Dossier à la UneNationTribune

RDC : Revoici Ntumba Luaba, Mukoko Samba et Isidore Ndaywel

Qui sont ces gens choisis au tri et quelles missions leur sont-elles confiées durant une année de la Présidence tournante de l’UA accordée à la RD-Congo? Décryptage

Le Président RD-congolais Félix-Antoine Tshisekedi a nommé par Ordonnance les membres du panel chargé de l’accompagner durant son mandat à la tête de l’Union africaine pour l’exercice 2021 et 2022. Dans les deux Ordonnances signées le 30 octobre 2020, le Président Tshisekedi a pêché dans la crème RD-congolaise de personnalités politiques et scientifiques disposant d’une expérience avérée et une maîtrise des dossiers panafricains.

C’est ainsi que la coordination du panel a été confié à Alphonse Ntumba Luaba. Du haut de ses 68 ans, il est professeur de Droit international public à l’Université de Kinshasa -UNIKIN- et docteur en Droit de l’université de Nancy. Ntumba Luaba figure parmi les têtes d’affiche de la scène politique en RD-congolaise. L’homme a exercé les fonctions politiques notamment comme député et vice-ministre de la Justice sous Laurent-Désiré Kabila, ministre des Droits humains, secrétaire général du gouvernement pendant la transition.

En sa qualité de ministre de Droits humains, il a fait un plaidoyer pour la prise en compte au niveau international des effets néfastes de la guerre imposée à la RD-Congo. Et ce, à travers ses interventions à la Cour internationale de justice de La Haye. Ntumba Luaba a pris la direction du Programme national de désarmement, démobilisation et réinsertion des ex-rebelles -PNDDR-, participant ainsi à l’effort national de pacification. C’est lui qui a convaincu les derniers chefs de guerre d’Ituri de déposer les armes.

Deux ans après, soit en 2009, il a été nommé représentant de la RD-Congo et secrétaire exécutif adjoint chargé des programmes à la Communauté économique des pays des grands lacs -CEPGL.

Depuis décembre 2011, Ntumba Luaba a été nommé secrétaire exécutif de la Conférence internationale pour la région des grands lacs -CIRGL. Cette organisation régionale regroupe 11 pays membres, tous riverains des grands lacs africains et du bassin du Congo. C’est à l’unanimité qu’il a été désigné par les 11 Présidents pour un mandat de 4 ans. Sa compétence sur le plan international n’est pas à démontrer.

Isidore Ndaywel et Daniel Mukoko mis à contribution

Âgé de 76 ans, le professeur Isidore Ndaywel est historien et linguiste RD-congolais, auteur de 11 essais, études et ouvrages sur l’histoire du Congo, dont le fameux «L’histoire générale du Congo: de l’héritage ancien à la République démocratique». Il est compté parmi les membres du Comité laïc de coordination -CLC- ayant appelé la population à marcher contre le régime Kabila afin que les élections puissent s’organiser dans les délais constitutionnels. Il a avalé avec la population et les chrétiens catholiques les gaz lacrymogènes des forces de défense et sécurité qui dispersaient les manifestants pacifiques en 2016.

Il a lutté pour le changement, donc l’alternance en RD-Congo. Pour sa part, le professeur Daniel Mokoko Samba, 61 ans révolus, est un économiste et politicien. Il enseigne l’Economie à l’Université de Kinshasa -UNIKIN. Il a été directeur de cabinet du Premier ministre Adolphe Muzito et collaborateur du Programme des Nations unies pour le développement -PNUD- avant d’être nommé vice-Premier ministre du Budget du gouvernement Matata. 

Les deux femmes du Panel

Danielle Lusenge Buana et Raissa Dinanga Malu ont été nommées au panel. Elles constituent aussi une sommité dans le milieu de la science. A côté d’elles, s’ajoute un autre membre. Il s’agit de Ngokwey Ndolamb. Les postes de rapporteur et rapporteur adjoint du panel sont confiés respectivement à Zénon Mukongo Ngoy et Lucien Lundula Lola.

Ce panel qui est en fait un cabinet de travail, est une structure de réflexion. Le Président Tshisekedi a confié à cette structure trois missions essentielles. D’abord, le panel doit assister le Chef de l’Etat dans l’élaboration du plan d’action de son mandat à la présidence de l’Union africaine. Ensuite, le panel doit contribuer à l’analyse, à la rédaction et à la préparation des prises de position continentales du Chef de l’État et assurer la préparation des dossiers de participation aux forums internationaux en qualité de représentant de l’Union africaine.

Et, enfin, le panel doit assurer avec les instances gouvernementales compétentes le suivi fonctionnel, administratif et financier de la présidence de l’Union africaine exercée par la RD-Congo. Pour bien accomplir ses trois missions, le panel est habilité de requérir l’assistance de toute personne, tout organisme ou service public, toute autorité dont l’exercice est susceptible de faciliter l’exercice de sa mission. C’est en février 2021 que la RD-Congo va accéder au fauteuil tournant de la Présidence de l’Union africaine.

Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer