Dossier à la UneNationSécurité

Retour du M23: Kabarebe cite aussi Museveni

“Des Armées de certains pays de la Région approvisionnent le M23 en armement lourd, armes et munitions. Et comme les éléments du M23 partent du Rwanda et de l’Ouganda, il ne faut pas de grandes et longues enquêtes pr désigner, dénoncer et condamner ces pays”, a renforcé Alphonse Ntumba Luaba, ancien Secrétaire exécutif de la Conférence internationale de la Région des Grands lacs, cité dans un tweet du journaliste Stanis Bujakera.

Devant la presse réunie jeudi soir dans la capitale, le vice-premier ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula, et le ministre de la Communication et Médias Patrick Muyaya ont fait la restitution de la tripartite de mercredi 6 juillet à Luanda, livrant du coup des détails troublants notés pendant les discussions dans la capitale angolaise. Si c’est pas pour faire la diversion et tenter de distraire Kinshasa, un éminent délégué de Kigali a parlé pour la première fois du rôle de Kampala dans la résurrection du M23.

“Nous sommes en discussion, le général James Kaberebe demande la parole et dit, ce n’est pas nous -Rwanda- qui vous attaquons. Makenga dont le groupe est aujourd’hui en action, vit en Ouganda. C’est l’Ouganda qui pousse ces gens et leur donne la logistique”, a révélé le VPM Lundula.

Puis de faire une deuxième révélation tendant à confirmer l’implication de la plus haute autorité ougandaise dans cette nouvelle guerre d’agression. “Le président Museveni a appelé le chef de l’État Félix Tshisekedi pour lui dire que Paul Kagame et lui étaient en mesure d’obtenir des M23 leur retrait du territoire congolais”.

Dans une intervention rapportée vendredi dans un tweet du journaliste Stanis Bujakera, Alphonse Ntumba Luaba, ancien Secrétaire exécutif de la Conférence internationale de la Région des Grands lacs -CIRGL-, a donné d’autres informations tendant à renforcer le témoignage de Lutundula.

“Des Armées de certains pays de la Région approvisionnent le M23 en armement lourd, armes et munitions. Et comme les éléments du M23 partent du Rwanda et de l’Ouganda, il ne faut pas de grandes et longues enquêtes pr désigner, dénoncer et condamner ces pays”, a précisé Alphonse Ntumba Luaba.

Avant ces détails qui interrogent, Patrick Muyaya et Christophe Lutundula sont abondamment revenus sur la tripartite de la veille avec autour d’une table, les Présidents Lourenço, Kagame et Tshisekedi, respectivement de l’Angola, du Rwanda et de la RD-Congo. Au cœur du problème: la recherche des voies et moyens pour faire la paix entre la République Démocratique du Congo et le Rwanda, sous la médiation de l’angolais, Joao Lourenço.

Feuille de route au contenu mensonger

Prenant la parole pour annoncer les couleurs, le ministre en charge de la Communication a informé qu’au terme de cette tripartite, une feuille de route a été établie. Celle-ci ordonne la cessation immédiate des hostilités et le retrait immédiat de M23 de toutes les positions qu’il occupe. Dans le même temps, un accent a été mis sur la circulation dans les réseaux sociaux d’une autre feuille de route parallèle, en version anglaise. Pour Lutundula, celle-ci est falsifiée, avec un contenu mensonger. Il a plutôt prêché “pour la prise en compte de la seule feuille de route en français, qui est le reflet des conclusions de ces travaux”.

Cette rencontre, initiée par le Président de l’Angola a permis à chacun de se présenter avec un cahier de charge reprenant ses revendications, sa vision par rapport à la fin de la crise. Outre le retrait du M23, la RD-Congo a revendiqué la création des conditions pour le retour apaisé des réfugiés dans leur pays d’origine.

De part et d’autre, chacun avait à dire, et le Rwanda autour des FDLR concernés aussi par cette réclamation. Pour le ministre des Affaires étrangères, la reprise des hostilités après l’établissement de la feuille de route n’est que la volonté du M23, appuyé par le Rwanda, de rendre la RD-Congo ingouvernable, l’empêchant de s’organiser. Toutefois, en affichant son optimisme quant à la victoire finale des FARDC, il a annoncé une autre rencontre pour le mardi prochain afin de se pencher sur l’opérationnalité de la feuille de route.

Le ministre Muyaya a eu, pour sa part, les mots qu’il faut pour inviter les journalistes à s’investir dans le front médiatique, en ne diffusant pas les informations sur la guerre. Car, cela profiterait à l’ennemi, mais à se mobiliser tous, comme un seul homme, autour des FARDC pour les pousser vers la victoire.

C’est pendant le le jeu des questions et réponses que Lutundula a fait cette révélation concernant Sultani Makenga qui, selon James Kabarebe, n’est pas établi au Rwanda mais plutôt en Ouganda d’où il prépare ses incursions contre la RD-Congo.

Si c’est pas une accusation directe venue faire éclater au grand jour la duplicité de l’Ouganda, c’est bien pour Kabarebe une façon de dédouaner son pays, le Rwanda, après les accusations d’agression portées contre lui par la République Démocratique du Congo.

JeJe MBUYAMBA

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page