Dossier à la UneEcofinNationPolitique

Réduction du train de vie des institutions: Kabund, avocat des soldats, policiers et enseignants

À la faveur de la présentation de la Loi de finances 2022 chiffrée à 20.730,1 milliards de francs congolais, soit 10 milliards de dollars américains, Jean-Marc Kabund a Kabund a relancé le débat sur la réduction du train de vie des politiques et plaidé pour l’amélioration de la solde des soldats et des policiers ainsi que du salaire de l’enseignant. Alors que les institutions du pays sont en dépassement budgétaire constant, le président a.i de l’UDPS a estimé, en présence du Premier ministre Sama Lukonde, que la réduction de 30% du budget de fonctionnement des institutions, des fonds secrets de recherche et d’intervention devrait tracer des pistes d’amélioration des traitements mensuels des soldats, des policiers et des enseignants ainsi que de la hausse du budget de la Défense pour les prochains 12 mois.

Pour bien se faire comprendre, Kabund, devenu l’avocat de ces catégories parmi les mal loties de la République, a sorti sa calculette, conviant ses collègues députés, autorités budgétaires, et le chef du gouvernement à songer au bien-être de la population, à apprendre, eux aussi, à serrer la ceinture. «Monsieur le Premier ministre, en ce qui concerne les frais de fonctionnement des institutions, vous y avez alloué deux cents soixante un milliards cinq cents trente-deux millions neuf cents-quarante-cinq mille cinq-cents-quatre-vingt-huit -261.532.945.588- francs congolais. Nous vous proposons la réduction de 30%. Et en ce qui concerne les frais des fonctionnements, les fonds secrets de recherche et autres, vous y avez alloué sept cents nonante-un milliards cinq cents vingt-cinq millions huit cents vingt et un mille huit-cents-onze francs congolais. Nous vous proposons la réduction de 50%. Et la réduction de 30% aussi dans les interventions. Nous aurons à récolter, si l’ECOFIN allait dans le sens de nos propositions, mille milliards trois cents quarante-cinq millions six cents septante deux millions cent cinq-quatre milles cinq cents dix-sept francs congolais», a-t-il projeté.

Puis: «Voyez, Monsieur le Premier ministre, que vous allouez à l’Armée et la Police, chaque mois pour rémunération, 62 milliards de francs congolais. Avec cet argent, c’est possible que nous puissions doubler de 62 milliards à 130 milliards de francs congolais le mois pour l’Armée et la Police».

Kabund a affirmé que ce n’est pas tout, poursuivant avec ses suggestions. «Il nous restera une enveloppe que nous allons déverser dans le SECOPE pour appuyer la gratuité de l’enseignement. Monsieur le Premier ministre, vous allez constater que cette réduction ne touche pas aux droits acquis. Parce qu’en réalité, si nous étions sérieux, on aurait touché même à ce qu’on appelle droits acquis. C’est-à-dire, salaires des députés, ministres et de tout le monde dans ce pays. Parce que nous sommes en difficulté. On ne doit pas donner l’impression de demander à notre peuple à faire des sacrifices alors que nous-mêmes, dirigeants, nous ne le faisons. Autant nous demandons au peuple de faire des sacrifices, nous devons prêcher par l’exemple. Nous devons accepter que ce qu’un ministre touchait hier soit divisé par deux. Nous devons accepter que ce qu’un député touchait hier soit divisé par deux. Ce n’est pas du populisme, je suis sérieux et je sais de quoi je parle».

L’élu UDPS du Mont-Amba a eu un message particulier pour ses collègues de l’Est. «Vous qui êtes dans l’insécurité, vous qui souffrez avec nous bien entendu. Vous qui venez régulièrement ici, arborant des pancartes, voulant sécher des plénières, l’occasion vous est donnée maintenant de corriger ce budget, de le revoir de fond en comble, de manière à doubler voire à tripler le budget de l’Armée et de l’Education», leur a-t-il lancé.

Dans les travées de l’hémicycle, certains politiques ont dit avoir le sentiment que cette plaidoirie est l’amorce de la prochaine bataille du chef de l’UDPS, qui prend de l’étoffe. Alors que sa formation politique est à la recherche du bilan, Kabund voudrait, à travers sa demande et le suivi qu’il a promis de faire pendant les débats à l’ECOFIN, récolter les fruits à l’approche des élections de 2023. L’enjeu est donc électoral et c’est de bonne guerre. Côté leadership, il a fait grande impression.

Tino MABADA

Articles similaires

Fermer
Fermer