la stabilité du pays tant recherchée. Diviser les Congolais pour des fins politiciennes était la pire erreur des années 90. C’est une voie dangereuse à ne pas suivre”.

Tino MABADA

Articles similaires

Un commentaire

  1. Le Congo n’a pas besoin delà violance mais plus la paix
    La haine,le tribalisme ,la violance etc… Ne fait que empiré la situation du pays qui est déjà chaotique dans tous ça c’est nous les peuples qui subissent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer