Dossier à la UneEcofinNation

RDC : Les lauriers de Kamitatu à Alingete et à l’IGF new-look

15 septembre 1987 – 15 septembre 2022, l’Inspection générale des Finances -IGF- a 35 ans. Pour célébrer ces trois décennies et demi de lutte acharnée contre la corruption, l’Inspecteur général, chef de ce service rattaché à la présidence de la République, a mis les petits plats dans les grands au cours d’une manifestation sobre et significative organisée au centre d’évènements Kemesha, dans la commune de la Gombe. Les 35 ans de l’IGF c’est aussi le renouveau de ce service, devenu pilier de la lutte contre la corruption et la prédation des Finances publiques sous le Président Tshisekedi. Ses missions de contrôle et d’encadrement ont produit un impact considérable sur la mobilisation des recettes et la Trésorerie. Derrière cet exploit, un homme: Jules Alingete.

Depuis sa nomination à la tête de l’IGF, le flic en chef a métamorphosé ce service. Pour lui, la bonne gouvernance est une culture et un vécu quotidien à perpétuer. «Elle n’est pas une simple déclaration d’intention comme le font les prédateurs qui manquent de sommeil du fait de la redynamisation de l’IGF et de la Cour des Comptes», répète-t-il souvent.

Dans l’opinion, le travail de l’IGF rencontre une adhésion populaire. Grâce aux patrouilles financières régulières, le Trésor public, longtemps saigné à blanc, a repris du poil de la bête. De quoi faire parler un ancien de la maison, présent à la célébration du 35ème anniversaire de l’IGF. Olivier Kamitatu a ainsi évoqué «la célébration d’un grand corps d’Etat qui a traversé toutes les tempêtes pour devenir une institution respectée au cœur de le République».

L’ancien inspecteur des Finances, également ancien ministre du Plan et ancien Speaker de l’Assemblée nationale, ne s’est pas prié de saluer un fait «trop rare», tressant ainsi les lauriers à tous les collègues, spécialement le chef de service Jules Alingete. Touché par ces mots doux, Alingete a exprimé sa reconnaissance à Kamitatu, son cher collègue de promotion 1988, puis son adjoint à une certaine époque.

Comme Kamitatu, d’autres figures de l’IGF, anciennes comme nouvelles, ont reçu leurs cartons et ont pris part à cette cérémonie organisée pendant ce tournant historique de la structure.

En attendant le prochain cap, l’IGF est résolument engagée à traquer les prédateurs financiers dans leurs derniers retranchements, convaincue que la corruption et les détournements des deniers publics ne sont pas encore totalement vaincus. «Notre ferme engagement dans la lutte contre la dilapidation des deniers publics est désormais irréversible par voie de l’instauration de la patrouille financière dont l’IGF est l’initiatrice. L’implémentation de la bonne gouvernance dont le Président de la République est initiateur», rappelait à ce sujet Jules Alingete en juin dernier. Il est clair que cette IGF new-look séduit, dans un pays où tout le monde reconnaissait l’existence de détournements à grande échelle des deniers publics sans pour autant désigner clairement un coupable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page