Dossier à la UnePolitique

Retour de Katumbi: conseils de Lokondo à Kabila

Le député national élu de Mbabdaka appelle le Chef de l’Etat à tirer les conséquences du rapport des évêques
L’agitation autour de la fuite du rapport de la commission ad hoc sur les cas désignés comme emblématiques dans le cadre de la décrispation politique n’a pas sa raison d’être, estime le député MP Henri-Thomas Lokondo. Ce dernier appelle le Chef de l’Etat à examiner en âme et conscience ce rapport et de tirer toutes les conséquences pour la paix et la tranquillité dans le pays.
Le député national Henri-Thomas Lokondo a décidé de voguer à contre courant de sa famille politique, la Majorité présidentielle -MP-, notamment au sujet du dossier Moïse Katumbi. L’élu de Mbandaka s’est opposé dimanche à l’agitation observée après la fuite dans la presse du rapport de la commission ad hoc sur les cas emblématiques -Moïse Katumbi et Jean Claude Muyambo- dans le cadre de la décrispation du climat politique. Des membres de la MP ont en effet reproché à la CENCO d’avoir violé la confidentialité du rapport dans l’objectif de «gêner». Ce qui, aux yeux de la Majorité va inutilement accentuer les commentaires négatifs sur les évêques et le processus politique en cours.
Mais, au cours d’un entretien avec la presse le dimanche 7 avril à Kinshasa, Henri-Thomas Lokondo a fait savoir que si les négociateurs de l’Accord global et inclusif du Centre interdiocésain avaient qualifié le dossier de Katumbi comme pour certains, d’emblématique, il faut prendre ce mot là dans acceptation la plus totale. «Et s’il est vrai comme le dit la CENCO qu’elle a été responsabilisée pour mener les enquêtes sur ce cas emblématique et faire rapport à la plénière du dialogue, ipso facto, le peuple RD-congolais a le droit d’être informé… Sinon, alors pourquoi quelqu’un qui a été condamné, et s’il n’a pas été condamné injustement, son cas devrait être retenu noir sur blanc dans un Accord politique, violant par le fait même le principe de séparation des pouvoirs?», interroge-t-il. Et de poursuivre: «Pourquoi les éléments constitutifs de l’emblème doivent-ils être un secret? Le dossier de Katumbi n’est pas un secret parce qu’il a défrayé la chronique depuis bientôt une année. Il ne faut pas mystifier les choses…».
Lokondo explique que le contenu du rapport tel que présenté par la CENCO est celui que tout le monde connaissait depuis des mois… «Je crois que nous devons être calme et laisser au Chef de l’Etat, garant de la nation qui lui, n’est jamais agité, d’examiner en âme et conscience ce rapport et de tirer toutes les conséquences pour la paix et la tranquillité dans notre pays», déclare Lokondo. «Je conseillerai au Président de la République de laisser la porte toujours ouverte entre lui et la CENCO qui représente toute l’église catholique dont l’influence morale à travers le pays est indéniable…», a-t-il conclu, ajoutant qu’il ne faut pas jouer à opposer inutilement le Chef de l’Etat à l’Eglise catholique.
Avec RDC26.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer